La bonne expérience du vilain Andersen

12/12/2019
Image
 

Recruté 24 M€ (+ 6 M€ de bonus) par les vilains en juilet dernier, le défenseur central danois Joachim Andersen revient sur le derby du 6 octobre dernier dans la dernière édition de Onze Mondial.

"C’était une bonne expérience. On m’en avait parlé, c’était une bonne atmosphère. On a vraiment senti qu’ils nous détestaient. Mais pour moi c’est un match comme les autres. On avait besoin de prendre trois points, nous n’avons pas réussi donc c’était une déception. Tu parles d’une bonne atmosphère, mais c’était négatif étant donné que vous jouiez à l’extérieur… Oui, mais j’aime ça, quand les gens te détestent (sourire). C’est marrant parfois. Enfin quand on gagne, car quand on perd c’est moins marrant (rires)."

L'amour foot de Zaydou et Nawëal

12/12/2019
Image
 

Dans sa prochaine édition, la Pravda Mag dépeint l'amour foot de Zaydou Youssouf et Nawëal Ouinekh, mariés en juin dernier et défendant tous les deux les couleurs de l'ASSE dans l'entrejeu avec le numéro 28. Extraits. 

"Entre les matches de Championnat et la Coupe d'Europe, je ne suis pas trop à la maison en ce moment. Alors, dès que je le peux, je viens voir Nawëal jouer à l'Etivallière. Parce que, si je ne suis pas le foot féminin,- je ne suis qu'elle -, il faut quand même que je sache ce qui se passe. "On a la même célébration après un but, les deux poings serrés, ajoute-t-elle. Quand on s'est mis ensemble, en 2017, on a pris une photo comme ça. Ce check est vraiment devenu important pour nous. Notre devise, c'est le "NZ" et le "TPLG", "tout pour le gang". On en forme un, à tous les deux."

Gamins, ils ont joué l'un contre l'autre. "C'était l'époque où les garçons étaient avec les filles, se souvient Zaydou. Je m'en rappelle car il s'agissait de mon premier match sur un grand terrain, avec les moins de 14 ans des Girondins. Nawëal jouait à Mérignac-Arlac, où tout le monde parlait de la fille qui dribblait. C'était rare de voir une fille jouer au foot et être si forte balle au pied. Elle était déjà la plus technique de nous deux. Moi, je suis un milieu plus défensif. Elle, elle ne peut pas jouer 6. En toute vérité, en termes de talent pur, elle est la plus forte. On sent qu'elle a un don. Mais j'avais gagné 1-0."

"C'est la première fois que je sors avec un footeux", confie Nawëal. "Je n'ai pas voulu une fille qui faisait du foot. C'est venu comme ça, s'étonne presque Zaydou. C'est fou comme le foot nous a rapprochés. Il a créé un lien entre nous deux. Sans lui, je ne l'aurais pas épousée. On ne serait même pas ensemble." Sitôt après avoir signé à Saint-Étienne ce 5 juillet, il a oeuvré pour un rapprochement familial. Nawëal : "Zaydou a dit à ses nouveaux dirigeants que sa femme jouait également au foot et qu'elle était la meilleure buteuse d'Orléans". Ils ont accepté que je fasse un essai. J'avais la pression car j'avais déjà résilié à Orléans, et Saint-Étienne joue la montée en D1."

Vingt ans après

12/12/2019
Image
 

Sur le site comme sur le forum, nous vous invitons à revivre la mémorable fessée infligée à l'OM il y a vingt ans. Les acteurs de l'époque n'ont pas oublié cette sacrée soirée du 12 décembre 1999, comme l'attestent ces extraits tirés du site d'Eurosport.

Gérard Soler : "C’est Jésus-Christ qui emballe Geoffroy-Guichard. En quelques semaines, cet inconnu sur lequel nous sommes tombés par hasard au fin fond du Brésil terrasse à lui tout seul l’OM."

Alain Bompard : "A côté de moi, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin est blême et me dit : ‘Mon dieu M. Bompard, quelle catastrophe ! Je ne vais pas rentrer à Marseille, ils vont tout casser.’ Je persiste à croire que si le match n’avait pas été arrêté, on aurait mené 7-0 à la pause, l’OM était pétrifié."

