Avec Romain et Wahbi pour museler les Dogues

28/11 20:13
Image
 

Claude Puel a dévoilé le groupe qui tentera de renouer enfin avec le succès demain soir à Geoffroy-Guichard. Suspendus à Brest, Romain Hamouma et Wahbi Khazri ne seront pas de trop pour faire céder la digue des Dogues.

Moulin, Bajic, Green - Debuchy, Sissoko, Moukoudi, Kolodziejczak, Sow, Trauco - Camara, Gourna, Youssouf, Moueffek, Neyou, Aouchiche, Boudebouz - Hamouma, Nordin, Khazri, Rivera, Abi, Bouanga.

Payet plume les Canaris

28/11 19:48

Dimitri Payet n'a pas fait de sentiment cet après-midi face à Nantes. Le meneur marseillais a battu Nantes 3 buts à 1 au Vélodrome. Il a marqué le 2eme but marseillais, son 2eme en Ligue 1 cette saison. C'est aussi son 50e sous le maillot olympien. Pour rappel, il en marqué moitié moins sous le maillot stéphanois en quatre saisons. Les Verts passeront donc devant les Canaris s'ils battent les Dogues par quatre buts d'écart demain soir en match de clôture de la 12e journée.

 

Dernis prône l'inquiétude

28/11 19:18
Image
 

Ancien milieu de terrain des Dogues et des Verts, Geoffrey Dernis invite l'ASSE à s'inquiéter pour sortir du guêpier dans un entretien paru sur BeSoccer.

"Aujourd'hui, l'équipe est très jeune et cette jeunesse a du mal à confirmer les attentes. Habituellement, quand on accumule les défaites, les supporters sifflent et il n'est pas évident de supporter la pression. Aujourd'hui, le stade est vide, c'est triste mais c'est aussi un moyen de s'en sortir psychologiquement. Toutefois, seul le terrain va les aider. Il faut que Saint-Etienne stoppe cette spirale et que la jeunesse surmonte ses difficultés. Cela servira d'apprentissage.

Il reste beaucoup de matches mais si on me dit que Saint-Etienne n'est pas inquiet, quand est-ce que l'on va s'inquiéter ? Si c'est en avril, cela risque d'être un peu tard. Inquiétez-vous un peu quand même ! Car c'est avec cette inquiétude que l'on va peut-être redoubler d'efforts, retrouver une notion de groupe et aller chercher des résultats.

Nous, la saison où on a perdu 7 matches de suite en L1, nous avions galéré jusqu'au bout, on s'est sauvé lors de la dernière journée en battant Valenciennes. Claude Puel n'a pas eu tous ses cadres à disposition, blessés ou suspendus. Je suis curieux aussi de voir l'ASSE au complet. Et n'oublions pas que certains joueurs, mis à l'écart, reviennent, par obligation."

Nanard adoubé à Doubai (3)

28/11 17:55
Image
 

Bernard Caïazzo explique à la Pravda pourquoi il a été reçu cette semaine par le Dubaï Sports Council avant d'assister à la finale de la Ligue des champions asiatique le 19 décembre prochain à Doha (Qatar).

"Cet organisme gère toutes les activités sportives pour le gouvernement des Émirats arabes unis, plus de quatre cents évènements par an, le sponsoring, les clubs professionnels comme l'Académie des jeunes. C'est très intéressant et le but est d'étudier comment on peut collaborer sur ces différents sujets. Vu les conséquences financières du confinement et la situation de Mediapro l'ASSE se doit de travailler au niveau mondial sur des solutions d'avenir. C'est ce que font nos voisins des grands Championnats depuis quelques années déjà. Le rôle de Roland, c'est le quotidien. Le mien, c'est demain. Ce n'est ni le club, ni personne d'autre qui paye mon voyage. C'est moi. C'est dur en ce moment pour tous avec le Covid-19 mais c'est dans l'action que nous trouverons les solutions de survie."

On a eu Bojang, on aura Bojan ?

