Djouahra marque contre Salamanque

13/11/2019
Image
 

Ancien pensionnaire du centre de formation de l'ASSE (de 2012 à 2018), Naïs Djouahra (19 ans) a réalisé samedi dernier un doublé victorieux pour la Real Sociedad contre Salamanque lors de la 12e journée du groupe 2 de Segunda B (3e division espagnole).

Cartoche fait ses valoches

13/11/2019
Image
 

Comme le rapporte Le Télégramme, le Raja Casablanca a limogé hier Patrice Carteron (49 ans). Nommé entraîneur de ce club marocain le 30 janvier dernier, l'ancien latéral stéphanois avait remporté deux mois plus tard la Supercoupe d'Afrique avec le Raja Casablanca aux dépens de l'Espérance de Tunis.

Alors que Cartoche avait prolongé son contrat en mai, sa première défaite en championnat, samedi sur le terrain du club Youssoufia de Berrechid, a précipité son départ. L'agence de presse marocaine précise qu’il était sur la sellette depuis l’élimination surprise en seizièmes de finale de la Coupe du Trône fin août.

Xuereb aurait pu être vert (2)

13/11/2019
Image
 

Champion Olympique en 1984 aux côtés de Patrice Garande et Albert Rust, l'ancien attaquant des vilains, des Sang et Or, du PSG et de l'OM Daniel Xuereb rappelle dans Le Progrès du jour que Sainté l'avait recalé.

"Comme tout natif de Gardanne, j’admirais les frères Revelli et voulais aller à Saint-Etienne, où j’ai fait deux essais. Lors d’un amical, où on me fait jouer défenseur contre Mazargues, le premier responsable du centre de formation de l’OL, Canzio Capaldini, me voit et m’écrit lorsqu’il apprend que l’ASSE ne me garde pas.

Merveilleux éducateur devenu à force d’expériences un grand entraîneur, Aimé Jacquet m'a fait débuter dans l'élite lors d'un déplacement de l'OL à Nancy. Le seul truc que j’ai retenu de ce match, c’est d’avoir mis un petit pont à Michel Platini, qui, bien évidemment, a toujours dit que c’était un mensonge.

Comme match marquant avec l’OL, il y a évidemment ce derby à Gerland en 1980 (1-1), où je marque. Mais c’est tout ce monde sur le toit, les pylônes électriques qui m’avait marqué… Il n’y avait pas de billet pour tous mais le passage a été forcé. Ça avait beaucoup fait jaser dans la presse, et ça aurait pu mal finir…"

La revanche chez les Crocos

12/11/2019
Image
 

Comme l'an dernier, les Verts affronteront les Crocodiles aux Costières en 8e de finale de la Coupe de la Ligue, le mercredi 18 décembre (trois jours après la réception du QSG). Pour rappel, Nîmes avait éliminé Sainté aux tirs au but malgré l'ouverture du score de Robert Beric à la 80e car un certain Denis Bouanga avait égalisé à la 90e...

Boudebouz impressionné par Puel

12/11/2019
Image
 

A l'antenne de RMC, le numéro 7 des Verts s'est dit ce soir impressionné par son entraîneur.

"On a une équipe qui a du caractère, qui ne lâche rien. Depuis quelques temps, on s’accroche et on travaille beaucoup pour remonter au classement. Depuis l’arrivée du coach ça se passe assez bien et franchement on est content car on a subi beaucoup de critiques et on a galéré depuis le début de saison. Ça fait du bien de gagner pour la confiance.

Tout le monde est concerné dans l’équipe, le coach a relancé beaucoup de joueurs, il fait jouer la concurrence et les cartes ont été redistribuées. Quand tout le monde se sent concerné et personne ne sent sa place acquise, ça devient plus compétitif, sur le terrain on doit faire plus d’efforts pour gagner sa place et rester en place.

Ça change beaucoup et j’espère que ça restera comme ça et que tous les joueurs concernés dans le groupe vont pouvoir rentrer dans l’équipe et apporter un plus comme l’ont fait ce week-end Trauco et Honorat par exemple. Claude Puel est sérieux, travailleur, il nous fait passer ce message : il faut continuer de travailler tous les jours, même si on gagne des matches il y a des choses à améliorer.

C’est vrai qu’il y a beaucoup d’exigences techniquement et tactiquement, on a beaucoup travaillé là-dessus depuis son arrivée. C’est là où on a fait le plus d’efforts, le plus de progrès. Claude Puel est dur mais dans le bon sens, il ne va jamais pourrir un joueur, il va toujours essayer de le faire progresser et de l’emmener là où il veut qu’il aille.

Avec ce genre de coach, c’est pour moi la manière dont on progresse. Parfois t’as des coaches sans scrupules qui te défoncent un joueur et c’est difficile. Claude Puel n’est pas comme ça. Franchement il m’impressionne. Je ne le connaissais pas mais j’avais entendu des choses positives sur lui. Je sais qu’il arrive de faire de belles choses avec ses équipes et il aime le beau football.