Robert Nouzaret : "J’ai failli l’étrangler dans le vestiaire aprè son match à Nancy. Voilà deux mois qu’il ne faisait rien à l’entraînement et il nous sort ce match. Il me fait penser à Depay : des mecs avec une valeur technique incroyable mais qui n’ont rien dans la tête. Après même s’il est con comme un balai, s’il vous fait gagner des matches… Il estimait que ça ne servait à rien de travailler à l’entrainement. Il ne m’a jamais donné envie de le faire jouer. Il faut dire que ça ne volait pas bien haut avec Alex…Aujourd’hui, je peux passer pour un imbécile mais j’ai toujours privilégié l’humain. Or ses coéquipiers ne l’aimaient pas parce qu’il ne faisait pas les efforts et ça n’aurait pas été juste de le faire jouer."

Alex : "Moi ne pas vouloir m’entraîner ? C’est une légende ! Je m’entraînais. Évidemment, l’hiver, la neige, c’est plus compliqué pour nous, les Sud-Américains, on ne s’entraînait pas de la même façon que les Français et les Européens. Ce match contre Nancy a montré aux dirigeants et aux supporters que j’avais ma place dans l’équipe. Il fallait que j’explose tout. But, sombrero, petit pont, c’était un match incroyable pour moi. Inoubliable mais je n’avais rien à prouver à Nouzaret. J’avais vu dans la semaine du match contre Marseille une plaque au club avec une panthère. Du coup, je me suis dit que j’allais l’imiter. J’ai vu ensuite plusieurs joueurs la reproduire. Gomis et d’autres. Mais ce ne sont que des imitations ! Cette célébration, c’est moi ! Aujourd’hui encore, j’ai gardé contact avec beaucoup de supporters des Verts, nous renseigne celui qui défendra les couleurs de Cruzeiro ou Fluminense. Il y en a même un qui m’envoie chaque année le nouveau maillot. Je les ai tous. Et il faut savoir qu’à l’époque, certaines femmes enceintes donnaient mon nom à leur bébé.""

Julien Sablé : "Je m’entendais bien avec Alex. Je sais que c’était l’amour vache avec Robert. Alex est arrivé hors de forme. Aloisio avait une connexion, un côté empathique, enthousiaste d’entrée. Alex avait un côté star. Je me souviens qu’un de ses amis lui portait ses sacs à l’entrainement. A l’époque, ça ne se faisait pas et c’est le genre de comportement qui ne plaisait pas au coach. Tout nous réussit ce soir-là contre l'OM, on a un début de match fébrile. Mais sur notre première action, on déclenche et c’est parti pour le festival. Je n’ai pas vécu beaucoup de soirées comme celle-là dans ma carrière. Tout ce qu’on espérait se réalisait sous nos yeux. Le public, les émotions ressenties : ce moment restera gravé à jamais. Alex, il pouvait être énervant parce que vous courriez pour lui, l’équipe jouait pour lui. Mais il a l’instinct du buteur, créatif que personne n’avait. Il sublimait notre travail. Il pouvait nous irriter à l’entrainement, il n’aimait pas s’entrainer mais il plantait donc on l’adorait. Dans le foot, il y a des architectes et des ouvriers. J’étais un ouvrier au service des architectes. Alex était le meilleur architecte qu’on ait eu."

 

Loïc adore les pandores

12/12/2019
Image
 

Comme le rapporte Le Progrès du jour, 120 gendarmes ligériens ont participé mardi après-midi à un tournoi de foot indoor au complexe sportif andrézien Club 42 dont Loïc Perrin est l'un des actionnaires. Photo à l'appui, le quotidien régional nous apprend que le capitaine des Verts a remis un chèque Bertrand Duclos, délégué de l’association Gendarmes de cœur, qui œuvre en soutien aux familles des gendarmes blessés ou qui ont des enfants malades.

Benkhedim et/ou Tshibuabua titulaires ?

