Une forteresse à Brest

16/02/2020
Image
 

Le Télégramme met aujourd'hui en exergue les performances des Brestois à domicile. Extraits.

"En 12 rencontres, ils ne se sont inclinés qu’une fois devant leurs supporters, en toute fin de match face au PSG. C’est le plus petit total de défaites à la maison en Ligue 1, à égalité avec le leader parisien, Marseille (2e) et Lille (4e). Cette saison, Brest est parvenu à égaliser cinq fois après avoir concédé un but à domicile (Lyon x2, Paris, Nantes, Bordeaux) et a arraché deux fois la victoire dans les dix dernières minutes (contre Reims et Amiens). "C’est vrai qu’il y a une sorte de force supérieure à domicile", reconnaît Olivier Dall’Oglio. "Les joueurs se sentent chez eux, il n’y a pas de notion de stress. Il y a l’engouement du public, près du terrain, bien sûr, ça aide. L’adversaire se sent un peu étouffé, et ça, c’est bien."

Les Verts, qui restent sur cinq défaites consécutives à l'extérieur en L1, parviendront-ils à faire tomber la forteresse de Brest ? 

 

Crédit photos : Côté Brest

Les Brestois voulaient Honorat

16/02/2020
Image
 

Dans sa dernière édition, Le Télégramme confirme que le Stade Brestois convoitait le numéro 14 de l'ASSE. Extraits.

"Franck Honorat a été désiré ardemment par le Stade Brestois lors des deux derniers mercatos, cet été et en janvier. Le staff breton aurait voulu profiter de sa vitesse sur le côté droit. "C'est sa principale qualité, explique Johan Gastien, qui l'a côtoyé une saison en Auvergne. Je n'ai jamais évolué avec quelqu'un d'aussi rapide. Brest joue un peu moins au ballon qu'en L2, il auraut pu être utile dans les transitions. Franck Honorat a progressé dans le dernier geste, il est devenu plus décisif et il dispose d'une belle marge de progression."

Sain, Denis !

16/02/2020
Image
 

Comme le rapporte la Pravda, Claude Puel n'a pas tari d'éloges sur son numéro 20 hier en conférence de presse.

"Denis possède un très gros potentiel. Désormais, il doit retrouver la fraîcheur et la légèreté qu'il avait avant sa blessure. C'est vrai qu'il a enchaîné très vite, avec beaucoup de temps de jeu puisque nous avons des blessés dans le secteur offensif. Donc on s'appuie beaucoup sur Denis. C'est quelqu'un de sain, travailleur, qui a de très bonnes dispositions techniques et physiques. Denis aime bien ce positionnement de piston qui lui permet d'avoir de l'espace, de pouvoir partir de loin, de ne pas être serré au marquage. Il peut se retrouver dans des un contre un, et il est très intéressant quand il rentre sur son pied droit. C'est sûr que, de temps en temps, j'aimerais le soulager, lui donner plus de repos."

L'international gabonais devrait toutefois être titularisé à Francis Le Blé. Placé en vigilance orange, le Finistère résistera-t-il à la tempête Denis ?

Une bonne opération

15/02/2020
Image

 

Razik Nedder nous a livré sa réaction suite à la nette et importante victoire de son équipe contre le Stade Bordelais.

"Ce n’était pas un match de tout repos. La première mi-temps était très disputée, notamment les vingt premières minutes. On a ensuite réajusté notre jeu, dans l’animation offensive on s’est amélioré. Le coup franc d’Edmilson nous a permis de décanter la situation. Quand il arme il frappe très fort, il sait mettre des coups de canon. On connaissait l’importance de ce match, on ne s’en était pas caché, on l’avait dit aux garçons. On s’était mis la pression.

C’était un  match-clé, une journée surtout importante car il y avait des confrontations directes entre équipes qui jouent le maintien et d’autres équipes jouant le maintien qui jouaient chez des très gros. Il y avait l’opportunité que ce championnat se resserre et c’est ce qui s’est passé. On a gagné et les autres résultats nous sont favorables. On est revenu à hauteur de Chamalières, on n’a plus qu’un point de retard sur Andrézieux et deux sur Montpellier. On fait une bonne opération.