Depuis qu’il est arrivé je suis très content car déjà il m’a remis sur le terrain et après on gagne des matches. Quand tu joues et que tu gagnes, qu’est-ce que tu veux de plus ? Le lendemain de son arrivée, pour le match contre Lyon, il me met à mon poste et dans la causerie il dit « donnez les ballons à Ryad, il va nous organiser le jeu. » C’est quelque chose qui pour moi est fort. Il me redonne les clés du jeu et tout bascule pour moi et même dans la tête je prends confiance."

Guillemet s'est ouvert (4)

12/11/2019
Image
 

Directeur du centre de formation de l'ASSE, Philippe Guillemet s'est confié ce soir sur France Bleu Saint-Etienne Loire.

"Parfois des parents nous contactent pour nous signaler leur enfant mais le réseau logique c’est que l’enfant montre ce qu’il sait faire, après on a des recruteurs dans trois régions importantes de France, Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes Côte d’Azur et Ile de France. Le système fédéral aussi engendre des détections à partir des U13. Forcément nos observateurs y assistent et supervisent les bons joueurs. Il faut avoir l’œil, c’est un métier. Le joueur qui est vraiment au-dessus, tout le monde le voit, ce n’est pas forcément lui qu’il faut avoir à l’oeil. Tous nos observateurs ont été entraîneurs, c’est important. Parfois il y a des joueurs qui ont une qualité forte, c’est important. Le reste, c’est normal, ils sont jeunes, ça demande à être développé.

Quand on retrouve un joueur passé par le centre de formation de l’ASSE, il y a une fierté. Que ce soit ceux qui deviennent des top joueurs, même ceux qui font des centaines de matches en Ligue 1, c’est magnifique. On a quelques jeunes comme ça qui nous avaient marqué dès les premières observations, que ce soit Allan Saint-Maximin, qui joue à Newcastle et Kurt Zouma qui est à Chelsea. On a aussi des garçons qui comptent des sélections en équipe de France. Actuellement Marvin Tshibuabua dispute la Coupe du monde U17 avec l’équipe de France U18. C’est déjà remarquable d’être dans le groupe France. C’est un garçon qui s’accroche, qui progresse. On souhaite qu’il gagne la Coupe du Monde d’autant plus qu’on apprécie bien son sélectionneur, Jean-Claude Guintini.

Il arrive qu’un joueur recruté à un poste soit repositionné à un autre. Chez les plus petits c’est fréquent. Même chez des adultes, ça peut arriver. Des joueurs comme Di Méco et Lizarazu ont été reconvertis défenseurs. Laurent Blanc aussi jouait plus haut à ses débuts. L’ASSE a fait signer à l’intersaison tous les joueurs à potentiel, on a réussi à les garder avec nous. Cela prouve déjà que les joueurs apprécient le club et que les gens qui ont œuvré pour ça ont bien fait le travail.  

Nous on accueille des jeunes Stéphanois dès l’école de foot comme n’importe quel club amateur aux alentours. A sept ans, huit ans ou neuf ans, il y a de la place à l’ASSE, même si ça nécessite toujours une petite détection. Après les jeunes sont en préformation, des U12 jusqu’aux U15. Ce sont essentiellement des joueurs locaux et il y a quelques joueurs de l’Auvergne Rhône-Alpes en fonction de ce que nous permet la réglementation. Après il y a le centre de formation en lui-même, à partir des U16. Ils partent pour un cycle scolaire de trois ans.

On voit parfois des papas qui vivent à travers leur enfant, ils visent une carrière qu’eux même n’ont pas pu faire. Ce n’est pas une légende, on peut le voir chez les plus petits. On sensibilise les jeunes sur le fait qu’ils ne réussiront pas tous à passer professionnel. Ils le savent dès le départ dès qu’ils signent. Le taux de réussite est faible même si le pourcentage est assez important ces dernières saisons. On a fait signer pro trois 2000, six 2001, deux 2002 ont déjà signé.

Mais signer c’est une chose, jouer et faire carrière c’en est une autre. Faire quelques apparitions en L1 et en L2 ce n’est pas faire carrière. Faire des centaines de matches, oui. On sait que tout le monde ne va pas jouer dans le top 5 Ligue 1 ou à l’ASSE, on forme aussi des joueurs qui feront des carrières très honorables en Ligue 2 voire en National. Ils vivent du football donc c’est déjà très bien. Comme dans tous les clubs, il arrive que des joueurs qui n’ont pas signé pro chez nous fassent une belle carrière ailleurs. El il arrive également que des joueurs qu’on voulait et qu’on ratés ne fassent pas carrière.

