Une petite chambrée pour recommencer ? (15)

07/07 07:19
Image
 

La Pravda du jour évoque les incertitudes sur le nombre des spectateurs qui seront autorisés à assister à la finale de Coupe de France programmée le vendredi 24 juillet au Stade de France. Extraits.

"Le gouvernement doit préciser, à la fin de la se-maine, son intention pour les "grands rassemblements" (matches en plein air, concerts...). Du côté de la Fédération et de la Ligue, on ne sait toujours pas si ce maximum de 5 000 spectateurs (actuellement prévu jusqu’au 31 août) sera maintenu, voire prolongé, ou si une plus grande capacité d’accueil sera finalement autorisée. En attendant, les deux instances se préparent à deux scénarios.

Le premier et le plus probable, avec seulement 5 000 spectateurs au Stade de France, est le plus restrictif. Seul le premier niveau (le plus bas) de l’enceinte serait ouvert. Il y aurait 1 500 places réservées aux "accrédités" (joueurs, staffs, stadiers, personnel d’organisation, production télévisée, journalistes...). Il resterait alors 3 500 places possibles. Sur ce total, 1 200 billets seraient attribués à chacun des deux finalistes. Il resterait alors 1 100 places pour la "famille football" (présidents de ligues, de districts, de clubs professionnels...) et les partenaires.

La seconde option, celle évidemment souhaitée mais qui a moins de chances de se réaliser, est de pouvoir utiliser 30% de la capacité du Stade de France, soit autour de 25 000 personnes (les deux premiers niveaux seraient ouverts). La règle serait la même, avec environ 70 % de places réservées aux clubs finalistes. Il y aurait alors un peu plus de stadiers et toujours le même nombre de places pour les accrédités,les dirigeants du football françaiset les sponsors. Le prix des tickets serait autour de 15 euros, avec la possibilité de se regrouper à trois ou quatre "entre amis".

Mais il faudra obligatoirement un siège vide entre des groupes différents. Les supporters des finalistes devraient être positionnés chacun derrière un but, les seuls endroits où ils peuvent être physiquement séparés et avoir des accès différenciés. L autre solution serait de les placer en face de la tribune présidentielle. Ce serait sans doute mieux pour la réalisation télévisée, mais moins pour la sécurité. À l’issue de la rencontre, la cérémonie se fera sur la pelousepour éviter aux joueurs de monter dans la tribune présidentielle."

La meilleure équipe de l'histoire des Verts

07/07 06:58
Image
 

Dans la dernière édition du Progrès, Philippe Gastal revient sur la magnifique saison 1969-1970.

"Tous les anciens le disent, et moi aussi en tant qu’historien du club : c’est certainement la meilleure équipe stéphanoise de tous les temps, la plus brillante, la plus talentueuse. Il lui manquait le mental et une préparation athlétique plus poussée. C’est ce qu’a apporté Robert Herbin en 1972 et qui allait nous mener vers l’épopée.

L’ASSE est meilleure attaque (88 buts), meilleure défense (30), possède le meilleur buteur avec Hervé Revelli à 28 buts, Salif Keita à 21 et Georges Bereta à 9. Il y a Jacquet, Bosquier, Durkovic, Herbin au sommet de sa forme, Carnus le gardien de l’équipe de France dans les buts…

Parmi ces brillantes individualités, il y avait Salif Keita. Il était exceptionnel : un des meilleurs joueurs du monde. L’ASSE gagne la finale de la Coupe de France avec le plus grand écart en finale à ce jour, 5-0, face à Nantes. Le chef d'oeuvre de la saison, c'est surtout le 3-0 face au Bayern, un exploit retentissant."

On rappellera également que cette saison-là les Verts avaient fessé les vilains 7-1 en banlieue et 6-0 à Geoffroy-Guichard.

Avec William en finale ? (5)

06/07 21:55
Image
 

Selon le site de la Pravda, Saint-Étienne et Arsenal ont repris des discussions pour permettre à William Saliba de disputer la finale de la Coupe de France face au Paris Saint-Germain, le 24 juillet, précisant que "les négociations sont en très bonne voie" :

"Même si certains points restent encore à régler, ce dossier devrait se conclure positivement. Et la silhouette de Saliba devrait faire son retour sur les terrains d'entraînement de l'Étrat avant vendredi et la fermeture de la première fenêtre du mercato. Arsenal s'est ouvert à cette possibilité face au spleen affiché par le joueur depuis son arrivée à Londres et provoqué par la perspective de manquer ce rendez-vous historique avec son club formateur. En contrepartie, Saint-Étienne devrait renoncer à à un bonus de 2,5 M€ prévu pour la dix-septième titularisation de Saliba cette saison. Celle-ci pourrait justement intervenir à l'occasion de la finale de la Coupe de France..."