28/11 17:20
Image
 

En fin de contrat dans un gros mois avec l'Impact de Montréal, Krkic Bojan (30 ans) a des propositions de l'ASSE et du New England Revolution selon le site espagnol Sport. Surveillé par Sainté depuis plus de trois ans, l'ancien attaquant du Barça a claqué quatre pions et délivré une passe décisive en 19 matches joués cette saison sous la houlette de Thierry Henry en MLS (il a été désigné à 5 reprises MVP).

Pour Cardona, ça ne pardonne pas

28/11 15:35
Image
 

Comme l'avait fait son coéquipier Franck Honorat, Irvin Cardona évoque dans la dernière édition du quotidien Ouest-France la naïveté du pressing stéphanois à Brest.

"Avec Steve Mounié, on a deux profils totalement différents et complémentaires. L’entente entre nous fonctionne bien et ça se voit dans les matches où il dévie beaucoup de ballons pour moi dans la profondeur. Sur le but ou je marque face à Saint-Étienne, il dévie le ballon pour Franck qui centre pour moi ensuite. On étudie beaucoup les équipes adverses. On a mis en place une tactique pour jouer dans le dos des Stéphanois car on savait qu’ils allaient venir nous chercher. Et ça a bien marché puisqu’on a marqué quatre buts."

Puel et Galtier presqu'à égalité

28/11 14:03
Image
 

Comme le rapporte Opta, ce sera demain la 12e confrontation entre Claude Puel et Christophe Galtier. Le second mène 4-3, leurs quatre autres confrontations s'étant soldées sur un nul. On compte sur l'entraîneur des Verts pour équilibrer parfaitement son bilan face Galette en match de clôture de la 12e journée. Claude Puel reste sur deux succès consécutifs contre Christophe Gatier, acquis avec les Aiglons aux dépens de Sainté lors de la saison 2015-2016, sa dernière sur le banc niçois. Mais l'ASSE compte actuellement 12 points de retard sur le LOSC...

Galtier déterminé à gagner à GG (2)

28/11 13:43
Image
 

En conférence de presse, Galette a évoqué le macth de clôture de la 12e journée de L1 qui opposera les Verts aux Dogues demain soir à Geoffroy-Guichard.

"La dernière fois que Saint-Etienne a été dans une position très délicate, c'était en même temps que Lille, l'année où je suis arrivé ici et où Jean-Louis est arrivé en cours de saison chez les Verts. Il avait pu et avait su redresser tout ça. Je dois faire abstraction de la situation de l'ASSE. J'ai un groupe qui se dit ambitieux, qui a des objectifs très élevés donc on se doit d'être performant à l'extérieur trois jours après un match de Coupe d'Europe. On doit être à l'opposé de ce qu'on a été à Brest. Je suis persuadé que Saint-Etienne sera à l'opposé de ce qu'il a été à Brest. Deux équipes ont été giflées à Brest, eux et nous.

Peu importe comment Saint-Etienne va réagir, moi je veux voir comment mon équipe va se comporter. J'attends de mon équipe qu'elle se comporte comme une équipe européenne. Mes joueurs doivent montrer des actes forts, des attitudes fortes et pas ce qu'on a montré à Brest où c'était open bar les 35 premières minutes. Personnellement je me sers de ce qui s'est passé à Brest pour préparer ce match à Saint-Etienne. J'espère que je vais arriver à transmettre ça à mon groupe. Non pas parce que c'est Saint-Etienne en face, loin de là, mais parce qu'il faut être performant si on veut être à la bagarre. Il fautrer le même visage qu'à Prague ou à Milan.Le match de demain est très important.

Est-ce que Claude Puel a plus de légitimité à rester que ne l'aurait un autre entraîneur malgré cette série de sept défaites défaites consécutives ? C'est difficile de répondre à votre question. Le parcours de Claude, sa longévité, sa capacité à être toujours présent dans des moments difficiles, et il en a connus dans sa carrière comme tous les entraîneurs... Je crois que lorsque les Verts ont gagné à Marseille il dirigeait son 600e match, c'est énorme ! Sûrement que l'expérience mène à une réflexion en se disant : "on est dans une spirale, mais changer pour qui, pour quoi, il faut un gars d'expérience, il faut un jeune ?". Claude est là, seuls les deux présidents, Messieurs Romeyer et Caïazzo peuvent répondre à ce genre de question. Je pense que Claude a la capacité de trouver les ressorts pour que l'équipe réagisse, mais s'il pouvait trouver ça à partir de lundi ce serait beaucoup mieux."