L’équipe réserve connaît un début de saison difficile. On a eu un pic de blessures à un moment entre le groupe professionnel et le groupe de National 2. Il y a aussi quelques joueurs qui sont arrivés plus tard, ils n’étaient pas qualifiés tout de suite. On joue très jeune. Dans le cursus de formation c’est bien de pouvoir prêter des joueurs, on voit que ça se passe plutôt bien pour les joueurs prêtés cette saison. Ce sera tout bénef pour l’ASSE dès la saison prochaine. On a confiance en notre staff, en notre équipe. On sait qu’on va rebondir. On a fait des petits nuls sur des matches qu’on aurait pu gagner. La roue va tourner. On a d’autres joueurs à potentiel dans les 2002 et les 2003. Le National 2 est un championnat très difficile, notamment au niveau athlétique. La moindre erreur peut se payer. Il y a une énorme différence avec le National 3."

Moukoudi contre les Requins Bleus et les Guêpes

12/11/2019
Image
 

Le défenseur de Getafe Allan Nyom s'étant blessé avant-hier lors de la 13e journée de Liga contre Osasuna, le sélectionneur du Cameroun Antonio Conceiçao a annoncé hier en conférence de presse qu'il avait décidé d'appeler en renfort Harold Moukoudi pour affronter les Requins Bleus du Cap Vert (demain à Yaoundé) et les Guêpes du Rwanda (dimanche à Kigali) lors des élimnatoires de la CAN 2021. Titularisé à la Beaujoire par Claude Puel dimanche dernier, le numéro 2 de l'ASSE avait fait ses débuts avec les Lions Indomptables il y a un mois pile-poil en amical contre la Tunisie.

Sainté en finale en 2023 ?

12/11/2019

Geoffroy Guichard

La ville de Saint-Etienne vient de l'annoncer via son compte twitter, la FFF a retenu sa candidature pour l'organisation de la finale de l'Europa League en 2023 à Geoffroy Guichard.

C'est maintenant auprès de l'UEFA, que le maire Gaël Perdiau et la FFF vont défendre la candidature stéphanoise.

Ce serait bien évidemment une première pour le Chaudron que d'accueillir une finale européenne.

Pour rappel, la finale 2020 aura lieu à Gdansk en Pologne et la finale 2021 à Séville.

Guillou revient sur ses vertes années (2)

12/11/2019
Image
 

Dans un long et intéressant entretien à écouter dans son intégralité sur Dessous de Verts, Patrick Guillou revient sur ses vertes années. Extraits.

"La saison 1999-2000, j’ai moins joué que les saisons précédentes. Rétrospectivement, on pourrait dire que j’étais un joueur de D2 et que j’aurais dû partir. Mais j’avais tellement envie de connaître la Ligue 1 avec Saint-Etienne, ce qui a été le cas les trois premiers matches… Quand ils recrutent Bjorn Kvarme, sachant qu’il y a déjà Lionel Potillon et Romarin Billong… Je n’avais pas forcément le talent des autres.

Avec le recul, je pense que j’ai tiré le maximum de ma carrière. Jouer au foot au très haut niveau, ça demande autre chose que du cœur et de l’engagement. Cela demande aussi une culture tactique, cela demande d’avoir de l’intelligence dans le placement. Quand tu vis l’histoire en temps réel, t’as un sentiment d’injustice. Tu te dis que tu as contribué à la remontée et tu ne comprends pas pourquoi tu ne joues pas. Tu te renfermes, tu es peut-être colérique. Mais je pense que j’ai tiré la quintessence de mes moyens footballistiques.

J’ai participé à ce fameux 5-4 remporté contre Montpellier. C’était un match d’anthologie, on s’en rappellera toujours. Par rapport à tous les énormes matches qu’il y a eu à Saint-Etienne, ça reste un flash. Mais le fait d’avoir pris part à ce match et à cette aventure-là… Il n’y a pas tout à jeter dans ma troisième année à Saint-Etienne. J’ai gardé encore des potes. On a passé des bons voire des très bons moments. Mais c’est sûr qu’un joueur de foot n’a de valeur que quand il joue. Après, même quand tu ne joues pas, il y a une dynamique à créer dans le vestiaire. Quand t’es plus ancien, tu restes vigilant à être le garant de certaines valeurs dans un vestiaire. J’ai apporté ma modeste contribution.

Alex est certainement le meilleur joueur que j’ai côtoyé à Saint-Etienne. Il fallait le prendre comme un artiste, avec ses forces et ses faiblesses. Ce n’était pas quelqu’un qui était forcément très assidu aux entrainements. C’était quelqu’un de très particulier mais il te décantait un match quand il le voulait et quand il était mis dans de bonnes dispositions. C’était un joueur « fuoriclasse » comme on dit en Italie. Il avait la capacité de faire la différence à lui tout seul. Après, je n’ai pas eu la chance de jouer avec lui, mais le plus beau footballeur après Moravcik qu’on ait eu à Saint-Etienne, c’est Pascal Feindouno, incontestablement.