Deux Berjalliens sur le terrain

06/07 21:44
ImageImage
 

Comme l'a rappelé aujourd'hui France Bleu Isère, deux anciens joueurs natifs de Bourgoin-Jallieu et pré-formés au FCBJ s'affronteront ce vendredi à 18h00 dans le Chaudron : Maxence Rivera (18 ans) et l'ancien vilain et nouvel Aiglon Amine Gouiri (20 ans).

Pour rappel, Kévin Monnet-Paquet et Naïs Djouahra (Real Sociedad) ont eux aussi joué sous le maillot ciel et grenat du club de leur ville natale dont l'équipe fanion, désormais entraînée par Jérémy Clément, compte actuellement deux anciens réservistes stéphanois dans ses rangs : Cyril Martin-Pichon et Jessim Mahaya.

Söderlund a marqué contre Hammarby

06/07 20:45
Image
 

Alexander Söderlund a marqué hier le deuxième but de la victoire (3-0) de Häcken contre Hammarby lors de la 6e journée du championnat suédois.

Un Ange passe sur Actufoot

06/07 20:00
Image
 

Actufoot a publié aujourd'hui une longue interview de l'Ange Vert. Extraits.

"J’ai pris ma retraite il y a quelques temps, même si j’étais encore à Saint-Etienne dans le directoire, mais depuis le confinement je n’ai plus d’activité au club. C’était programmé comme ça. Je suis retourné aux sources, je suis revenu dans ma région à Royan. Cette expérience de dix ans comme directeur sportif de l'ASSE a été un grand plaisir. Il ya eu des relations humaines, ce qui est très important à mes yeux, avec Christophe Galtier, Jean-Louis Gasset, Roland Romeyer, Bernard Caiazzo et d’autres.

Il y a eu beaucoup de résultats quand même, car on a été européen : ce n’est pas évident avec la concurrence ! On a été régulièrement qualifié avec de belles rencontres en Europa League. Ma relation a été forte avec les supporteurs stéphanois, j’ai vécu de grands moments ! Des tensions entre Roland et Bernard ? Non, car je suis quelqu’un de rassembleur, je n’aime pas le conflit et on peut parfois me le reprocher. J’ai essayé de mettre en place un état d’esprit positif.

On a longtemps joué le top 5, mais il y a eu le départ de Jean-Louis après une belle saison. Il y a eu une petite déception au niveau du club, des joueurs… Ça n’a pas été facile pour Ghislain de reprendre derrière. Pour réussir, il faut travailler dans le temps. Cela a été un nouveau départ, mais les résultats n’ont pas été au rendez-vous. Claude est arrivé avec une autre philosophie. C’est une année compliquée, mais peut-être une année dans la reconstruction. Claude est un entraîneur qui aime faire confiance aux jeunes. Saint-Etienne va avoir une équipe renouvelée et rajeunie. Il faudra donc du temps pour avoir des résultats.

J’étais plus buteur à Paris qu’à Saint-Etienne où je jouais ailier droit dans un 4-3-3. Je ne me suis jamais considéré comme un avant-centre type, mais plus comme un attaquant libre. Le buteur est important dans une équipe et doit marquer. Dans ma période de dirigeant, il y a eu Pierre-Emerick Aubameyang. Il s’est affirmé à l’ASSE. Max-Alain Gradel a eu une très bonne période aussi. Après on a fait venir plusieurs attaquants qui n’ont pas eu forcément de réussite comme Robert Beric. Si on a un buteur qui marque 15-20 buts dans une saison, c’est un gros plus. Ces dernières années, on n’a pas eu ce buteur ! Mais ce n’est pas facile à trouver ou sinon c’est très cher.

Au cours de quel match j'ai connu une communion totale avec les supporteurs ?À Geoffroy-Guichard en Coupe d’Europe bien sûr : le public nous portait, il était le 12ème homme. On a fait des retournements de situation, et même avec Paris. Ce sont de grands souvenirs aussi avec les finales de Coupe de France à « domicile » aux Parc des Princes avec le public parisien. Lors de la première victoire en finale de Coupe de France, le terrain a été envahi par les supporteurs, un grand souvenir !"

Puel a puni Dufy

06/07 19:46
Image
 

Dans un dossier "P'tits secrets de journalistes", à paraître demain dans France Football, Margot Dumont (beIN Sports) rèvèle que Romain Hamouma fait partie de ses amis et Guillaume Dufy (Pravda) raconte une anecdote sur Claude Puel. "Quand il était entraîneur du LOSC, il m'avait convoqué dans la salle de presse pour me dire que j'étais un tordu, vicieux, manipulateur, et que j'essayais de monter les joueurs contre lui. Il m'a donc lâché qu'il ne répondrait plus jamais à une de mes questions. J'allais donc au point presse et quand j'avais un sujet, je demandais à un collègue de la poser pour moi."