On avait des armes offensives aujourd’hui avec des joueurs capables de faire des différences. On avait aussi un banc de touche de qualité notamment avec Maxence qui rentrait de sélection et qui nous a facilité cette fin de match en délivrant deux passes décisives. Max a fait une excellente entrée en jeu, il a joué juste. C’est important de bénéficier de joueurs capables de créer du déséquilibre. Ce week-end était facilité par notre effectif et le fait qu’on ait pu se déplacer en avion. On était dans les conditions optimales, ça nous a aidé à gagner en efficacité."

N2 : les Verts enfoncent la lanterne rouge

15/02/2020
Image
 

Vous avez pu suivre la rencontre en direct sur notre forum grâce au potonaute Gilleus, envoyé spécial au stade Sainte-Germaine du Bouscat (Gironde) : la réserve a gagné 4-0 ce soir contre le Stade Bordelais, lanterne rouge qui en avait déjà pris 5 le week-end dernier à Andrézieux.

Sur un coup franc excentré obtenu par Lamine Ghezali, Edmilson a ouvert le score à la fin d'une première mi-temps marquée par un coup franc de Victor Petit et par une parade décisive de Stefan Bajic.

En supériorité numérique les 25 dernières minutes suite à un fauchage sur Lamine Ghezali, les Stéphanois ont fait le break grâce à un csc provoqué par Lamine Ghezali à la 74e avant de tuer le match à la 81e grâce à Tyrone Tormin sur une passe décisive de Maxence Rivera, qui a permis à Baptiste Gabard de corser l'addition à la 88e.

Bajic - Durivaux, Kouyaté, Leleux (Nadé, 87'), Llort - Petit, Gourna, Edmilson (Rivera, 73') - Hérelle (Gabard, 64'), Ghezali, Tormin.

Blachon a du sang vert

15/02/2020
Image
 

Lors d'un intéressant entretien de 42 minutes à écouter en intégralité sur le site Dessous de Verts, Alain Blachon est revenu cette semaine sur ses vertes années. Extraits.

"J’ai du sang vert qui coule dans mes veines. Je suis désormais guide bénévole pour des visites du stade Geoffroy-Guichard. Ce qui m’intéresse dans cette activité, c’est le plaisir de partager la passion des gens, et d’être avec les gens qui ont certainement applaudi Christophe Galtier et son équipe. J’ai du sang vert qui coule dans mes veines.

Christophe Galtier a longtemps été numéro deux avant de succéder à Alain Perrin. Quand tu passes numéro un, c’est à toi prendre des décisions, de faire les compos d’équipe. Il faut être couillu pour titulariser Manu Rivière plutôt qu’Ilan à Grenoble. Au début Christophe ne savait pas trop comment faire, il avait besoin d’être rassuré, conseillé, orienté.

Fort de mes dix années d’expérience aux côtés de Guy Lacombe, j’ai apporté ma patte sur les montages. On a varié. Ça a aidé Christophe à faire les choses avec beaucoup plus de professionnalisme, plus de recul. Il avait confiance en moi. Ça lui permettait de s’attarder sur la communication et le relationnel avec les joueurs.

Cette première victoire 2-1 à Grenoble nous a fait énormément de bien. On a été malmené, balloté mais Manu a marqué. Ce n’était pas un joueur qui était programmé pour jouer en équipe première et il a survolé cette seconde partie de saison en marquant une dizaine de buts. C’était inespéré pour nous, ça a permis à Christophe de s’imposer en tant qu’entraîneur.

Avec Christophe on est parti de rien du tout et on a sauvé le club. Souvent quand on est en contact on parle de cette période qui a été charnière pour lui. On sait très bien – on l’a vu avec d’autres entraîneurs qui ont moins de réussite – au bout de deux ou trois matches, si vous ne faites pas de bons résultats en tant que jeune entraîneur, on dit que vous n’avez pas le niveau.