Après être allé à Sochaux, je suis retourné à l’ASSE en août 2001. Entre-temps le club était descendu, il y avait encore forcément les stigmates de l’affaire des faux passeports. C’est dur de repartir en Ligue 2, quand d’entrée en plus il n’y a pas les résultats, tu te dis «purée, ça va être à nouveau une saison de reconstruction, une saison galère. » J’avais envie de participer à cette aventure de reconstruction. Mais je suis parti en 2003 à Rouen, juste avant ce qui aurait pu être ma quatrième montée en Ligue 1.

J’ai été con. J’ai été con dans mon comportement. Avec le recul, je reconnais que j’ai un vrai problème avec l’autorité. J’avais en face un entraîneur qui était plus que très autoritaire. Je n’ai jamais eu de problèmes avec les Alain Michel, Jean Fernandez,  Pierre Repellini, Michel Le Milinaire. J’ai plutôt eu des problèmes relationnels avec Victoz Zvunka et Frédéric Antonetti. Dans mon comportement j’ai été con, provocateur, jusqu’au-boutiste.

Le fait de ne pas avoir fait de centre de formation, d’avoir fait des études universitaires même quand j’étais joueur de foot, le fait d’avoir ma liberté de parole, ma liberté de ton… Certaines choses qui m’avaient été dites n’avaient pas forcément été respectées. Après je me suis braqué. Je m’en suis expliqué des années après avec Frédéric Antonetti. On se rencontrait dans les mêmes hôtels à Paris lors de matches ou de préparation d’émissions. Un matin il m’a tendu la main. Il m’a invité à prendre le petit déjeuner avec lui. J’ai fait amende honorable. On a eu une explication d’hommes, à la Antonetti et à la Guillou. Ce n’est que du foot. Il a compris aussi pourquoi j’avais eu certaines réactions."

2020 < 2019

12/11/2019

Si la série entamée sous Printant à Nîmes et joliment prolongée par Puel (16pts en 6 matchs) a remis Sainté dans le sens de la marche en championnat, nous restons, au tiers de la saison, légèrement en retrait par rapport à l'an dernier.

L'an dernier, les troupes de JLG, 5èmes, comptaient en effet 23pts après 13 journées (6 victoires, 5 nuls, 2 défaites) contre 21 cette saison (6 victoires, 3 nuls, 4 défaites).

 

La bible sacre Maisonnial et Paye

12/11/2019
Image Image
 

Deux anciens pensionnaires du centre de formation de l'ASSE sont dans l'équipe type de la 14e journée de L2 selon l'autoproclamée "bible du football" : le gardien du Paris FC Anthony Maisonnial (auteur de plusieurs parades décisives lors du succès 1-0 de son équipe à Orléans) et le latéral droit sochalien Papou Paye (victorieux 2-0 contre Le Havre).

Maisonnial (Paris FC) - Paye (Sochaux), Ogier (Clermont), Hountoundji (Clermont), Le Goff (Lorient) - Tardieu (Troyes), Demoncy (Orléans), Pambou (Grenoble) - Semedo (Grenoble), Hamel (Lorient), Wissa (Lorient).

 

Guillou revient sur ses vertes années

12/11/2019
Image
 

Ancien latéral de l'ASSE et actuel consutant sur beIN Sports, Patrick Guillou replonge dans ses années stéphanoises dans une longue interview accordée à Dessous de Verts. Extraits.

"Quand Pierre Repellini a repris l’équipe avec Monsieur Herbin, il m’a demandé si je voulais venir à Saint-Etienne. Je serais venu à vélo, en brouette, à pied. J’avais envie de porter ce maillot après avoir supporté cette équipe pendant de longues années. Même quand j’étais à Bochum ou à Rennes, j’ai toujours été supporter. D’Allemagne, je venais voir des matches de l’ASSE à Geoffroy-Guichard. J’ai tout de suite saisi cette opportunité de signer à Sainté.

La première année a été compliquée, il a fallu attendre la 13e journée pour remporter le premier match. Moi j’avais des problèmes avec l’une de mes filles, elle était malade. Il fallait que je m’en occupe et les dirigeants avaient été royaux avec moi. Je leur ai dit que je devais mettre ma carrière entre parenthèses, que je jouerai quand on aurait besoin de moi avec la réserve ou avec les pros.

On s’est sauvé cahin-caha grâce à un but de Reginald Ray lors d’un match entre Le Mans et Cuiseaux-Louhans. On perd à Lille mais on se sauve. On ne descend pas en National, c’est tiré par les cheveux. On fait une chouille monumentale car c’est un soulagement pour tout le monde. On reste entre joueurs, c’est un moment magique à Lille. Le triumvirat Bompard-Soler-Nouzaret se met ensuite en place.