Une petite chambrée pour recommencer ? (14)

06/07 18:43

Comme le redoutait Le Parisien il y a trois jours, la Pravda indique que le juge des référés du Conseil d'État a confirmé aujourd'hui l'interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes. De ce fait, on ne devrait donc pas revoir le Stade de France vêtu de vert le vendredi 24 juillet pour la finale de Coupe de France.

En avant Durivaux ! (2)

06/07 14:52
Image
 

Entraîneur de l'équipe réserve guingampaise (N2), Jean-Baptiste Le Bescond se réjouit dans Ouest-France de compter dans son effectif l'ancien défenseur stéphanois Dylan Durivaux.

"C'est un latéral droit qui peut jouer à gauche, ça faisait déjà 18 mois qu’il jouait en N2 à Saint-Etienne. Très explosif, international U19. Il avait six ou sept clubs sur lui et il a choisi notre projet, c’est intéressant."

L'ancien protégé de Laurent Batlles et Razik Nedder était coutisé par Rennes, Nice, Lorient, Nîmes, Troyes, Amiens et Niort.

Rustem se démène

06/07 14:04
Image
 

Directeur Général Adjoint de l’ASSE en charge des activités sportives, Samuel Rustem s'est confié à Ecofoot. Extraits.

"Les associations de supporters occupent une place très importante. Ils incarnent l’identité et les valeurs du club. Les relations sont aujourd’hui pilotées par le Service des opérations, l’un des trois services que j’anime. Sur le plan opérationnel, ce service s’appuie notamment sur un responsable des opérations, un directeur de la sûreté et de la sécurité et un référent supporters  qui se charge plus spécialement, et au quotidien, des relations avec nos cinq groupes officiels de supporters. Tous les sujets sont abordés en toute transparence. Certes, nous n’avons pas forcément la même vision que nos supporters sur certains sujets. Mais, malgré nos divergences, la relation reste saine et respectueuse. C’est aussi un objectif important pour nous.

En 2013, à mon arrivée, le président Roland Romeyer m’avait notamment confié pour mission de créer cette relation de confiance, de loyauté et de franchise : trois valeurs humaines qui lui tiennent à cœur et qu’il souhaitait transmettre. Aujourd’hui, nous veillons à ce que nos rapports avec les supporters s’inscrivent toujours dans ce cadre. Ce mode de fonctionnement a été instauré avec les "anciens" des différents groupes il y a sept ans et doit survivre à d’éventuels changements d’hommes et d’organisation.

Depuis plusieurs saisons maintenant, je suis membre de plusieurs commissions de la LFP. Les échanges sont constructifs et utiles. Ils permettent de faire le lien entre la théorie, représentée par les professionnels des instances et la pratique que nous représentons à travers nos différentes missions au sein des clubs. Ce fut le cas notamment lors de la mise en place des Référents Supporters via l’Instance Nationale du Supportérisme sous l’impulsion du Ministère des Sports. Concernant la LFP, depuis quelques saisons maintenant, les différentes commissions collaborent et travaillent pour faire avancer ces sujets, en lien avec les groupes de supporters en France. Le dialogue semble permanent entre les représentants de la LFP et les représentants des groupes de supporters."

Un beau souvenir en SOM !

06/07 13:29
Image
 

On l'a encore vu le week-end dernier dans les déclarations enjouées de Fatsah Amghar et Louis Beccu, affronter les Verts est toujours un moment fort pour des amateurs. Dans la dernière édition du Maine-Libre, plusieurs anciens joueurs du SOM (Stade Olympique du Maine) se remémorent leur 32e de finale de Coupe de France perdu avec les honneurs le 2 février 1975 à Laval (2-0, buts de Dominique Bathenay et Gérard Janvion).

Philippe Ferrand : "Je me souviens de la dimension particulière de ce rendez-vous, en raison de la présence des grands patrons des Mutuelles du Mans tout au long des 24 heures précédant la rencontre en Mayenne. L’ébullition autour de cette rencontre avait duré trois semaines. Les Revelli, Lopez, Piazza et consorts ont été remarquables. Ils ont fait preuve d’une grande humilité. Il est évident que nous avions la crainte de prendre une valise, mais ils ont joué à leur main, sans jamais en rajouter. Tout s’est fait dans la normalité."

Marcel Gouin : "Dans une carrière c’est la cerise sur le gâteau. Jouer les Verts de l’époque auxquels il ne manquait que Larqué (blessé) et Curkovic, est inoubliable. Nous n’avons pas ménagé notre peine dans l’entrejeu, face à Bathenay, Repellini et Santini. Afin de ne pas perdre nos repères, nous n’avions rien changé dans notre approche tactique. Sur quelques mouvements intéressants, on est parvenu à les mettre en danger. Lorsque j’ai appris le tirage, j’étais heureux comme un gamin. J’ai d’ailleurs toujours conservé le maillot de ce match, que le président Rocher avait fait déposer dans notre vestiaire."