12/12/2019
ImageImage
 

Selon la dernière édition du Progrès, Claude Puel va titulariser Bilal à Wolfsbourg aux côtés de Franck et Loïs dans un 4-2-3-1 :

Moulin - Palencia, Moukoudi, Kolodziejczak, Silva - Youssouf, M'Vila - Honorat, Benkhedim, Nordin - Diony.

De son côté, la Pravda met Marvin mais aussi Jean-Eudes et Robert dans un onze de départ aligné en 3-5-2.

Moulin - Moukoudi, Tshibuabua, Kolodziejczak - Palencia, Youssouf, M'Vila, Ahoulou, Silva - Nordin, Beric

Acclamez Chalamet ! (6)

11/12/2019
Image
 

Sur le plateau de C à vous ce soir sur France 5 pour faire la promo du film Les filles du Docteur March, Timothée Chalamet a revendiqué une nouvelle fois son statut de supporter de l'ASSE... avant de filer au Parc des Princes et d'avouer qu'il avait eu dans sa chambre le poster d'un futur vilain bourreau des Verts !

"Saint-Etienne, c'est l'équipe dans mon coeur. C'est la fierté de ma famille française, c'est la fierté de la région, de la ville. J'adore le foot, je suis de passage à Paris donc ce soir je vais au Parc des Princes. Je suis content d'être reçu là-bas mais mon coeur est vert. Il est vrai que j'étais fan de Jimmy Briand quand il était à Rennes, j'avais un poster de lui dans ma chambre."

Batlles reste attaché à Sainté

11/12/2019
Image
 

Auteur d'une très bonne première moitié de saison avec l'Estac (4e de L2 à 4 points du leader lorientais), Laurent Batlles s'est longuement confié dans l'avant-dernière édition de L'Est Eclair. Extraits.

"Sur la fin de ma carrière de joueur, je savais déjà que je voulais devenir entraîneur. J’ai souvent été un relais sur le terrain. On m’a régulièrement confié le brassard, en même temps que des responsabilités. Si j’étais capitaine, c’était aussi pour donner mon avis. Certains de mes anciens coaches me disaient que j’embrayerai, moi aussi, sur une carrière d’entraîneur. J’ai eu la chance d’obtenir mes diplômes en trois ou quatre ans. A Saint-Etienne, j’ai été adjoint de Christophe Galtier et j’ai entraîné l’équipe réserve. J’aurais pu rester à l’ASSE mais je souhaitais voir ce que j’étais capable de faire dans un rôle de numéro un chez les pros. Je n’avais pas de possibilité d’entraîner plus haut et je ne voulais surtout pas me griller. Il me fallait, comme je l’ai fait durant ma carrière de joueur, procéder par étapes, faire les choses dans l’ordre.

J’essaye d’être dans l’humain, de beaucoup déléguer, d’offrir des responsabilités aux personnes qui m’entourent, ce qui nous permet à tous d’avancer. Quand je dois être dur, je peux l’être. Mais si je suis dur, je me dois d’expliquer pourquoi au joueur. Il a le droit de savoir. Je sais où aller. Je déteste la défaite et encore plus l’injustice et le mensonge ou le manque d’investissement. Quand je suis confronté à ça, mon caractère ressort. Parfois avec virulence. Tout le monde a le droit de s’exprimer, sans dépasser certaines limites. Certaines réactions me mettent hors de moi. Je ne suis pas carriériste mais je veux réussir. Troyes n’est pas un tremplin. Je suis dans l’apprentissage du haut niveau. Mon objectif est de grandir avec le club, de faire grandir l’Estac et être le plus performant possible. Après, on verra où tout cela nous mènera.