Le recrutement est alors excellent, typique pour faire une montée de D2 en D1. Je crois qu’on a dû attendre la 20e journée à Guingamp pour connaître notre première défaite. Une vague de sympathie se met en place, on joue un football attractif. Pourtant les quatre premières journées on ne gagne pas un match mais derrière on fait une superbe série. Des supporters s’identifient à Fayolle et Ponsard, des gars du cru.

Il y a des gars qui sortent d’une saison galère et qui sont revanchards comme Claude Fichaux, Romarin Billong et moi. Il y a l’éclosion de Julien Sablé, l’éclosion du centre de formation avec des joueurs comme Lucien Mettomo et Pape Sarr. Il y a les recrutements de Gilles Leclerc, Nestor Subiat, Kader Ferhaoui, ça avait été bien pensé. Cette dynamique nous porte, on sait que rien ne peut nous arriver.

Le staff technique de l’époque - Robert Nouzaret, Yves Brécheteau, Rudi Garcia, Jeannot Dées – casse tout ce qu’on avait mis en place la saison d’avant. Au niveau du vestiaire, on remet des valeurs en place, une dynamique collective. On met des règles en place, de l’autogestion car on était aussi pour beaucoup des joueurs d’un certain âge. Avant que Robert Nouzaret prenne la parole, on savait faire notre auto-critique, notre ménage dans le vestiaire.

Il y a eu cet engouement, notamment cette semaine au mois d’octobre où il y a eu 100 000 supporters en trois matches à Geoffroy-Guichard. On se sentait invincible sur le terrain, on était porté par la dynamique, par le public, par l’engouement dans la ville. Geoffroy-Guichard c’est , la fois le poumon et le cœur de la ville. Tout tourne autour du club. Cet engouement, il faut en être digne."

Trauco trop content (9)

12/11/2019
Image
 

Buteur puis passeur décisif dimanche dernier à Nantes, Miguel Trauco a brièvement livré sa réaction à France Bleu Saint-Etienne Loire à l'issue de cette rencontre.

"Il y a eu beaucoup de changements, l'arrivée d'un nouveau directeur et d'un nouvel entraîneur, avec d'autres idées. C'est complètement différent. Mais, nous les joueurs, on doit s'adapter. On travaille pour. Dans cette équipe, personne se sent installé, titulaire. Et cette concurrence tire le groupe vers le haut et nous permet d'avancer. Cela fait du bien de marquer. Cela permet de me rappeler au bon souvenir de tout le monde, et de savoir qu'on peut compter sur moi. Je veux rester à l'AS Saint-Étienne. Je sais que j'ai encore des choses à régler dans mon jeu, et des progrès à faire. Et je travaille pour ça."

Jean-Mimi apprécie Denis

12/11/2019
Image
 

Dans la dernière édition de France Football, Jean-Michel Larqué souligne la montée en puissance de Denis Bouanga, qui a fêté hier ses 25 ans.

"Devant, Claude n'a pas exactement l'embarras du choix. Quand il a mis Diony et Abi pour le derby, je me suis dit "Mon Dieu..." C'était pour envoyer un message à Khazri ou Beric qui ont davantage de qualités techniques mais que Claude trouve peut-être insuffisants sur le plan de l'énergie. Celui qui a pris sa chance, c'est clairement Bouanga. Son investissement dans le couloir, même en piston, apporte vraiment des choses car il a la caisse et le mental pour répéter les efforts. Il est généreux, il n'est pas maladroit techniquement même s'il manque de qualités quand il est trop haut voire en faux neuf, comme c'était le cas à Monaco avant d'être remis sur un côté après la pause.

C'est peut-être ça le véritable apport de Claude Puel en match, sa capacité à réajuster quand ça ne va pas. Tout n'est pas parfait, comme ses changements en Coupe d'Europe qui n'ont pas été très payants, mais il est proactif, il ne subit pas. Je crois qu'il le fait d'autant plus qu'il sait que son équipe n'a aucune marge, aucun confort, aucune maîtrise. Pour l'heure, il essaye donc d'optimiser les moyens à disposition. Mais on peut parier qu'en janvier prochain, il va y avoir du mouvement. Car en l'état, il ne va pas faire des miracles toute la saison."

 

Le plus abouti pour Roby

12/11/2019
Image
 

Robert Herbin revient sur la victoire des Verts à Nantes dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

"C’est le match le plus abouti de l’ASSE depuis le début de saison. C’est un match où il y a eu beaucoup de détermination, cela ressemblait à une course-poursuite, basculant de droite à gauche. S’imposer à la Beaujoire, ce n’est jamais facile et ce succès, acquis avec beaucoup de caractère, renforce l’état d’esprit de tous les joueurs. Il y a vraiment quelque chose de positif et de solide qui se dégage pour les prochaines échéances. J’avoue sincèrement que c’est une agréable surprise."