Il fallait faire front. On a eu la chance d’avoir des résultats, de bien travailler, et de permettre à l’équipe de se sauver. Ça, c’est une fierté incommensurable. On est parti sur les bases d’une belle aventure, quelque chose de positif. Christophe a ensuite énormément travaillé pour améliorer son équipe, pour améliorer un vestiaire qu’on estimait en manque d’expérience.

Toutes les années avec Christophe ça n’a été que du bonheur car on a eu beaucoup de réussite. Je lui ai souvent dit que c’était un entraîneur avec pas mal de réussite. Si Guy Lacombe avait eu la chance de Christophe en plus de son talent, il aurait fait des choses merveilleuses aussi.

Christophe a fait des choix déterminants, cruciaux à certains moments, à l’image d’une victoire à Lyon alors qu’on n’était pas au mieux. Il décide au dernier moment de faire une défense à trois, qui nous permet de gagner. Ce sont des choses fantastiques et inoubliables.

Le baiser à Christophe à l’issue du 100e derby ? Moi je suis un intuitif. J’avais dit aux joueurs avant le match : c’est le 100e derby, il n’y a pas de hiérarchie et on rentre dans l’histoire. On restera pour toujours les vainqueurs du 100e derby. Personne ne pourra l’enlever, on en parlera tout le temps.

Au bout de vingt minutes, je me suis retourné vers Christophe et lui a dit : « ne t’inquiète pas, aujourd’hui rien ne peut nous arriver. La suite m’a donné raison. J’étais tellement heureux à la fin du match que je l’ai pris par surprise. Ce baiser, on en reparlé depuis et on en a bien rigolé. Il ne s’attendait pas à ça.

Au début, Christophe avait des soucis dans les préparations de match, il ne savait pas comment aborder les choses, il n’arrivait pas à se projeter dans le futur. Mais au niveau des analyses c’était déjà un gars très pertinent et performant, surtout à la mi-temps des matches. C’était vraiment super, il pouvait transformer l’équipe à la pause.

Quand tu es entraîneur adjoint, tu as des rapports particuliers avec les joueurs. Tu es proche d’eux, tu les écoutes. On fait passer des messages entraîneur>joueur mais aussi des message joueur>entraîneur. On est au milieu de tout. Ça oblige à avoir des relations à la fois d’autorité mais on doit être aussi des copains pour savoir par exemple pourquoi un joueur n’est pas bien en forme.

Ghislain devait être très proche des joueurs en tant qu’adjoint, peut-être que cette proximité a fait que ça l’a mis en difficulté quand il est devenu numéro un. Soit il a pris du recul et les joueurs se sont dit qu’il avait changé, soit il est resté proche d’eux pour être copains et eux pensaient que c’était toujours un adjoint et ils ne le voyaient pas comme un numéro un. Ghislain l’a pourtant été à Bastia. Mais Bastia n’est pas Saint-Etienne. Saint-Etienne est une grande équipe, dès que tu perds un match t’es tout de suite en première ligne, en ligne de mire des médias.

Christophe était l’adjoint de Perrin avant de lui succéder en tant que numéro un. Et ça a marché avec lui car tout de suite il a pris des décisions fortes, il a fait des compos d’équipe, il a eu un peu de chance et il a su s’affirmer comme numéro un avec la réussite qu’il faut pour avoir la chance de prouver à tout le monde qu’on a le niveau. Ce qui a peut-être manqué à Ghislain, c’est d’avoir un peu de temps."

Anfield, des frissons (5)

15/02/2020
Image
 

Deux des anciens Verts ayant joué à Anfield le 16 mars 1977 ont évoqué ce mythique quart de finale retour de Coupe d'Europe des Clubs Champions dimanche dernier lors d'une conférence aux Sénioriales à Saint-Jean-de-Védas.