Philippe Lemarchand : "Dans ce genre de rencontre, le gardien peut souvent se mettre en évidence en effectuant quelques parades décisives. Assez bizarrement, je n’ai pas eu beaucoup de travail. Par contre, sur les deux buts que nous encaissons, je me fais prendre sur mon point fort, les sorties dans les pieds. Je n’hésitais pas à aller au-devant des attaquants mais à chaque fois la vivacité du geste de Janvion a été plus prompte que mon intervention. Nous avons raté la montée en D3, en raison de ce match qui nous a pas mal fait gamberger et donc perdre des points sur nos principaux rivaux."

 

Crédit photo : Le Maine Libre, Denis Lambert

Bajic parti pour rester ?

06/07 12:04
Image
 

Préféré à Stéphane Ruffier pour remplacer Jessy Moulin après la pause du match amical remporté avant-hier contre Rumilly Vallières, Stefan Bajic a été approché par Cholet (National 1) dans le cadre d'un prêt selon Loïc Tanzi. Mais le journaliste de RMC indique que Claude Puel bloque le départ du jeune gardien des Verts.

Thalamy en banlieue

06/07 07:36
Image
 

Le FC Lyon a annoncé hier la signature de Florian Thalamy (26 ans). Né comme Rayan Souici à Pierre-Bénite (dans la banlieue de la banlieue), ce défenseur de la belle génération 1994 (finaliste de la Coupe Gambardella 2012) a porté le maillot vert de 2009 à 2014 avant de jouer à Mlada Boleslav (République tchèque), Châtellerault, Andrézieux, Paulhan Pézenas et Saint-Nazaire.

Platini planait

06/07 07:18
Image
 

Le Parisien du jour revient sur le fameux triplé réalisé par Platoche contre les Yougoslaves lors de son retour dans le Chaudron à l'Euro 1984.

 

"Libérés, les Yougoslaves mènent 1-0 à la pause. "Dans les vestiaires de Geoffroy-Guichard,  Michel n’était pas inquiet, se souvient Bruno Bellone. Il m’a dit : Si j’ai un coup franc exploitable, tu verras, ce sera but !" Ce soir-là, Platini va faire mieux que tenir sa prophétie. A lui seul, d’un coup du chapeau, il va tout renverser. Marquant encore du pied gauche, de la tête puis du pied droit (le fameux coup franc annoncé). "Trente-six ans après, je crois que c’est son match le plus abouti, se rappelle Jean-Marc Ferreri. Il volait littéralement."

 

Viens masqué au musée !

06/07 07:01
Image
 

Fermé depuis le dimanche 15 mars, le Musée des Verts a annoncé sur son site qu'il allait rouvrir ses portes ce mardi 7 juillet à 10h. 

Même si les visites de stade restent proscrites, les supporters pourront ainsi profiter de l'exposition temporaire sur le Centre de formation de l'ASSE, dévoilée quelques jours avant le début du confinement.

L'accueil des visiteurs est soumis à des consignes sanitaires strictes :

- port du masque obligatoire (non fourni) pour tous les visiteurs, à l'exception des enfants de moins de 11 ans.

- lavage des mains obligatoire à l'entrée de l'établissement avec du gel hydroalcoolique à disposition.

- respect de la distanciation physique et des gestes barrières.

- respect du sens de circulation mis en place lors de la visite.

- présence de 20 visiteurs en même temps dans l'ensemble du Musée et de 5 personnes par espace.

"Du mardi au vendredi, les horaires d’ouverture sont de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Samedi et dimanche, le musée, qui sera par ailleurs fermé mardi 14 juillet, est ouvert de 14 à 18 heures. Le jour de fermeture hebdomadaire est lundi" rappelle aujourd'hui Le Progrès.

Moukoudi mal barré à Boro

05/07 19:25
Image
 

Forfait pour maladie le 20 juin contre Swansea et resté sur le banc le 27 juin contre Stoke City et le 2 juillet contre Hull City, Harold Moukoudi a joué ce dimanche son premier match post-crise sanitaire avec Middlesbrough, quatre mois après sa victoire contre Charlton. Titularisé au milieu de terrain par son nouveau coach Neil Warnock, il s'est incliné 1-0 à domicile contre les Queens Park Rangers. Encore sous contrat avec l'ASSE jusqu'en juin 2023, l'international camerounais est actuellement antépénultième et relégable en Championship (L2 anglaise).