Stopyra regrette Youssouf

12/11/2019
Image
 

La Pravda du jour met en exergue les bonnes stats de Zaydou Youssouf, seul joueur à avoir disputé les sept matches de l'ère Puel.

"C'est le meilleur récupérateur des Verts depuis le début de saison en L1 (83 ballons récupérés, soit 18 de plus que tout autre Stéphanois). Il s'impose également comme celui ayant remporté le plus de duels, après Harold Moukoudi (64% contre 67,1%, sur 11 matches de L1 contre 8). Son aisance technique lui offre le meilleur pourcentage de dribbles réussis devant Denis Bouanga (21/24, soit un ratio de 87,5%) mais son efficacité devant le but reste perfectible."

Responsable du recrutement au centre de formation des Girondins, Yannick Stopyra regrette dans le même quotidien sportif que le milieu de terrain ait quitté Bordeaux pour Sainté cet été contre 2,5 M€. "Parce que Zaydou est encore loin de ce qu'il peut faire, notamment dans l'impact. Il ne se fait pas assez respecter dans les duels et le jeu de tête. Quand il va commencer à oser, à frapper avec son bon pied gauche, il aura un prorata buts supérieur et il va vraiment faire mal."

Tshibuabua qualifié sans jouer (3)

11/11/2019
Image
 

L'équipe de France U18 a écrasé son homologue espagnole 6-1 ce soir en quart de finale de Coupe du Monde U17 à Goiania (Brésil). Pour la quatrième fois depuis le début du tournoi, le Stéphanois Marvin Tshibuabua est resté sur le banc, Jean-Claude Giuntini ayant reconduit sans surprise la charnière Chrislain Matsima (Monaco) - Nianzou Kouassi (QSG). C'est d'ailleurs ce dernier qui a ouvert le score.

Larqué tacle M'Vila

11/11/2019
Image
 

Dans France Football à paraître demain, Jean-Michel Larqué tacle les numéros 6 et 29 de l'ASSE.

"Il faut rappeler d'où il partait, ça ne courait plus beaucoup. Je ne veux même pas accabler Ghislain Printant, je pense qu'un certain nombre de joueurs n'avaient plus beaucoup d'investissement à l'entraînement, et fatalement, ça se ressentait sur le physique : ça jouait à la baballe, ça ronronnait. Je pense notamment au rythme de sénateur des milieux de terrain, entre un Cabaye dont le dernier match de haut niveau doit bien remonter à quatre ou cinq ans, et Yann M'Vila, qui joue huit transmissions sur dix de façon latérale ou en retrait, et dont la dernière action percutante doit remonter à l'époque où Nicolas Sarkozy était encore président de la République.

Derrière eux, Loïc Perrin était en grande difficulté, notamment sur le plan physique. Saliba est quand même très bon, et à ses côtés, le jeune Wesley Fofana est en train de saisir sa chance. Il ne faut rien retirer à ce qu'a apporté Perrin au club, mais athlétiquement, avec ces deux-là, il y a bien plus de répondant. Je ne suis pas sûr que Claude ait déniché l'entrejeu du Barça mais Youssouf apporte le volume, l'énergie et l'impact qui faisaient défaut depuis le début de saison. Alors, c'est sûr que ça ne s'embarrasse pas avec des redoublements de passes et ça ne fait aucune fioriture. Mais pour l'heure ce Saint-Etienne est plus efficace que lors des deux premiers mois de compétition."

Trémoulinas croit au podium

11/11/2019
Image
 

Lors de l'émission L'équipe d'Estelle, l'ancien latéral stéphanois Benoît Trémoulinas a évoqué ce soir la belle dynamique stéphanoise.

"Je crois dans les chances des Verts de finir sur le podium cette saison. Ils sont sur une remarquable série. Sur les six derniers matches de L1, ils ont gagné cinq fois et fait un nul. C'est d'autant plus exceptionnel que leur jeu est encore perfectible. Il y a encore une marge de progression. Ce qui m'épate, c'est que Claude Puel a réussi à concerner tous les joueurs. Hier, Khazri et Perrin étaient sur le banc. Khazri entre en jeu avec le sourire, il court, il se bat, il défend. C'est des choses qu'on ne voyait pas il y a quelque temps. Il y cet effet "nouvel entraîneur". On sait comment ça se passe : quand un entraîneur arrive, inconsciemment les joueurs se la donnent un petit peu plus à l'entraînement, ils courent un peu plus. Défensivement, on voit que c'est plus rigoureux. Ce que fait Claude Puel est assez exceptionnel, maintenant on a envie de voir ça sur la durée. J'y crois."