Alain Merchadier : "Ce match est un excellent souvenir : j'y ai laissé le nez. Dans un duel, dans une conquête de balle, j'ai sauté avec John Toshack. Il était beaucoup plus grand que moi le garçon, il devait faire 1m90. J'ai pris un coup et le nez est parti. J'ai dû céder ma place à un gros quart d'heure de la fin et dans le même temps Fairclough est entré en jeu. Christian Lopez n'a pas pu l'attraper et on a pris le but du 3-1 synonyme d'élimination. Liverpool, c'est deux choses : la patrie des Beatles et ce match des Reds contre les Verts. L'engouement qu'il y avait autour de cette équipe de Saint-Etienne par rapport à l'adversité de Liverpool reste quelque chose d'extraordinaire, difficilement comparable à l'époque actuelle des réseaux sociaux et du n'importe quoi. Les gens faisaient de gros efforts pour nous, c'est le monde ouvrier qui était venu jusqu'à Liverpool. Il faut rendre hommage à ce peuple vert présent à l'extérieur comme à Geoffroy-Guichard."

Dominique Rocheteau : "Liverpool et Saint-Etienne étaient deux clubs qui se ressemblaient en termes de philosophie de club et d'état d'esprit de la ville. C'est l'un de mes plus grands souvenirs si ce n'est le plus grand au niveau de l'ambiance. A Liverpool, c'était fabuleux. C'est aujourd'hui encore l'un des grands clubs européens, ce club a un palmarès énorme, et quand on va au musée à Liverpool, ce match reste dans les quelques matches de légende des Reds. On a quand même pas mal marqué l'Angleterre à cette époque-là."

Crédit photo : Onze

N2 : les Verts chez la lanterne rouge (2)

15/02/2020
Image
 

L'entraîneur du Stade Bordelais et son champion de France (en 1999 avec les Girondins) repositionné en défense centrale évoquent la réception des Verts (ce samedi à 18h00) dans la dernière édition du quotidien Sud-Ouest.

Alexandre Torres : "Notre lourde défaite à Andrézieux le week-end dernier, c'est clairement un coup d'arrêt, un vrai, qui nous met dans une situation très compliquée. J'avais été obligé de remodeler le groupe et on a reproduit les erreurs individuelles de la première partie de saison. Face aux Verts, la victoire est obligatoire. Nous n'avons plus beaucoup d'espoir mais si nous ne faisons pas le plein à domicile contre des concurrents directs, la tâche risque d'être impossible. Je vais disposer d'un groupe plus étoffé contre Sainté et je sens mes joueurs déterminés à ne rien lâcher. Des qualités sur lesquelles nous devrons nous appuyer."

Pierre Ducasse : "Ce 5-0 qu'on a pris à à Andrézieux nous a cassé les pattes. Ce score lourd est surprenant, nous ne nous attendions pas du tout à ça. Nos dernières prestations contre Romorantin et Nantes avaient été plutôt convaincantes mais nous sommes retombés dans nos travers. Ce n'était peut-être qu'un accident, nous le saurons très vite. Ce match contre Saint-Etienne va conditionner notre fin de saison. Le groupe devra retrouver certaines vertus telles que la solidité, l'envie, un état d'esprit conquérant et la volonté d'aller de l'avant. Cete fois il s'agit de notre dernière chance, ne la laissons pas passer."

 

Crédit photo : Actufoot

Dall'Oglio sans Diallo

15/02/2020
Image
 

Déjà privé de Jean-Charles Castelleto, Olivier Dall'Oglio devra également se passer des services d'Ibrahima Diallo contre Saint-Etienne. Pisté l'été dernier par Sainté et convoité en vain par Leicester cet hiver, le prometteur milieu de terrain de 20 ans ne s'est pas encore remis de sa blessure à la cuisse selon Le Télégramme. Le quotidien breton nous apprend par ailleurs que le passeur décisif du match aller Mathias Autret est incertain pour le match retour programmé ce dimanche à 17h00 à Francis Le Blé. Grippé mercredi et jeudi, le natif de Morlaix est en effet resté en salle ce vendredi.