Pied touché à la cuisse (2)

28/11 12:54
Image
 

En conférence de presse, Christophe Galtier a confirmé les forfaits de Zeki Celik, Renato Sanches et Jérémy Pied, qui s'est blessé à la cuisse avant-hier soir contre le Milan AC. Galette a confirmé la "très probable" titularisation à Geoffroy de Tiago Djalo au poste de latéral droit.

Ghezali a gagné !

28/11 11:31
Image
 

Le SC Lyon a remporté son premier match de la saison de National 1 hier soir aux dépens du leader bastiais. Apparus sous le maillot vert à deux reprises avec les pros lors de la saison 2015-2016 (défaite 1-0 à Paris en Coupe de La Ligue et victoire 2-1 à Troyes en Coupe de France), l'ancien champion de France U17 Nathan Dekoké (24 ans) a ouvert le score de la tête. Auteur d'une bonne entrée en jeu (à la 59e), Lamine Ghezali a été l'avant-dernier passeur sur le but du break d'une équipe qui remonte à l'avant-dernière place du classement de N1, à égalité de points avec la nouvelle lanterne rouge caladoise.

Puel vise l'Europe

28/11 11:06
Image
 

Comme le rapporte Orange Sports, Claude Puel s'est confié à la chaîne Téléfoot.

"Je commence à avoir l'habitude maintenant dans le foot. On passe de la crise à l'Europe et de l'Europe à la crise en un rien de temps. C'est comme ça... Je voudrais que Saint-Etienne retrouve au plus vite les joutes européennes. J'avais aussi dit ça par le passé à Nice quand j'étais arrivé et ça avait fait sourire. Je m'étais bien fait allumer. Mais finalement au bout d'un an, on finissait quatrièmes. J'ai envie que ce club de Saint-Etienne se fixe des ambitions. Je veux toujours que l'on puisse avoir des ambitions de haut de tableau, de coupes d'Europe. Mais ça ne vient pas tout seul. Alors oui, en ce moment, on est à la peine mais on a toujours ces ambitions chevillées au corps, de récupérer plus de joueurs, d'avoir plus de possibilités. Et de reprendre notre marche en avant... J'ai toujours ce truc en moi pas très bon pour un entraîneur de fixer des challenges qui ne paraissent pas possibles. Plus le challenge est difficile, plus ça m'attire."

Cantona rend hommage à Mekhloufi

28/11 10:42

Invité à réagir sur l'affaire du producteur de musique passé à tabac par des policiers et sur la loi sécurité globale dans le journa Libération, Eric Cantona a évoqu une nouvelle fois Rachid Mekhloufi qui a quitté l'ASSE en 1958 pour rejoindre l'équipe du FLN jusqu'en 1962. Rappelons que Canto a consacré un documentaire à Rachid et d'autres footballeurs en 2012 qui s'appelle Les Rebelles du foot :

"Je pense que la majorité des flics sont humains, mais il y a toujours des abrutis. Cela dit, tout de même, quatre flics et pas un pour dire à un moment donné "les gars, vous vous rendez compte de ce qu’on est en train de faire là ?"… Cet acharnement, et après le mensonge… Sans les vidéos, le gars serait en cabane et les flics continueraient d’exercer. Là, vu le scandale, il n’était pas possible de faire autrement que de les suspendre. Mais pour moi, ces flics sont aussi des victimes, des instruments. Il faut chercher le Papon d’aujourd’hui, remonter la hiérarchie.

Face à ce genre d’événement, toute personne qui réagit est la bienvenue. Que Griezmann et Mbappé s’expriment, c’est important parce qu’ils vont toucher des gens qui ne se seraient jamais sentis concernés. On reproche tellement souvent aux sportifs de ne pas s’exprimer, de rester dans leur petit monde… Après, il y a s’exprimer et être dans les actes. Certains sportifs ont vraiment contribué à changer les choses, comme Sócrates, Carlos Caszely ou Rachid Mekhloufi."