Trauco sacré par la bible et La Republica

11/11/2019
Image
 

Miguel Trauco, qui n'avait plus trouvé le chemin des filets depuis 18 mois, a marqué hier soir à la Beaujoire le 10e but de sa carrière professionnelle avant de délivrer sa première passe décisive de la saison.

A l'instar de la Pravda, France Football à paraître demain met le numéro 13 de l'ASSE dans l'équipe type de la 13e journée de L1 :

Oukidja (Metz) - Traoré (Rennes), Congré (Montpellier), Hilton (Montpellier), Trauco (Saint-Etienne) - Liénard (Strasbourg), Golovin (Monaco), Di Maria (QSG) - Niang (Rennes), Ajorque (Strasbourg), Payet (Marseille).

Le latéral gauche des Verts est selon le quotidien péruvien La Republica dans l'équipe sud-américaine du week-end en compagnie d'un certain Leo Messi, qui a réalisé un triplé à l'occasion du retour au Nou Camp d'Oscar Garcia, défait 4-1 pour son premier match à la tête du Celta Vigo.

Alisson (Liverpool) – Cuadrado (Juventus), Romero (Juventus) , Trauco (Saint-Etienne) – Fabinho (Liverpool), Valverde (Real Madrid), Di Maria (QSG), Messi (Barça) – Dybala (Juventus), Icardi (QSG), Correa (Lazio).

Pendant-ce temps-là... (13)

11/11/2019
Image
 

Après avoir arraché le nul jeudi dernier contre Sainté à Lviv, Oleksandria a encore dû partager les points hier sur le terrain de l'Olimpic Donetsk devant 350 spectateurs. Yuri Pankiv, qui avait offert un penalty à Wahbi Khazri, s'est fait expulser dès la 4e minute de jeu mais sa doublure Oleg Bilyk a réussi à garder sa cage inviolée. Les protégés de Volodymyr Sharan restent cinquièmes du championnat ukrainien.

Attendue le jeudi 28 novembre à 18h55 dans le Chaudron, La Gantoise s'est imposée 2-0 sur le terrain de Genk. Laurent Depoitre a ouvert le score dès la 3e minute de jeu d'une frappe croisée du droit suite à un tir du gauche de Milad Mohammadi repoussé par le portier local. Thomas Kaminski, qui avait permis aux Verts de reprendre espoir à Gand, a cette fois été irréprochable. Bien servi par Roman Yaremchuk, Jonathan David a marqué le but du break deux minutes après le retour des vestiaires. Les Buffalos profitent de la victoire de Malines à Liège pour piquer au Standard la deuxième place du championnat belge belge, à cinq points du leader (Club Bruges).

Les Loups sont quant à eux devenus des agneaux. Alors qu'il était resté invaincu les 13 premiers matches officiels de sa saison, le VfL Wolfsbourg a en effet concédé hier sa quatrième défaite consécutive. Le gardien autrichien Pavao Perva vient d'encaisser pas moins de 14 pions en 12 jours ! Les deux derniers à domicile contre le Bayer Leverkusen (buts de Karim Bellarabi et Paulinho). Josuha Guilavogui rétrograde en deuxième partie de tableau de Bundesliga (10e sur 18). N'en déplaise à Jean-Mimi, une victoire des Verts à la Volkswagen Arena le 12 décembre prochain est loin d'être impossible...

 

Baky a marqué

11/11/2019
Image
 

Bakary Sako, qui n'avait plus trouvé le chemin des filets depuis son but victorieux inscrit en Coupe il y a dix mois avec West Bromwich Albion contre Wigan, a claqué hier son premier pion sous les couleurs de Pafos contre Enosis.

Titularisé aux côtés de l'ancien réserviste stéphanois Mickaël Panos, l'ancien ailier gauche des Verts a concédé le nul dans le temps additionnel lors de cette 9e journée du championnat chypriote.

Honorat a marqué des points

11/11/2019
Image
 

Passeur décisif sur la première égalisation stéphanoise d'hier et précieux dans son travail défensif, Franck Honorat commente brièvement ses débuts victorieux avec les Verts dans la dernière édition du Progrès.

"Je crois que j’ai marqué des points, surtout défensivement. J’avais déjà joué piston en match de préparation avec Claude Puel à Nice mais je n’avais que 16 ans."

 

Nantes déchante

11/11/2019
Image
 

Dans la dernière édition nantaise du quotidien Ouest-France, plusieurs Canaris commentent leur quatrième défaite consécutive. Extraits.

Abdoulaye Touré (photo AFP) : "Le sentiment que l’on a, c’est beaucoup de frustration. On prend trois buts débiles, évitables, surtout le premier et le troisième. On manque de caractère, de personnalité, d’expérience. Il va falloir vraiment se regarder dans la glace. Peut-être qu’on s’est vu un peu trop beau, on s’est peut-être trop enflammé et concentré sur le classement. On savait que c’était bancal et anecdotique. On le voit aujourd’hui : avec ces quatre revers, on a complètement chuté au classement."