N2 : les Verts chez la lanterne rouge

15/02/2020
Image
 

Avant-derniers, les réservistes stéphanois jouent ce samedi à 18h00 en Gironde sur le terrain du Stade Bordelais, lanterne rouge. Razik Nedder aborde cette importante rencontre de la 19e journée de N2 dans la dernière édition du Progrès. Extraits.

"Il ne faut pas se mentir, c’est un match clé. C’est une équipe que nous avons battue à l’aller et reste un concurrent pour le maintien. L’objectif est de bonifier notre match nul contre Nantes en prenant trois points à l’extérieur. Nous avons une équipe peu athlétique, nous sommes obligés de nous en sortir par le jeu. Le retour de Lamine Ghezali va nous faire du bien. Il retrouve du rythme et vient avec un bon état d’esprit. Nous comptons sur lui pour marquer les buts importants qui nous ont fait défaut sur la phase aller."

Une anomalie pour Benjamin Guy

15/02/2020
Image
 

Préparateur physique du Stade Brestois, Benjamin Guy s'est confié au Télégramme avant d'accueillir les Verts ce dimanche à 17h00. Extraits.

"On n'a fait aucun aucun non-match à la maison. Les joueurs sont portés par leurs supporters, leur famille. On est réguliers à Le Blé, c'est une force et on peut s'appuyer là-dessus. C'est quelque chose qu'on peut reproduire et qui existait déjà la saison passée. Cela fait aussi venir le public qui est capable de nous pousser, de nous transcender quand on en a besoin.

Cette équipe de Saint-Etienne est en difficulté en ce moment en championnat. Je pense qu'elle va réagir mais si on veut prendre des points à cette équipe, on va les prendre, on ne va pas se gêner. C'est une anomalie de voir les Verts à cette 15e place mais maintenant qu'ils sont là, il faut les considérer comme des concurrents directs. Et avoir l'ambition de gagner pour les laisser derrière nous."

Le rachat de Bouanga

15/02/2020
Image
 

Comme le rapporte la dernière édition du Progrès, Denis Bouanga est content de s'être racheté à Nancy après son match raté à Montpellier.

"La célébration de mon but contre Epianl en faisant mine de me laver ? J'ai enlevé le mal que j’avais. J’avais l’habitude de faire ça quand j’avais des trous. Je devais me rattraper par rapport à Montpellier. J’ai eu des occasions que je n’ai pas l’habitude de louper. En les revisionnant à la maison, j’en ai vraiment raté beaucoup…

J'ai demandé au staff de travailler devant le but. Mercredi j'ai pu bosser et à force de marquer à l’entraînement, tu arrives à le faire en match même si ce n’est pas pareil. Je l’ai tenté jeudi et ça m’a réussi. Cela me donne beaucoup de confiance pour la suite."

Wantier bientôt écarté, Cotte et Bouzaabia menacés ? (2)

15/02/2020

David Wantier sur la sellette, son successeur aurait pu être Jean-Luc Buisine (photo) selon le compte twitter de Bilel Ghazi (journaliste de la Pravda) : "Ces dernières semaines, les dirigeants stéphanois ont également pris attache avec Jean-Luc Buisine pour prendre l’éventuelle succession de David Wantier. Mais l’ancien responsable de la cellule de recrutement de Lille et Rennes avait dû décliner pour raisons de santé."

Erding est aussi en demi

15/02/2020
Image

Auteur du but victorieux de Fenerbahce contre Kirklarelispor, Mervlut Erding s'est qualifié il y a trois jours pour les demi-finales de Coupe de Turquie. L'ancien attaquant stéphanois tentera de décrocher une place en finale aux dépens de Trabzonspor tandis qu'Antalyaspor et Alanyaspor se disputeront l'autre ticket.

Mahdi privé de derby

14/02/2020
Image
 

Déjà averti en coupe contre les deux clubs parisiens, Mahdi Camara a mangé hier contre Epinal une nouvelle biscotte qui le privera du derby programmé le dimanche 1er mars en banlieue, comme l'atteste le tableau des cartons mis à jour par ozzy.

Image

 

Wesley veut la soulever

14/02/2020
Image
 

Comme le rapporte France Bleu Saint-Etienne Loire, Wesley Fofana est brièvement revenu sur la victoire des Verts contre Epinal.