Curagiu Anto (2)

05/07 13:29

C'est avec tristesse que nous apprenons via le SC Bastia le décès de Madame Véronique Antonetti, épouse de l'ancien entraîneur corse des Verts Frédéric Antonetti. L'actuel manager général des Grenats avait quitté la Lorraine dès décembre 2018 pour aider son épouse à lutter contre la maladie.

Poteaux Carrés et l'ensemble des potonautes présentent leurs sincères condoléances à Anto et à ses proches dont son fils Pierrick, ancien U19 stéphanois devenu avocat et conseiller de footballeurs professionnels.

Amghar a aimé nos p'tits gars

05/07 12:55
Image
 

Entraîneur de Rumilly-Vallières (N2), Fatsah Amghar nous a livré ses impressions après la défaite de son équipe au Centre Sportif Robert-Herbin. Supporter des Verts, il met en exergue la bonne prestation des jeunes.

"C'était très sympa d'affronter Saint-Etienne, qui avait un effectif quasiment au complet et a pu aligner chaque mi-temps une équipe de bon niveau. Il y avait une bonne ambiance, un bon état d'esprit, du respect mutuel mais aussi de l'intensité. C'était certes un match amical mais avec l'agressivité qu'il faut. On a essayé de se battre avec nos armes et je trouve qu'on a quand même fait une bonne prestation. Le score est un petit peu lourd, on a été plus en difficulté en seconde période car j'ai aligné après la pause une équipe avec des joueurs qui avaient moins d'automatismes. Deux ou trois étaient un petit peu en-dessous et forcément, contre une équipe de la qualité de Saint-Etienne, ça s'est vu. Les Verts ont fait preuve de détermination, ils ont montré de l'envie et de la qualité, notamment certains jeunes.

Maxence Rivera a montré beaucoup d'activité, beaucoup de percussion. Il a aussi une qualité technique au-dessus de la moyenne. Il a apporté son envie, sa fraîcheur. J'ai bien aimé aussi Aïmen Moueffek, passeur décisif sur l'ouverture du score par Jean-Philippe Krasso. Je ne le connaissais pas mais je l'ai trouvé très présent, entreprenant, il a été un peu le métronome au milieu. Cela laisse augurer de bonnes choses le concernant. J'ai été impressionné par Lucas Gourna-Douath. Il n'a que 16 ans mais j'ai vu un joueur plein de maturité, alliant confiance et élégance. Charles Abi a également été très actif, il a fait de bons appels et a été souvent trouvé. Il a été présent dans la surface et a été efficace en marquant deux buts. Il a aussi ce rôle d'appui qui est intéressant, son jeu dos au but est précieux."

Les Magpies fan d'Allan

05/07 10:14
Image
 

La Pravda du jour met à l'honneur l'ancienne pépite stéphanoise Allan Saint-Maximin. Extraits.

"Saint-Maximin, on the wing, and he got seven men down just being him". À ses débuts en Premier League, Allan Saint-Maximin découvrait en août dernier que des fans de Newcastle lui avaient déjà composé un chant. Même s'il a peiné au début, en raison de pépins musculaires, Saint-Max' est enfin lancé. Buteur juste avant le confinement (1-0 contre Southampton, le 7 mars) puis dès la reprise de la Premier League (3-0 contre Sheffield United), le Frenchie a frappé les esprits mercredi, en donnant trois passes décisives face à Bournemouth (4-1). "Brillant" fut le qualificatif utilisé par la légende Alan Shearer pour évoquer sa performance.

"Allan a encore des choses à apprendre, mais c'est un vrai talent et une superbe trouvaille pour le club, avec un grand avenir. Il vous fait bondir de votre siège, s'enflamme Steve Bruce, son entraîneur, alors que certains observateurs le voient comme la meilleure recrue de la saison (achetée près de 22 M€ à Nice). Il peut parfois être difficile à gérer, mais ne vous méprenez pas, c'est un joueur vraiment merveilleux." "Nous sommes une équipe qui joue en contre-attaque, on doit juste lui donner le ballon et le laisser dribbler environ 20 joueurs", s'est amusé son coéquipier, Jonjo Shelvey, sur le podcast The Beautiful Game."

Le site WhoScored a souligné jeudi dernier que le numéro 10 des Magpies a un réel impact sur les résultats de son équipe.

 

Image
 

Ronny chez Francky ? (3)

05/07 09:29
Image
 

Selon la dernière édition du Télégramme, Ronaël Pierre-Gabriel devrait bien jouer la saison prochaine aux côtés de Franck Honorat dans le Finistère.

"Un an après son départ de Monaco pour l’Allemagne, le jeune latéral droit Ronaël Pierre-Gabriel (22 ans) s’apprête à quitter Mayence pour le Stade Brestois. Le défenseur formé à Saint-Etienne, qui avait été acheté près de six millions d’euros l’été dernier, sera prêté deux saisons au club finistérien. La seconde année sera néanmoins adossée à plusieurs conditions dans le contrat. Mayence conservera aussi une part du salaire du joueur français avec lequel les Allemands sont liés jusqu’en 2024."