J’ai fini ma carrière de joueur chez les Verts. Au départ, je n’étais pas enchanté. Sainté sortait de saisons difficiles. J’ai quand même tenté le coup. Tout le monde a envie de jouer dans le Chaudron. J’ai pu finir ma carrière là-bas avant d’y entamer ma reconversion. Ma femme Sophie et mes enfants Ilona (18 ans), Lia-Rose (15 ans) et Louis (5 ans) sont restés à Sainté pour le moment. Je ne voulais pas tout remettre en cause. Imaginez que ça ne se passe pas bien à Troyes, que je sois débarqué. Il aurait fallu à nouveau tout changer. On s’est donc donné une année pour voir. J’essaye de descendre presque chaque week-end. Sophie a créé son entreprise il y a trois ans, elle est praticienne de feng shui traditionnel chinois à Saint-Galmier. J’aurais pu rester à Sainté où il me restait deux ans de contrat, cela aurait permis à Sophie d’être plus tranquille. Mais après discussion, on a conclu que de rejoindre l’Estac était la meilleure chose pour moi."

Un tirage de toute Beauté (3)

11/12/2019
Image
 

Le 32e de finale Coupe de France que les Verts joueront en Corse contre Bastia-Borgo a été fixé par la FFF au dimanche 5 janvier à 14h15. Reste à savoir dans quel stade se jouera la rencontre, le stade Armand-Cesari de Furiani (16 000 places) étant fortement pressenti car le complexe sportif de Borgo peut accueillir maximum 2 000 spectateurs.

Changement de meute chez les Loups

11/12/2019

 

Kicker se fait l'écho des nombreux bruits entendus ces jours-ci autour du VfL Wolfsbourg, qui a perdu 4 des 5 derniers matches de championnat. Les critiques des joueurs envers l'entraîneur Oliver Glasner enflent.
Le quotidien pense que le match contre Sainté pourrait fournir des indices importants pour l'avenir, en particulier sur l’évolution du système de jeu. On annonce un 3-5-2, pour une répétition quatre jours avant la réception du leader de la Bundesliga, Mönchengladbach.
Une répétition, mais surtout une belle rotation, puisque comme les Verts, les Loups vont faire beaucoup tourner avec des joueurs annoncés dans le 11 de départ ayant peu joué jusqu’à présent en championnat : 
Les défenseurs Paulo Otavio (aucun match), Kevin Mbabu (2 matchs), Yannick Gerhardt (7 matchs), les milieux Elvis Rexhbecaj (aucun match), Renato Steffen (8 matchs) et Xaver Schlager (5 matchs), les attaquants Luke Nmecha (6 matchs) et Daniel Ginczek (1 match).
Meilleure défense de la Bundesliga, Wolfsbourg est l’avant-dernière attaque, et l’idée du 3-5-2 serait de conserver la solidité défensive tout en ayant, avec deux attaquants, une plus grande présence dans la surface de réparation, avec possiblement en soutien, l’espoir autrichien de 22 ans arrivé cet été, et longuement blessé à la cheville, Schlager.

Nanard parle du Qatar

11/12/2019
Image
 

Dans un article consacré aux investisseurs étrangers de L1 paru hier sur le site de Capital, Bernard Caïazzo évoque le club que l'ASSE recevra ce dimanche soir en match de clôture de la 18e journée de L1. "Les Qataris ne cherchent pas la rentabilité mais la notoriété. Avant le PSG, personne ne savait les situer sur une carte."

Avec Khazri contre Paris ?

11/12/2019
Image
 

"Opéré de la main le 22 novembre dernier, Wahbi Khazri monte en puissance. Mardi matin, sous l'oeil de Laurent Huard, il a travaillé devant le but avec le gardien Stefan Bajic. Mais c'est encore trop tôt pour pouvoir réintégrer le groupe" souligne Le Progrès du jour. Le numéro 10 des Verts, qui n'est pas du voyage à Wolfsbourg, sera-t-il apte à affronter Paris ce dimanche soir en match de clôture de la 18e journée ? Miguel Trauco espère être remis pour ce choc. Forfait à Reims en raison d'une douleur à la cheville, l'international péruvien s'est entraîné hier comme Yohan Cabaye comme le rapporte le quotidien régional.

800 supporters des Verts à Wolfsbourg

11/12/2019
Image
 

Si les Verts sont déjà éliminés de l'Europa League, ils pourront compter sur le soutien de nombreux supporters demain soir à la Volkswagen Arena de Wolfsbourg. "On en attend au moins 800. Et peut-être même un peu plus, sachant que les Magic Fans pourraient recevoir le renfort d’un groupe d’Ultras de Stuttgart, le Commando Cannstatt 97 dont ils sont proches" précise la dernière édition du Progrès.