"On savait que ça allait être un combat, il y a eu beaucoup de duels. On savait qu'ils allaient être hargneux. On a répondu présents et on est qualifiés. Cette coupe nous fait du bien, comparé au championnat ou ça ne se passe pas très bien. En coupe, on ne calcule pas. On joue à fond. Désormais, on veut continuer notre parcours jusqu'au Stade de France, et essayer de soulever la coupe. Rennes est une bonne équipe, tenante du titre. Mais la demi-finale va se jouer chez nous, dans le Chaudron. On aura nos supporters avec nous. Ce sera à nous de faire le job après."

Des canailles à la Couaille

14/02/2020
Image
 

Selon la dernière édition du quotidien Ouest France, six ultras stéphanois ont été interpellés en début de semaine dans le bassin stéphanois puis placés en garde à vue pour avoir pillé une station-service de la Couaille (Maine-et-Loire) au retour du match nul des Verts à Angers du 24 mai dernier. Poursuivis pour vol en réunion, les quatre majeurs impliqués devront s’expliquer prochainement devant la Justice.

Wantier bientôt écarté, Cotte et Bouzaabia menacés ?

14/02/2020
Image
 

La Pravda évoque l'avenir incertain des responsables du recrutement, du médical et de la préparation physique de l'ASSE. Extraits.

"David Wantier pourrait se voir destitué de ses prérogatives avant la fin du mois. L'idée de son éviction a même déjà été actée par ses dirigeants, soucieux de nommer son successeur avant la fin de la saison pour mieux préparer le prochain mercato estival, notamment dans le sens des sorties.

C'est Gérard Bonneau qui est aujourd'hui le favori pour prendre l'éventuelle relève de Wantier. Actuel responsable de la cellule de recrutement du Servette Genève, l'ancien recruteur emblématique de l'Olympique Lyonnais (65 ans) connaît bien Puel pour l'avoir côtoyé dans le Rhône.

Ciblés en raison de la cascade de blessures vécues par l'ASSE ces dernières semaines, le médecin Tarak Bouzaabia et le préparateur physique Thierry Cotte sont également dans le collimateur. Mais le premier est très apprécié des joueurs et les deux hommes sont surtout proches de Roland Romeyer, le président du directoire du club. Ce qui n'est pas forcément le cas de Wantier. Cela pourrait peser."

Un Bordeaux à l'heure du digeo

14/02/2020

asse bordeaux

La Ligue qu'on adule a programmé la confrontation contre les Girondins dans le cadre de la 28ème journée de L1.

C'est le dimanche 8 mars à 15h que les Verts recevront les Bordelais à GG, soit 3 jours après la demi-finale de coupe de France que l'on espère inoubliable.

3 Verts chez les U19 bleus !

14/02/2020

Durivaux

Jean-Luc Vannuchi vient d'annoncer la liste des U19 français pour la double confrontation amicale au Portugal, les 25 et 27 février prochain.

Et ce sont 3 Stéphanois qui sont convoqués : aux habituels Stefan Bajic (11 matchs en U19) et Tyrone Tormin (appelé en janvier dernier, et 5 fois chez les U18), un nouveau venu vient compléter la colonie verte. Il s'agit du défenseur Dylan Durivaux pour qui ce sera la 1ère apparition au niveau intenational.

Ces deux rencontres serviront de préparation au tour Élite du championnat d'Europe, que la sélection U19 disputera du 25 au 31 mars dans le District des Landes.

50 ans plus tard, gagnez la belle !

14/02/2020

Dans toute son histoire l'ASSE a disputé 87 fois la Coupe de France et s'est qualifiée 26 fois pour les 1/4 de finale.
Avec le match d'hier, les Verts sont sortis vainqueurs 17 fois des quarts, soit un taux de réussite de 65%.