Vieira évoque les Verts

05/07 09:19
Image
 

Défait hier par les vilains dans la banlieue, l'entraîneur des Aiglons se projette dans Nice-Matin sur le prochain match de son équipe, programmé vendredi prochain dans le Chaudron.

"Je suis satisfait de l'implication des joueurs, j'ai vu l'intensité que l'on souhaitait mettre dans ce match contre Lyon. Il y a eu des moments difficiles aussi contre une équipe qui avait une semaine d'avance sur nous dans sa préparation. Il fallait le temps de se mettre en route, mais je suis globalement satisfait de la prestation. Pour leur permier match sous nos couleurs, Kamara, Gouiri et Daniliuc ont été sérieux. L'implication, l'impact physique, ce sont des domaines dans lesquels on doit progresser. Pour notre stage à Divonne et notre deuxième match amical à Saint-Etienne, j'attends que l'on continue à progresser. On a vu sur ce match contre Lyon qu'il reste encore des détails à corriger, dans la phase défensive notamment. Il faut qu'on arrive à mieux coulisser pour offrir le moins d'espace possible à l'adversaire."

 

On a eu Chicharo, on aura Aouchiche ? (29)

05/07 08:50
Image
 

Dans sa dernière édition, Le Parisien évoque à son tour la prochaine arrivée d'Adil Aouchiche à l'ASSE. Extraits.

"Le milieu de terrain va bien rallier Saint-Etienne, où il doit s’engager pour les trois prochaines saisons à partir du 15 juillet. Comme l’a indiqué L'Equipe hier, le jeune milieu de terrain du PSG fêtera ses 18 ans ce jour-là. A partir de cette date, les agents de l’international U18 pourront donc percevoir une commission, ce qui est interdit par les règlements nationaux tant que le joueur est mineur. De son côté, conformément à ce que réclamaient le meneur de jeu et ses conseillers, Aouchiche doit percevoir une indemnité à la signature  de 4 M€ et un salaire mensuel de 100 000 €. Un effort substantiel pour l’AS Saint-Etienne, qui devrait le prolonger rapidement et qui devra également verser 1,2 M€ au PSG au titre des indemnités de formation.

En fin de contrat d’aspirant au PSG le 30 juin dernier, le jeune milieu de terrain avait refusé de signer son premier contrat professionnel dans son club formateur. Cette saison, Aouchiche a effectué trois apparitions avec le groupe professionnel et il aspire à bénéficier d’un temps de jeu plus conséquent dans le Forez pour prendre réellement son envol au plus haut niveau. Qualifié pour la prochaine saison, il ne pourra pas être aligné lors de la finale de la Coupe de France. L’accord trouvé avec l’ASSE il y a quelques jours - ce que refuse de confirmer l’entourage du joueur - explique aussi pourquoi le natif du Blanc-Mesnil  a officialisé, dès vendredi soir, la fin de l’aventure parisienne, en postant un message sur un ré-seau social : « Une page se tourne. Merci Paris pour tous ces moments inoubliables."

Bouanga ne retient que la victoire

05/07 08:19
Image
 

Denis Bouanga commente brièvement dans la Pravda de ce dimanche le succès d'hier (4-1) contre Rumilly-Vallières.

"Il y a eu quelques temps forts et quelques temps faibles mais c'était notre match de reprise, donc je ne retiens que la victoire. Cela fait du bien de pouvoir se mesure à une autre équipe et de retrouver des sensations après quatre mois de coupure."

Pour rappel, les Verts joueront leur prochain match dans le Chaudron, encore à huis clos, le vendredi 10 juillet à 18h00 contre les Aiglons (battus hier 1-0 par les vilains). Gageons que la chaîne ASSE TV diffusera cette fois la rencontre en direct !

Une bonne opposition

05/07 07:55
Image
 

Supporter des Verts, l'entraîneur du GFA Rumilly-Vallières Fatsah Amghar se réjouit dans Le Progrès d'avoir proposé hier après-midi une bonne opposition à l'ASSE.

"J’ai trouvé cette équipe stéphanoise bien en jambes, avec un bon état d’esprit et de la qualité. C’était cohérent dans l’ensemble. Rivera a montré qu’il voulait gagner sa place. Je pense qu’il a marqué des points. Moueffek a fait aussi un bon match. Certains joueurs, comme Bouanga par exemple, c’est du haut niveau. Les Verts vont disputer une finale. Le meilleur moyen de la préparer, c’est qu’il y ait en face une opposition intéressante. Malgré une certaine appréhension, mes joueurs ont proposé un contenu homogène. L’ASSE a pu se jauger. Claude Puel m’a confirmé que c’était une bonne opposition."