Thuilot au G7

11/12/2019
Image
 

Comme le rapporte la Pravda du jour, le nouveau DG de l'ASSE est impliqué dans les réunions des clubs de L1 et L2 qui se dérouleront aujourd'hui et demain. Extraits.

"Un dossier important va animer les échanges : la future répartition des droits télé avec l'entrée en vigueur du contrat qui rapportera 1,153 milliard d'auros par saison pendant quatre ans à partir du 1er juillet. Cette manne risqu de susciter des débats animés. Aujourd'hui les pensionnaires de L1 vont tenter de s'entendre au sujet d'une répartition tout en conservant le ratio qui veut que le premier ne touche pas plus de 2,35 fois plus que le dernier.

Un autre thème risque d'être parasité par les droits télé : la réforme de la gouvernance. Un groupe de travail composé de sept dirigeants de clubs de clubs de L1 et de L2 - Melero (PSG), Ponsot (Lyon), Létang (Rennes), Thuilot (Saint-Etienne), Keller (Strasbourg), Joannin (Amiens) et Roussier (Nancy) - a planché là-dessus avec le précepte suivant : la L1 décide pour la L1 et la L2 pour la L2, ce qui est grosso modo déjà le cas."

Une nouvelle Amazone !

10/12/2019

En tête de leur groupe de seconde division, les Amazones viennent d'enregistrer le renfort en prêt de Manon Uffren (22 ans) évoluant au poste de milieu de terrain. 

Objectif Gard pour Printant ?

10/12/2019
Image

 

"Ghislain Printant était à Nîmes ce midi. Et plus précisément à la brasserie "Le Printemps", cela ne s’invente pas. Ce Montpelliérain de 58 ans est sans club depuis son licenciement dans le Forez pour faute grave, le 14 novembre dernier. L’histoire ne dit pas encore s'il est venu dans le Gard pour négocier un poste chez les Crocos"  nous apprend le site Objectif Gard. "Ce qui est certain, c’est qu’alors que le départ de Laurent Boissier n’est pas encore officialisé, son président (qui était à Paris aujourd'hui) lui cherche déjà un remplaçant. Pour la petite histoire, Printant a quitté la Ligue 1 par une victoire 1-0 de Saint-Étienne…à Nîmes le 29 septembre."

A vingt chez Josuha !

10/12/2019

Pour le dernier match de la saison des Verts en Europa League, Claude Puel a convoqué un groupe de vingt joueurs. On notera de nombreuses absences (Stéphane Ruffier, Mathieu Debuchy, Wesley Fofana, Miguel Trauco, Loïc Perrin, Yohan Cabaye, Mahdi Camara, Ryad Boudebouz, Wahbi Khazri et Denis Bouanga) mais également l'apparition dans le groupe de Marvin Tshibuabua, Victor Petit et Tyrone Tormin. A noter que William Saliba, Charles Abi et Kévin Monnet-Paquet sont toujours blessés. 

Le groupeJessy Moulin, Théo Vermot, Stefan Bajic - Harold Moukoudi, Timothée Kolodziejczak, Gabriel Silva, Sergi Palencia, Marvin Tshibuabua - Yann M'Vila, Bilal Benkhedim, Jean-Eudes Aholou, Assane Dioussé, Zaydou Youssouf, Victor Petit - Loïs Diony, Franck Honorat, Arnaud Nordin, Romain Hamouma, Robert Beric, Tyrone Tormin.

Bauthéac a remis ça contre Doxa

10/12/2019

Image

D'un somptueux coup franc en pleine lucarne, Eric Bauthéac a marqué avant-hier le premier but de la victoire d'Omonia Nicosie contre Doxa lors de la 12e journée du championnat chypriote.

Pour rappel, l'ancien ailier gauche de l'équipe réserve de l'ASSE avait déjà marqué de la sorte à l'aller.