Les Verts joueront donc contre Rennes leur 17ème demi-finale de Coupe de France.
Lors des 16 fois précédentes, ils se sont qualifiés 10 fois pour seulement 6 éliminations, soit un taux de réussite de 62,5%.
Parmi nos adversaires en 1/2 finale, on compte 13 clubs différents dont 10 affrontés une seule fois (par ordre chronologique : Alès en 1941, Valenciennes en 1951, Lille en 1953, Le Havre en 1960, Angers en 1962, Angoulême en 1968, Reims en 1974, Strasbourg en 1981, Montpellier en 1990, le PSG en 2015).
Par ailleurs, nous avons affronté deux fois Bastia (en 1975 et 1982), deux fois Nantes (en 1977 et 1993) et deux fois ... Rennes !
En 1965, les Bretons nous avaient tapé 3-0 lors d'une demi-finale jouée au Parc des Princes.
En 1970, nous les avions sortis avec une victoire 1-0 chez eux à l'aller (but de Salif Keita) et un nul 1-1 au retour (but de Jean Michel Larqué).

50 ans plus tard, nous disputerons donc la belle le jeudi 5 mars prochain, à 21h, dans le Chaudron !

 

Bouanga, un homme 9 !

14/02/2020

Alors qu'il restait sur un bien triste match à Montpellier et avait aussi mal démarré sa partie hier soir, Denis Bouanga d'une somptueuse frappe qui a bien nettoyé la lunette de Marcel Picot, est redevenu celui qu'on connaissait avant sa blessure, un vrai poison pour la défense adverse.
Il porte désormais à 9 son total de buts en Vert, 7 en championnat et 2 en Coupe de France. Il conforte sa place de meilleur buteur vert de la saison devant Hamouma (6 buts, tous en championnat) et Khazri (6 buts aussi, 3 en championnat, 2 en Europa League, 1 en Coupe de France).

Victoire contre Epinal, c'est bon pour le moral !

14/02/2020
Image
 

Sur Eurosport 2, Mathieu Debuchy a commenté la victoire de son équipe contre Epinal.

"On voulait se qualifier, c'est chose faite même si ça a été dans la douleur. On savait que cette équipe d'Epinal allait jouer avec beaucoup d'envie. On a fait le boulot. On savait que cette équipe allait nous rentrer dedans et jouer de longs ballons avec beaucoup de duels. Ils ont fait un bon match, ont été courageux mais on a réussi à marquer deux fois et on est satisfait. C'est compliqué pour nous en championnat en ce moment, cette Coupe de France est une bouffée d'oxygène, c'est pour ça qu'on avait à coeur de gagner.

Une demi-finale à domicile nous attend face à Rennes mais on va pour l'instant se concentrer sur le championnat, on a un match important dimanche à Brest. On garde dans un coin de la tête cette Coupe qui nous fait du bien. On a envie d'aller jusqu'au bout. On espère emmener le peuple stéphanois au Stade de France. La victoire fait du bien. Ce qui nous manque c'est d'en enchaîner en championnat. Même si c'est la Coupe, cette victoire contre Epinal fait du bien au moral. On va s'attacher à renouveler ça dimanche en championnat car c'est la base. A nous de nous relever et de gagner pour remonter au classement."

Un vrai match de coupe

14/02/2020
Image
 

Claude Puel a commenté hier en conférence de presse la difficile victoire de ses protégés contre Epinal.

"L'essentiel c'est de passer ce tour. On savait à quoi s'en tenir. Épinal avait fait une grosse prestation contre Lille au tour précédent et elle a renouvelé ce soir avec énormément d'engagement et des joueurs qui ont des atouts et nous ont posé des problèmes. C'était un vrai match de coupe, très engagé, avec beaucoup de duels et d'abnégation de part et d'autre. On aurait pu sortir le ballon plus aisément avec plus de maîtrise technique et de fluidité, mais au moins on a répondu présent. On a été sous pression et cette équipe d'Épinal mérite les honneurs. Pas mal de joueurs faisaient leur match de reprise donc ce n'était pas facile. Je retiens donc du positif. Maintenant on doit casser notre mauvaise spirale en championnat. On est dans la difficulté mais tout le monde est concerné."