L'ASSE sur le podium de l'immatériel

28/11 09:56
Image
 

En prenant en compte les achats, les ventes, la plus-value sur les joueurs acquis et la plus-value sur les joueurs formés, l'ASSE est le 3e club français dans sa capacité à "transformer l’immatériel en cash" avec 36,9 M€ derrière les vilains (119,8 M€) et les Dogues (92 M€) selon un baromètre du cabinet d'étude Ginkyo cité hier par le site officiel des vilains.

Gazan, mots dits

28/11 09:22
Image
 

Dans sa rubrique "La grosse cote", Florian Gazan a annoncé ce matin sur RTL la descente de l'ASSE en L2.

"Après les trois premières journées, on se disait, ça y est, on va ressortir LA chanson des Verts, composée en 10 minutes par Jacques Monty. Sauf que depuis cette fameuse 4e journée, les paroles c’est "Allez, qui c’est les moins forts évidemment c’est les Verts", qui n'ont plus marqué un seul point en sept matchs. Sept défaites de rang, la pire série de l’histoire du club, dont une en plus contre l'Olympique Lyonnais. Et vous le savez, un supporter stéphanois préfère perdre un œil ou un bras plutôt qu’un derby.

Résultat, poursuit le chroniqueur, Saint-Étienne est à deux points du premier relégable, et manque de bol, ce dimanche, les Verts accueillent Lille, dauphin du PSG et 2e meilleure attaque du championnat, entrainé par l’ancien coach stéphanois Christophe Galtier. Le Losc devrait se régaler face à la défense en carton des Verts : 17 buts encaissés durant cette série noire. En ce moment on rentre dans la défense des Verts comme dans un moulin, et même un Jessy Moulin, puisque c’est le nom du gardien.

La faute à la vente en un an de William Saliba et Wesley Fofana, deux grands espoirs du club, défenseurs évidemment, qui ont permis certes à Sainté de ramasser plus de 60 millions d’euros et de battre deux fois d’affilée le record du transfert le plus cher de l’histoire du club. Mais à quel prix ? Et là je sors la stat qui tue : les Verts en 2020 en Ligue 1, c’est 65% de défaites, pire pourcentage des cinq grands championnats européens".

Papy est triste et énervé

28/11 08:30
Image
 

Relégué sur le banc d'un FC Lorient actuellement antépénultième et barragiste avec deux points de retard sur l'ASSE, Fabien Lemoine s'est confié à Ouest-France avant de recevoir Montpellier demain après-midi. Extraits.

"Soyons nous-mêmes, donnons le maximum individuellement et collectivement. À chaque fois, nous devons afficher un vrai état d’esprit, se mettre le cul par terre et sortir de cette spirale. Avancer et s’éloigner le plus possible de cette zone. Mais il ne faut pas se voiler la face, on devra lutter jusqu’au bout. Dans le contre-pressing, à Lille, on a vu de grandes différences. À la perte de balle, ils étaient déjà à deux ou trois sur nous et on était étouffés.

Pourquoi on ne pourrait pas le faire, nous ? Pour moi, ce n’est qu’une question d’état d’esprit et de mentalité. Et être meilleur dans le jeu, plus précis, mieux techniquement. On doit monter d’un cran. Il faut jouer en montrant de l’exigence, en se faisant plaisir, à courir les uns pour les autres, à être proches les uns des autres, à récupérer des ballons ensemble, à attaquer ensemble, peu importe si on doit compenser le poste de l’autre. Chacun doit s’adapter.

Depuis quelques matches, je suis sur le banc. Je suis triste, énervé, contre moi-même aussi, car si je suis dans cette situation, c’est que je n’ai pas été bon. J’essaie de faire ce qu’il faut à l’entraînement. À moi de m’accrocher et continuer pour faire tourner les choses, réaliser un match plein et ne plus sortir du onze. Je l’ai déjà vécu par le passé. Je n’ai jamais triché sur le terrain en match officiel. Ce n’est pas maintenant que ça va commencer."

Nanard adoubé à Dubai (2)

27/11 22:44
Image
 

Le Progrès revient sur la récente réception de Bernard Caïazzo au Dubai Sports Council (Emirats Arabes Unis).