Anthony revit

10/12/2019
Image
 

L'ancien portier stéphanois Anthony Maisonnial, qui n'avait joué qu'un seul match avec le FC Sion, se réjouit d'avoir déjà gardé les cages du Paris FC à onze reprises depuis le début de saison, comme il l'a expliqué sur la chaîne youtube de l'actuel antépénultième de L2.

"Mes débuts en pro ? La même semaine, Ruffier en Coupe de la Ligue se blesse contre Nancy. Je vais à Lorient en tant que numéro deux et au bout de douze minutes je dois entrer en jeu car Jessy Moulin prend un carton rouge. J’ai 18 ans à l’époque, j’ai beaucoup d’émotions. Une fois sur le terrain je ne pense plus à tout ça. Je pense à essayer de faire une performance. Pour moi c’est magnifique, je pense à toute ma famille qui est de Saint-Etienne. Je sais qu’ils vont être comme moi, comme des enfants. J’étais vraiment très content.

Comment j’explique mon erreur à Sion ? Je n’ai pas vraiment trouvé d’explications. Je fais une bonne préparation mais lors du premier match de championnat au bout de quatre minutes je fais une erreur, le but est pour moi. Je n’ai plus joué de la saison. Je travaillais, j’ai travaillé toute la saison, je me devais de rester en forme. Mais c’est vrai que ça a été difficile de ne plus rejouer une minute.

Mon ami William Gomis s’est fait assassiner le 10 septembre. Moi ça faisait un mois et demi que je ne jouais plus. J’ai pris une claque, ça a été tellement douloureux que je me suis dit que le football c’est vraiment le bonheur, le plaisir. Quand on est dans le monde pro, on oublie un peu ce plaisir. C’est un métier magnifique mais on met parfois le plaisir de côté.  A partir de ce moment-là je me suis conditionné à ne prendre que du plaisir en essayant bien sûr s’être performant car c’est la base du foot de haut niveau.

Je ne me suis plus pris la tête avec le football. La saison dernière, je ne la pensais pas aussi constructive. Sur le plan mental, énormément de choses ont changé. Je ne pouvais pas aller plus bas. Quand tu vois un gardien étranger qui arrive dans ton club et qui commet une erreur au bout de quatre minutes, tu ne veux plus rien savoir. Ça a été compliqué mais il y a la famille qui fait que je ne j’ai jamais baissé la tête. Je travaillais pour rebondir car j’avais vingt ans.

Dans ma tête c’était clair, il fallait que je quitte le FC Sion. Dès que le Paris FC m’a appelé, j’ai foncé. Je savais que je venais de faire une saison blanche, que j’avais fait une erreur mais je connais aussi mes qualités. Je sais que je ne pouvais pas rester là-bas prendre mes trois années de contrat, peut-être qu’après le foot aurait été fini pour moi. J’ai résilié mon contrat pour venir à Paris.

Je suis arrivé au Paris FC à la base comme doublure, pour jouer les matches de Coupe. Ces matches-là se sont bien goupillés pour moi. Le coach m’a fait jouer à Lens et après ça s’est enchaîné pour moi. Je donne tout quand je suis sur le terrain. J’ai vécu une année magnifique. J’ai eu ma fille, juste avant le match de Lens. Il ne pouvait rien arriver de plus beau pour moi. C’est incroyable ce qui m’arrive. Je revis. Je rentre chez moi je suis heureux. Je revis complètement."

Un tirage de toute Beauté (2)

10/12/2019

 

Les Verts vont donc affronter début janvier (le 4 ou le 5) Bastia Borgo en 1/32ème de finale de la Coupe de France.
Club fondé en 2017 et issu de la fusion du CA Bastia et du FC Borgo, le FC Bastia Borgo est monté en mai dernier en National.
Le promu, actuel 12ème avec 15pts en 15 journées (3 victoires, 6 nuls et 6 défaites), n’a plus gagné, si on met la coupe de côté, depuis le 27 septembre (3-2 contre Quevilly).
Depuis le club coaché par Jean André Ottaviani reste sur 3 nuls et 3 défaites.

En coupe, les Corses se sont qualifiés grâce à leur victoire à Nanterre (club de R1) 2-1 après une qualification obtenue au tour précédent à Noeux-les-Mines (R1, 0-2).