 

Crédit photo : L'Equipe

Avec les félicitations de Denis et Roro

14/02/2020
Image
 

Le milieu de terrain spinalien Jérémy Colin revient dans Vosges-Matin sur la défaite de son équipe face aux Verts. Extraits.

"On n’a pas fini de refaire ce match avec mes coéquipiers et se remémorer toutes les actions. C’est vraiment dommage si on regarde l’ensemble du match. Ce n’est pas forcément la meilleure équipe qui s’est qualifiée. Ils ont deux frappes et mettent deux buts même si on n’a pas de regrets à avoir sur ce qu’on a produit. On a fait le match qu’il fallait du début à la fin. On a peut-être juste manqué d’un peu de créativité à l’approche du but adverse. C’est dur de réussir à cadrer Denis Bouanga tout un match ! A la fin, il m’a félicité pour le match qu’on avait fait. Roland Romeyer m’a dit qu’on avait une sacrée équipe et le niveau d’une formation de National voire de Ligue 2."

 

Crédit photo : VM/Jérôme Humbrecht

88

14/02/2020
Image
 

C'est en milliers d'euros la part de recette qui revenait hier soir à Sainté (soit 37,5% de la globalité) à l'issue de ce quart de finale de Coupe de France. Un chèque que l'ASSE a laissé au club du 88 comme le rapporte aujourd'hui Vosges Matin.

Bouquet partagé

14/02/2020
Image
 

Actuel directeur sportif du C'Chartres (N2) entraîné par Jean-Guy Wallemme et présidé par Gérard Soler, l'ancien milieu de Brest et des Verts Maurice Bouquet s'est confié au Télégramme avant le match qui opposera les deux clubs ce dimanche à Francis-Le Blé. Extraits.

"Natif de Haute-Loire, l’ASSE représente le club dans lequel j’ai toujours voulu jouer. J’ai vécu toute mon enfance avec l’épopée des Verts. Porter ce maillot vert, c'était l’aboutissement d’un rêve, tout simplement. Chaque rencontre qui oppose Brest et l’ASSE me confronte à un dilemme : qui dois-je supporter ? Aujourd’hui, je peux sans hésitation vous dire "ni l’un ni l’autre". Dans tous les cas, celui qui perdra, s’il y a un perdant, me rendra triste, alors je souhaite un match nul. Mon pronostic ? 1-1."

Bien dit, Mahdi !

13/02/2020
Image
 

Auteur du second but de la qualification des Verts pour les demi-finales de la Coupe de France, Mahdi Camara a livré sa réaction à Vosges-Matin.

"On est tombé sur une très belle équipe d'Epinal. Ils ont tout donné. Ça n’a pas été facile. Le plus important c’est la victoire. Je suis content d’avoir marqué. Je me suis cassé le nez. Ça fait plaisir. Nos supporters n’ont pas vu la Coupe de France. On ira chercher la qualif devant eux !"

Un gros craquage dans le parcage

13/02/2020

Les Verts ont encore pu compter sur le soutien de nombreux supporters ce soir à Marcel-Picot, dont le parcage s'est illuminé en début de seconde période.

Sainté bat Epinal en quart de finale

13/02/2020
Image
 
Médiocres dans le jeu mais combatifs, les Verts ont assuré l'essentiel ce soir à Marcel-Picot face à Epinal en quart de finale de Coupe de France. Bien servi par Franck Honorat, Denis Bouanga a ouvert le score d'une superbe frappe du droit en pleine lucarne à la 37e minute sur la première occasion stéphanoise.

Sur un centre de Mathieu Debuchy, Mahdi Camara a inscrit le but du break à la 58e d'une frappe croisée du droit.

Les Spinaliens ont réduit le score quatre minutes plus tard sur un pénalty concédé par William Saliba et transformé par Jean-Philippe Krasso.

 

Pour rappel les Verts recevront le Stade Rennais le mercredi 4 ou le jeudi 5 mars, la finale de la Coupe étant programmée le samedi 25 avril au Stade de France.

Partager