"Dans un premier temps, l’idée serait de nouer des partenariats avec le centre de formation et avec les clubs locaux. En Asie, considéré comme le nouvel eldorado du foot mondial, mais pas seulement si l’on en croit Bernard Caiaizzo qui imagine l’ASSE s’implanter à terme aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en Chine.

Le but serait d’ici deux ans de créer un réseau mondial de partenaires clubs pour favoriser ensuite l’arrivée d’investisseurs. Caiazzo poursuivra d’ailleurs sa tournée asiatique au Qatar où il devrait assister courant décembre à la finale de la Ligue des champions du continent."

Pied touché à la cuisse

27/11 22:32
Image
 

Courtisé en vain par Christophe Galtier en 2016, Jérémy Pied avait préféré retrouver Claude Puel à Southampton. Si Galette a fini par le recruter à Lille, l'ancien latéral des vilains et des Aiglons déçoit chez les Ch'tis. Touché à la cuisse hier contre le Milan AC, il est très incertain pour dimanche selon La Voix du Nord, qui dévoile le nom du joueur lillois pressenti pour être titularisé au poste d'arrière droit contre Sainté.

"Si Reinildo est une option, Christophe Galtier devrait en toute logique offrir une première titularisation cette saison à Tiago Djalo sur le côté droit. Il est bien dans un très bon état d’esprit et déterminé à vouloir jouer", reconnaissait l’entraîneur des Dogues, jeudi soir. L’international U21 du Portugal a suppléé Pied contre Lorient (20 minutes) et le Milan (11 minutes). Surtout, il est dans de meilleures dispositions mentales pour évoluer sur un côté.

Son dépannage catastrophique en Coupe de France contre Gonfreville en janvier est malheureusement encore dans toutes les têtes. "Il y a deux ans environ lorsque j’étais encore au Sporting B, j’ai beaucoup évolué en tant que latéral droit. Même si mon poste de prédilection est défenseur central, c’est donc un poste que je connais, confiait Djalo en début de semaine. Si le coach me fait jouer à cette position, je donnerai le meilleur de moi-même."

Le quotidien régional annonce le onze lillois suivant contre Sainté : Maignan - Djalo, Fonte (c), Botman, Bradaric - Xeka, André, Ikoné, Bamba - Yilmaz, David.

Geiger, Diego et le Jet d'eau

27/11 21:45
Image
 

Actuel entraîneur du Servette (antépénultième du championnat suisse), l'ancien défenseur stéphanois Alain Geiger (60 ans, numéro 5 sur la photo) a livré sa réaction à la RTS suite à la disparition de Diego Maradona.

"J'ai eu le bonheur de l'affronter à trois reprises. Deux fois avec l'équipe de Suisse et une fois avec le Servette lorsqu'il jouait avec le FC Barcelone. La première rencontre, en décembre 1980 à Cordoba, restera à jamais gravée dans ma mémoire. J’ai encore l’odeur et l’atmosphère du stade en moi. Ce sera, je pense, le dernier souvenir de foot que j’aurai, le jour où il ne m’en restera plus qu’un. Quand j’y repense, j’ai presque les larmes aux yeux. Maradona avait 20 ans comme moi. Je l'ai vu faire des choses incroyables. Cette photo, je l’ai sous cadre. Elle m’a toujours accompagné, et partout. C’est ma plus belle photo de footballeur. Peut-être que je me fais passer sur cette action. Mais Maradona représente tellement de choses pour moi.

Je me souviens particulièrement de son échauffement, c’était fou. Il dansait littéralement avec le ballon, c’était presque un spectacle de cirque. Il levait la balle à la hauteur des projecteurs pour l'amortir lorsqu'elle lui revenait. C'est comme s'il arrivait à envoyer la balle aussi haut que le Jet d'eau et la reprendre tranquillement. Lorsque le ballon retombait, il réalisait l’amorti parfait. Le ballon était scotché à son pied. Il faisait ce qu'il voulait avec le ballon. Il avait des mains à la place des pieds. On avait perdu 4-0, Diego Maradona avait inscrit le quatrième but. Il nous a tout fait. Je me souviens l'avoir vu lever la balle au-dessus de Heinz Lüdi pour le passer tranquillement. Il nous a fait des tunnels. A moi, un sombrero au poteau de corner.