Le club de l’ex-vert Pierrick Cros, a brillé l’an dernier grâce à son attaquant Cédric Odzoumo (16 buts en 26 titularisations). Cette saison, le buteur, loué pour sa générosité et qualifié de « plaque tournante de l’attaque » par son coach, a claqué quatre buts, dont trois en championnat (en 11 titularisations).

Avant de défier les Verts, probablement à Furiani, Bastia Borgo se déplacera en championnat à Villefranche et recevra Laval.

Un Anglais au sifflet (2)

10/12/2019
Image
 

Comme à l'aller, un Anglais sera au sifflet jeudi à 21h00 pour le match hélas pour du beurre que l'ASSE jouera à Wolfsbourg. Agé de 38 ans, ce natif de Wigan sera assisté de ses compatriotes Edward Smart et Constantine Hatzidakis, Il connaît les Verts pour avoir été le quatrième arbitre lors de la victoire de Sainté contre le Beitar à Jérusalem le 17 août 2016.

Bafé avait Martel en tête (2)

10/12/2019
Image
 

Dans l'émission "Le Vestiaire", Gervais Martel a rappelé hier sur RMC Sport 1 que Bafé Gomis avait failli quitter les Verts pour les Sang et Or en 2007.

"Bafé Gomis, qui jouait à Saint-Etienne, j’ai son contrat qui est rangé dans mes tiroirs. J’ai attendu cinq jours au Novotel de Saint-Etienne. Je partais en vacances. Ma femme m’a dit"‘super, les vacances". Il faut le faire, cinq jours de vacances au Novotel de Saint-Etienne (rires). Mon ami Romeyer, au dernier moment, me dit : "Non, on ne le vend pas."

Dans La Voix du Nord, l'ancien président lensois avait indiqué il y a un an et demi que l'ancien attaquant stéphanois avait signé un pré-contrat au Golf d'Arras mais que Roro avait rehaussé au dernier moment le prix de vente de son joueur de 7 à 12 M€.

Quand Lacombe se met au vert au Fond Rose

10/12/2019
Image
 

Dans la dernière édition de France Football, le très vilain Bernard Lacombe évoque ses bonnes relations avec plusieurs anciens Verts. Extraits.

"Le restaurant Fond Rose est une des brasseries Bocuse. Il y en a plusieurs à Lyon. L'avantage ici c'est qu'on n'est pas dans le coeur de Lyon, on est au vert sur les bords de la Saône, on peut se garer facilement et dîner en toute discrétion. Et ça vaut mieux, car une fois j'y ai invité Dominique Rocheteau une semaine avant le derby. C'était mieux pour lui qu'on se voit hors de Saint-Etienne... C'est tellement un bon mec ! J'ai quand même joué un an avec lui à l'ASSE.

J'y ai souvent invité aussi Jacques Santini, un autre Vert. Quand je suis arrivé à Saint-Etienne comme joueur, mon père est décédé et ma femme Mireille a connu de nombreux problèmes avant de mettre au monde notre deuxième enfant. Cela me faisait faire des allers-retours incessants en voiture. Jacquot a dit : "arrête, tu vas dormir chez moi !" et j'ai dormi chez lui plusieurs semaines. Cela ne s'oublie pas. J'ai aussi invité plusieurs fois Osvaldo Piazza, on a un ami commun."

Tchouki c'est les plus forts ?

10/12/2019
Image
 

Ancien défenseur des vilains (de 1958 à 1966) et ex-entraîneur des Verts (1983-1984), Jean Djorkaeff (80 ans) explique dans Le Progrès pourquoi il a préféré la banlieue à la capitale du football.

"Grenoble en D2, extraordinaire. Puis André Laurent m’a fait signer trois ans à l’ASSE. Ça ne m’a pas plu. C’était après la caisse noire, je n’avais pas choisi les joueurs, il m’a mis de côté au bout d’un an, mais j’ai gagné mon procès."

Debuchy prend soin de lui

10/12/2019
Image
 

Dans la dernière édition du Progrès, Mathieu Debuchy explique comment il arrive a enchaîner les matches malgré un âge (34 ans) assez avancé pour un latéral.