 

Crédit photo : Le Dauphiné Libéré

On a eu Chicharo, on aura Aouchiche ? (28)

05/07 07:39
Image
 

"Aouchiche à Saint-Etienne, cest fait. Les trois représentants du prometteur meneur de jeu parisien se sont mis définitivement d'accord avec les dirigeants de l'AS Saint-Étienne" assurait hier la Pravda.

Le Progrès du jour est moins affirmatif même si l'optimisme reste de mise. "Les différentes parties ont poursuivi les discussions et un accord semble proche. Du côté de l’ASSE, on a "bon espoir" que ce dossier aboutisse. Mais tant que le contrat n’est pas signé, il y a toujours le risque d’une surenchère de dernière minute. "On n’est pas à l’abri" dit-on dans l’entourage du club stéphanois."

Beccu n'a pas tout perdu

04/07 23:03
Image
 

Titulaire cet après-midi dans les buts de Rumilly Vallières, l'ancien gardien stéphanois Louis Beccu (photo Le Dauphiné Libéré) nous a livré ses impressions après ce match amical qui lui aura permis de revoir quelques visages familiers.

"Je pense qu'on a fait un match sérieux, très correct pour une équipe promue en N2. Je trouve ce score de 4-1 un poil sévère, je crois que les Verts ont eu six occases et ils ont mis quatre buts. Mais c'est ça le haut niveau. On est quand même assez content de l'opposition qu'on a proposée, je trouve notamment qu'en première mi-temps on a eu plusieurs situations et on fait de bonnes sorties de balle. Après, je ne pense pas qu'ils étaient à fond du côté de Sainté. Ils ont fait deux équipes équilibrées. C'était sympa de retrouver L'Etrat, on a été très bien accueillis mais l'ambiance était forcément un peu spéciale à cause du corona. Compte tenu des circonstances sanitaires, on n'a pas pu avoir beaucoup d'échanges après le match avec les Stéphanois. Mais on a vécu un très bon moment, c'était une super expérience. On a joué sur un bon terrain contre une belle équipe de Ligue 1. C'était déjà réjouissant en soi de pouvoir rejouer un match de foot après la période qu'on a tous connue, mais pouvoir le faire en plus contre les Verts, c'était vraiment le top, hyper plaisant !

Maxence Rivera, je l'ai vraiment trouvé bon. Tout ce qu'il a fait était propre. Je dois reconnaître qu'il me met un joli but en dribblant et plaçant cette frappe imparable. Je ne pouvais pas faire grand chose là-dessus, comme sur l'ouverture du score de Jean-Philippe Krasso d'ailleurs. Lui a bénéficié d'un bon décalage d'Aimen Moueffek, qui a fait lui aussi un match intéressant. J'ai trouvé Mahdi Camara fort aussi. C'est propre, c'est net. On ne le voit que quand il y a besoin et c'est efficace. En seconde mi-temps, Yann M'Vila m'a fait forte impression. T'as l'impression que tout est facile pour lui. Denis Bouanga, ça joue... Bon, je ne vais pas citer tous les joueurs mais globalement, ce qui m'a marqué, c'est l'écart physique entre les équipes. J'ai trouvé les Verts déjà au point dans les impacts. Jessy a fait quelques arrêts en première mi-temps, il m'a glissé quelques mots sympathiques. J'ai été content aussi de revoir Razik, on a pu échanger. J'ai pu aussi recroiser Alexis Guendouz, qui a assité au match avec Stéphane Ruffier. J'ai discuté avec Roland Romeyer, le préparateur physique Sébastien Sangnier. C'était sympa aussi de revoir Nadir, toujours là à s'occuper de la sécurité."

Biancalani conseille Vagner

04/07 22:06
Image
 

Dans Le Républicain Lorrain, l'ancien latéral gauche Frédéric Biancalani donne des conseils à Vagner.

"La première chose à faire, pour un Nancéien qui signe à Metz, c’est d’être totalement irréprochable dans l’investissement et dans la mentalité, de tout donner pour le nouveau club. J’avais rejoint le FC Metz avec cet état d’esprit qui a toujours été le mien sur un terrain. Et ça, je pense que les gens l’avaient tout de suite remarqué. Il faudra que Vagner se comporte de cette façon mais je ne me fais pas de souci pour lui, il a un jeu spectaculaire et une générosité qui peuvent plaire à n’importe quel public.

Vagner n’est pas autant marqué ASNL que moi. Il vient de Sainté, il a été prêté deux fois à Nancy où ça s’est super bien passé pour lui. Je sais que les supporters de Picot l’adoraient. Je lui conseille, lors de son premier match, d’avoir une certaine retenue dans sa manière de partager avec les supporters messins. Il y a aura toujours quelques zigotos pour lui balancer des insultes, ça m’était arrivé, mais il ne faut surtout pas répondre. La seule réponse, c’est d’être bon sur le terrain. Je pense que Vagner a les qualités pour réussir en L1, je le lui souhaite d’ailleurs."