Il avait un toucher de balle incroyable. C’était extraordinaire de voir un petit bonhomme comme ça, avec ses quadriceps énormes, faire ce qu’il voulait du ballon. Il était très explosif, c’était carrément un slalomeur. Il était très habile des deux pieds, tu ne savais jamais de quel côté il allait partir. Il avait des yeux derrière la tête. Il voyait tout avant tout le monde. Et comme il pouvait faire ce qu’il voulait du ballon. Pour moi, c'est le plus grand joueur de tous les temps. Avec Maradona, le foot n’était plus un sport, c’était de l’art. Le regarder jouer, c’était comme admirer une grande toile de Picasso."

L'occasion de rappeler que le Jet d'eau, symbole de Genève, culmine à 140 mètres !

Romain incertain

27/11 20:12
Image
 

Après avoir annoncé les forfaits de Restos et KMP, Claude Puel a avoué en conférence de presse qu'il avait de "petites interrogations" sur d'autres joueurs. Ayant ressenti à l'entraînement des douleurs au mollet, Romain Hamouma fait partie des joueurs incertains auxquels l'entraîneur stéphanois a fait allusion. Notre Gai Luron, qui a souvent scoré face aux Lillois, fera demain un test qui conditionnera sa présence dans le groupe stéphanois chargé de museler les Dogues ce dimanche soir à Geoffroy.

Le point sur les prêtés

27/11 19:28

Avec 39 joueurs sous contrat qui s'entraînent à l'Etrat (dont le défenseur prêté par Leverkusen, Panos Retsos), les Verts ont également 5 joueurs sous contrat prêtés à différents clubs. Que devient ce club des 5 après un tiers du championnat ? On peut distinguer 2 réussites (Nadé, Palencia), 1 joueur qui glane du temps de jeu mais dont le club est en difficulté (Dioussé) et 2 joueurs pour qui le prêt n'est pas une franche réussite (Ghezali, Katranis) :

- Lamine Ghezali (prêté au SC Lyon) : Peu de temps de jeu pour Lamine en National. Après 11 journées, il ne compte que 6 matchs et 161 minutes sur les terrains. On peut espérer du mieux pour le jeune stéphanois qui était titulaire lors des deux derniers matchs (76 min contre Cholet et sorti à la mi-temps sur la pelouse d'Annecy). Il n'a toujours pas marqué ou fait de passe décisive. Le SC Lyon est bon dernier de National avec 1 seule victoire en 13 rencontres. Ca se passe un peu mieux avec la réserve du SC Lyon. Lamine a notamment inscrit le but victorieux face à la réserve des Verts en N3. 

- Mickaël Nadé (prêté à Quevilly Rouen) : Mickaël est un homme de base de l'équipe normande qui pointe à une belle 4eme place du classement de National à 4pts du leader bastiais et 2 matchs de moins. Le jeune défenseur a disputé 11 des 12 matchs de son équipe, à chaque fois dans la peau d'un titulaire. Il a marqué 1 but lors de la victoire de QRM contre Bourg-en-Bresse mais vient d'être expulsé lors de son dernier match contre le Stade Briochin.

- Alexandros Katranis (prêté à Hatayspor) : Un habitué du banc de touche ! Le jeune grec n'est toujours pas entré en jeu avec son équipe de première division turque qui pointe à la 11e place du classement après 7 matchs joués. Seule éclaircie pour Alexandros, ses deux titularisations en coupe de Turquie. A la clé, une passe décisive contre Karacabey mais son club a été éliminé aux tirs-aux-buts.

- Assane Dioussé (prêté à Ankaragucu) : Le jeune milieu de terrain ivoirien est lui aussi un homme de base du 11 turc. Néanmoins, son club coule à la dernière place de Super Lig (première division turque) avec seulement 2 points en 8 matchs. Sur les 5 qu'il a disputés, Assane a été 4 fois titulaire et est entré une fois à la mi-temps et a aidé à récolter les 2 points de son équipe. A ce rythme, ce ne devrait pas être suffisant pour se maintenir.