Nicolas Pallois : "On n’a pas été bon défensivement. D’habitude, on est solide derrière… Ils n’ont pas eu beaucoup d’occasions mais ils mettent trois buts. On a montré du jeu après on ne va gagner un match en prenant trois buts…"

Charles Traoré : "Prendre trois buts alors que l’on mène deux fois, ce n’est pas normal. C’est un manque de concentration. Avant, on se battait l’un pour l’autre. Là, je pense que ce n’est plus trop le cas…"

Puel 13 en forme !

11/11/2019
Image
 

Ayant remporté hier lors de la 13e journée son 4e succès avec les Verts, Claude Puel est l'entraîneur nommé en cours de saison ayant gagné le plus de points (13) après 5 matches sur les 5 dernières saisons selon la Pravda du jour.

1. Claude Puel (ASSE, octobre-novembre 2019) : 13 points

2. Julien Stéphan (Rennes, décembre 2018-janvier 2019) et Sergio Conceiçao (Nantes, décembre 2016-janvier 2017) : 12 points

4. Eric Bédouet (Bordeaux, août-septembre 2018), Leonardo Jardim (Monaco, janvier-février 2019), Patrick Collot (Lille, novembre-décembre 2016) : 11 points

Crédit photo : L'Equipe

Bouanga heureux papa

11/11/2019
Image
 

Denis Bouanga est devenu grâce à son doublé d'hier le 6e meilleur buteur de la saison de L1, ex aequo avec le Monégasque Slimani, le Marseillais Benedetto, le Rennais Niang et les Parisiens Mbappé, Di Maria et Icardi (5 pions).

Seul joueur stéphanois ayant pris part aux 17 matches disputés par les Verts cette saison, le numéro 20 de l'ASSE revient sur la célébration de son but victorieux à la Beaujoire.

"J'ai pris mon fils dans mes bras. Il vient tout le temps me voir au stade, avec toute ma famille, ma femme, mes cousins... A l'échauffement, je regarde où il sont placés et si je peux marquer... Je travaille à l'entraînement pour partir de plus bas ou de plus haut et surtout pour me montrer plus lucide à l'entraînement."

 

On est là où Saint-Etienne doit être

11/11/2019
Image
 

Wahbi Khazri, qui a joué hier son 50e match sous le maillot vert (le 5e démarré sur le banc) commente le succès de Sainté à Nantes dans la dernière édition du Progrès.

"On a développé un peu plus de jeu que jeudi. On a montré des valeurs et c’est ce qu’il va falloir faire par la suite. Il y a eu de l’abnégation, un état d’esprit soudé. Les entrants sont entrés avec les mêmes intentions. Ça fait du bien de gagner après notre match de jeudi où je pense que l’on méritait la victoire. On a mal commencé notre saison, on n’était pas tous à notre niveau et maintenant c’est le cas. On est là où Saint-Étienne doit être."

Crédit photo : Imago Images

Tous concernés avec Puel !

11/11/2019
Image
 

Auteur à la Beaujoire de sa troisième passe décisive victorieuse de la saison (après celles contre Dijon et les vilains), Ryad Boudebouz valide la méthode gagnante de Claude Puel dans la Pravda du jour.

"On connaît le onze qui va débuter le jour du match. Parfois la veille. C'est un plus, car ça marche. Cela maintient une concurrence. Tout le monde est obligé de se bouger à l'entraînement pour avoir sa place. Le coach garde la ligne directrice, et tout le monde est concerné. Même si le coach compte plus sur certains joueurs que d'autres, il garde la ligne directrice, et on se retrouve tous concernés. C'est bien pour le groupe car ça peut relancer tout le monde."

Crédit photo : Philippe Desmazes, AFP

Trauco et Bouanga dans l'équipe type

11/11/2019
Image
 

Sans surprise, les deux buteurs stéphanois d'hier sont comme le bourreau des vilains dans l'équipe type de la 13e journée de la Pravda :

Oukidja (Metz) - Atal (Nice), Congré (Montpellier), Caleta-Car (Marseille), Trauco (Saint-Etienne) - Golovine (Monaco), Payet (Marseille), Liénard (Strasbourg) - Delort (Montpellier), Ajorque (Starsbourg), Bouanga (Saint-Etienne).

Crédit photo : AFP

Payet mange encore des quenelles

10/11/2019
Image
 

Les Verts ne seront restés que quelques heures sur le podium, mais on n'en voudra pas trop à Dimitri Payet. Le mythique buteur du centième derby de l'histoire a en effet réalisé un doublé victorieux contre les vilains, qui comptent désormais cinq points de retard sur Sainté.

.

Partager