Dans le même quotidien régional, le président messin Bernard Serin se réjouit particulièrement de voir l'ancien attaquant des Verts sous le maillot grenat.

"Je suis très, très heureux de cette signature. Ses qualités ne laissent pas indifférent. Elles vont nous permettre d’enrichir notre palette offensive. Cela faisait deux ans que nous le suivions et c’est de haute lutte que nous avons convaincu Saint-Étienne et Vagner. C’était le chouchou de Marcel-Picot, il va devenir, j’espère, le chouchou de Saint-Symphorien. Le nom de Vagner sonne déjà très mosellan. Au niveau des présidents, on s’entend très bien et il y a déjà eu des transferts magnifiques d’un club à l’autre. Puisque nous ne jouerons pas le même jour, j’invite d’ailleurs les spectateurs à voir deux matches le week-end, un de l’ASNL et un autre du FC Metz."

On a eu Dimitri, on aura Dimitrios ? (2)

04/07 18:45
Image
 

"Les Verts lorgnent également le marché grec, où le Péruvien Miguel Trauco aurait des touches, et notamment un autre latéral gauche, Dimitrios Giannoulis (24 ans). Déjà pisté l'été dernier, l'international grec (7 sélections), sous contrat jusqu'en 2022 avec le PAOK Salonique, plairait à Puel" rappelle la Pravda. "L'indemnité de transfert de Giannoulis s'élèverait toutefois à 5 M€. S'ils viennent de vendre les attaquants Franck Honorat pour 5 M€ à Brest et Vagner Dias pour 3 M€ à Metz, cette somme apparaît toutefois encore trop élevée pour les Verts."

Janvier dès juillet ?

04/07 18:37
Image
 

"Nouveau directeur du recrutement de l'ASSE, Jean-Luc Buisine se trouvait au Portugal cette semaine. Accompagné de Tom Calvet, agent et gendre de Puel, il aurait rencontré Nicolas Janvier (21 ans). Formé à Rennes, ce milieu axial capable aussi d'évoluer à droite est sous contrat jusqu'en 2024 avec le Vitoria Guimaraes" nous informe la Pravda.

Le natif de Saint-Malo, qui fêtera ses 22 ans dans un mois et une semaine a joué avec Zaydou Youssouf en équipe de France U20 et avec Arnaud Nordin en équipe de France U19. C'est avec ce dernier qu'il avait affronté l'Ivoirien Jean-Philippe Krasso il y a trois ans à Fos-sur-Mer.

Ayant claqué 8 buts cette saison en 32 matches de D3 portugaise, il a joué 11 matches de L1 au Stade Rennais, où il a évolué aux côtés de Cheikh Mbengue, Yannis Salibur, Paul-Georges Ntep et Gelson Fernandes.

Perquis picolait

04/07 18:01
Image

Ayant récemment annoncé la fin de sa carrière de joueur, Damien Perquis (36 ans) revient sur ses vertes années (2005-2007) dans la Pravda à paraître demain.

"Le joueur le plus fort avec qui j'ai joué ? À Saint-Étienne, Pascal Feindouno pour sa fantaisie, son jeu qui respirait la joie. Il faisait ce qu'il voulait du ballon, c'était impressionnant. Il m'a cassé les reins à l'entraînement : j'étais jeune et avec lui j'ai vite appris. Le plus drôle ? Geoffrey Dernis et Jessy Moulin à Saint-Étienne. Geoffrey, un boute-en-train, un clown génial. Entraîneur, je veux un joueur comme ça dans mon vestiaire. Jessy, lui, était vraiment fou : on faisait des chats perchés à Auchan avec son sac Dora sur le dos. Il était capable de conduire sa voiture de la place du passager. Quand il arrivait au feu, les gens pensaient que personne ne conduisait.

Le moment où je me suis senti le plus seul ? Le 0-4 à domicile avec Sochaux contre le Metalist Kharkiv où je suis à la ramasse sur plusieurs buts. Face à Bordeaux quand Chamakh met un doublé... En fait, tous les matches où je n'ai pas été bon, où j'ai rendu des gens tristes. Une déroute 6-2 contre Rennes, j'avais eu un 2 dans L'Equipe. Cette nuit-là, j'avais eu besoin de picoler et c'était déjà mon problème à Sainté : j'avais besoin de boire pour oublier. J'avais du mal avec l'idée d'être épié, critiqué dans un journal, tout le monde allait savoir que j'avais été zéro sans m'avoir vu jouer."

Partager