- Sergi Palencia (prêté à Leganes) : Il est peu de dire que Sergi est incontournable dans l'équipe type de Leganes en deuxième division espagnole ! 10 matchs joués sur 11 possibles dont 7 en entier. Et ça roule pour Leganes, actuellement 2eme de Liga2 après 14 matchs, juste derrière Majorque.

Carotti s'en souvient encore

27/11 18:18

Invité de France Bleu Hérault, le directeur sportif de Montpellier, Bruno Carotti a comparé la victoire des siens 4 buts à 3 le week-end dernier contre Strasbourg à un autre match fou en février 2000 :

"Je pense à celui entre Saint Etienne et Montpellier, le 5-4. C'est un match qui avait commencé avec le soleil et qui s’est fini avec le vent et la neige. Je m’en souviens très bien parce que j’étais à Saint Etienne face à Montpellier. Ce sont des soirées assez folles."

Le joueur, prêté à Saint-Etienne à l'époque par le PSG, a marqué à l'occasion de ce match son seul et unique but sous le maillot vert. Il s'agissait du 4eme but stéphanois, le 3001eme but du club en première division.

La Buche veut des points avant Noël

27/11 18:05

Le capitaine des Verts, Mathieu Debuchy s'est présenté face à la presse avant le match contre Lille, dimanche à 21h. Ses propos sont relatés par France Bleu Saint-Etienne Loire :

"On ne va pas se le cacher c'est une période très compliquée pour nous (les joueurs) et le club. Mais je sens un groupe qui veut basculer dans le côté positif et qui ne veut pas lâcher. Tout le monde a à cœur d'enrayer cette spirale négative et de prendre des points. C'est primordial.

Il ne faut pas rejeter toutes les fautes sur la jeunesse. Peut-être que cela manque de maturité à certains moments dans les matchs et peut-être que certains ne sont pas encore prêts à jouer en Ligue 1 mais nous aussi les anciens nous avons notre part de responsabilité. Peut-être que nous n'avons pas toujours joué à notre niveau. On doit encadrer ces jeunes qui découvrent la Ligue 1. Les reproches et les fautes sont à mettre sur l'ensemble du groupe".

 

Simple, basique

27/11 18:01

En conférence de presse avant le match de dimanche contre Lille (21h sur Téléfoot), Claude Puel a émis le souhait de revenir à des choses simples :

"C'est comme ça qu'on va construire nos matches et notre remontée : être solide dans chaque duel, faire preuve d'une saine agressivité, rester concentré. Bien sûr qu'on est tous marqués sinon ce serait grave ! On est conscients de la situation mais la difficulté fait partie de notre métier. On ne subit pas l'adversité, on l'affronte ! On est prêts pour le combat. Il faut mettre les bons ingrédients. Ca commence par des bonnes séances d'entraînement. On se dit les choses, on debriefe aussi à la vidéo. On a tous envie de faire tourner la réussite."

 

Dijon décimé face à Sainté

27/11 15:58

Neuf fois titulaire avec Dijon depuis le début de saison, le défenseur central marocain Fouad Chafik averti à trois reprises manquera la réception des Verts (dimanche 6 décembre, 15h).

Autre joueur d’expérience, 7 fois titulaire cette saison, le milieu de terrain défensif Wesley Lautoa, blessé contre Lens sera également absent pour la réception de Sainté.

Ce week-end Dijon, seule équipe sans victoire du championnat et pire attaque de L1 (5 buts) après 11 journées se rend à Nice.

Nanard adoubé à Dubai

27/11 13:32
Image
 

Comme le rapporte Gulf Today, Bernard Caiazzo a été reçu hier aux Emirats Arabes Unis par le secrétaire général du Dubai Sports Council pour discuter "d'une coopération mutuelle et d'opportunités d'investissements." Le président du conseil de surveillance de l'ASSE s'est vu offrir les mémoires du Cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum.

Sans Retsos ni KMP pour museler les Dogues

27/11 12:54
Image Image
 

Claude Puel a déclaré à la mi-journée en conférence de presse que Panagiotis Retsos et Kévin-Monnet Paquet seront encore indisponibles après-demain soir pour la réception du LOSC.