"J’essaye de donner le maximum. On s’accroche. J’essaye d’optimiser au mieux mes temps de repos, de faire attention à tout : l’alimentation, l’entraînement invisible après les séances… Je fais en sorte de bien récupérer en passant plus de temps aux soins, en salle d’étirement. Ce sont des choses que tu ne fais pas forcément qu’en t’es plus jeune. Avec l’âge, tu en as besoin car tu récupères moins vite. Les jeunes progressent et travaillent bien. Le plus difficile pour eux, c’est de confirmer et de rester constant."

Aubame bat West Ham

09/12/2019
Image
 

Arsenal, qui restait sur une inquiétante série de huit matches sans succès, a renoué ce soir avec la victoire (3-1) sur le terrain de West Ham. Passeur décisif puis buteur, Pierre-Emerick Aubameyang a été le principal artisan du sursaut des Gunners, qui remontent à la 9e place de la Premier League, à 7 points de la quatrième et dernière place qualificative pour la Champions League occupée actuellement par le Chelsea de Kurt Zouma.

Payet, chapeau l'altruiste !

09/12/2019
Image
 

S'il restera avant tout dans l'histoire comme le mythique buteur de l'inoubliable 100e derby de l'histoire, Dimitri Payet est aussi le meilleur passeur de l'élite depuis 2007 (81 offrandes dont 18 pour Sainté) selon un classement à paraître demain dans France Football. L'ancien numéro 7 des Verts devance l'actuel, Ryad Boudebouz ayant délivré 53 galettes dont 3 cette saison pour l'ASSE (contre Dijon, les vilains et les Canaris). On notera que notre gai Luron figure également dans le top ten (avec 39 assists dont 31 pour Sainté).

1. Payet (81)

2. Boudebouz (53)

3. Briand, Di Maria, Valbuena (49)

6. Féret (45)

7. Martin, Pastore (42)

9. Danic (40)

10. Hamouma (39)

 

Un tirage de toute Beauté

09/12/2019
Image
 

Comme prévu, le tirage au sort des 32es de finale de Coupe de France a été effectué ce soir au Roazhon Park. Les Verts joueront dans l'Ile de Beauté le 4 ou le 5 janvier contre Bastia-Borgo.

12e de National 1 avec un seul point d'avance sur le premier relégable, ce club corse a l'antépénultième défense de son championnat malgré la présence de l'ancien Vert Pierrick-Cros.

Votez Bouanga !

09/12/2019
Image
 

A l'instar de l'attaquant strasbourgeois Ludovic Ajorque et du vilain milieu Jeff Reine-Adélaïde, Denis Bouanga fait partie des trois nommés pour le trophée UNFP du meilleur joueur de L1 de novembre, remporté l'an dernier par Wahbi Khazri.

Grand favori, le numéro 20 des Verts compte sur vos suffrages. Votez pour lui ici !

Le QSG viendra sans Gueye ni Kimpembe

09/12/2019
Image
 

Touchés tous les deux aux ischios-jambiers, Presnel Kimpembe et Idrissa Gueye seront indisponibles ce dimanche soir à GG selon le site du QSG.

Mais Marco Verratti (qui a participé à toute la séance de ce lundi) et Edison Cavani (qui reprendra l'entraînement collectif demain) seront très probablement opérationnels pour ce match de clôture de la 18e journée.

Ruddy contre Paris

09/12/2019

M. Buquet

C'est l'expérimenté Ruddy Buquet qui a été désigné pour diriger le match vedette du dimanche soir entre les Verts et le QSG le 15 décembre.

Il faut noter que cette saison, c'est lui qui a arbitré la dernière défaite du leader parisien sur la pelouse de Dijon (2-1).

Ce sera la 2ème fois qu'il siffle un match des Stéphanois cette saison, puisqu'il était au centre du terrain pour la victoire stéphanoise en terre girondine. (1-0 sur un pénalty de Bouanga)

Il sera assisté à la VAR par Johan Hamel et Dominique Julien.

Partager