Les Perrin fans de Galette

27/11 08:18
Image
 

Partageant le même patronyme et ayant collaboré à Sainté, deux consultants de Téléfoot parlent dans 20 Minutes de Christophe Galtier, qui fera son retour à Geoffroy-Guichard ce dimanche soir en match de clôture de la 12e journée de L1. Extraits.

Alain Perrin : "Il avait pas mal bourlingué en tant que joueur et il avait déjà une petite expérience d’adjoint. Christophe avait ce côté convivial et ouvert qui permet d’établir un bon relationnel avec les joueurs. Il est très bon pour amener du liant. Pour faire tenir un mur de briques, il faut du ciment, et c'est lui qui cimentait le groupe derrière notre duo. Un soir à Sochaux, je dois pouvoir me souvenir du restaurant, je lui ai dit que compte tenu de notre différence d’âge, il fallait qu’il songe à devenir numéro 1. Mais il n’était pas chaud, la gestion autour du terrain, la relation avec les médias, les dirigeants, les agents, tout cet environnement pouvait l’encombrer. C’est un peu réducteur de dire que Lille est seulement une équipe de transition. Elle a une mise en place très claire avec et sans le ballon, un plan de jeu bien établi, avec des joueurs qui adhèrent à 150 %. Le match aller à Milan, dans la construction et la gestion du match, j’ai trouvé la patte d’un grand entraîneur. C’était le match parfait. Si Deschamps s’en va, je pense que c’est un candidat sérieux à l’équipe de France après la coupe du monde 2022."

Loïc Perrin : "Avec lui, c'était un miracle permanent vu le budget qu’on avait. Sa dernière année, il était arrivé au bout de ce qu’il pouvait faire. A Saint-Etienne, il m’avait confié plusieurs fois que ça l’usait de devoir gérer autant de choses sur l’extra-sportif. A Lille, il a trouvé autre chose. A l'ASSE, il y a eu des moments de tension, mais comme Christophe est quelqu'un d'ouvert, à l’écoute, on a toujours trouvé une solution. Il sait renouveler ses séances, il sait manager un groupe, tirer le meilleur des joueurs qu’il a sous la main. C’est un fédérateur, je pense que c’est un mot qui lui correspond bien. Christophe a toujours eu en tête cet aspect de transition rapide chez nous. On travaillait ça avec Aubameyang ou avec Gradel. A Lille, il a d’autres moyens pour recruter, donc tu prends de meilleurs joueurs pour coller à ton projet de jeu. Sa carrière de coach est intelligente, il ne grille pas les étapes, maintenant je ne sais pas s’il a assez de renommée à l’étranger pour prendre un club important. Par contre s’il continue comme ça encore une ou deux saisons avec Lille, pourquoi pas ?"

Subiat et Da Fonseca pleurent Diego

27/11 07:58
Image Image
 

Deux anciens Argentins de la maison verte pleurent Diego Maradona dans L'Alsace et Le Progrès. Extraits.

Nestor Subiat :

"J'ai une peine immense. Une tristesse indescriptible. Dieu s’en est allé. Mon Dieu, en tout cas, et celui des 45 millions d'Argentins. Chez nous, Diego, c’est comme un membre de la famille. Pour certains, il est même plus important qu’un membre de la famille. Il est au-dessus de tout. Une icône, quoi. Maradona, ce n’est pas forcément une présence physique. Il se ressent. Voilà, c’est ça, c’est un sentiment. Diego, c’est l’Argentin dans toute sa splendeur. C’est le gamin des rues, le provocateur, l'excessif, l'insoumis. On pouvait facilement s’identifier à lui car il était un homme simple, avec ses qualités exceptionnelles, mais aussi avec ses fêlures. On a perdu un grand homme. Maradona faisait le bien autour de lui. Il n’a jamais fait de mal à personne… sauf à lui-même.

Un jour, en 1987, j’avais alors 20 ans et je jouais au FC Mulhouse, l’Argentine affrontait l’Italie à Zurich. Mon papa était ami avec de nombreux membres du staff et moi je connaissais Jorge Luis Burruchaga qui jouait à Nantes en D1. Carlos Bilardo m’a carrément proposé d'accompagner les joueurs dans le bus. Une fois arrivé dans le vestiaire, Diego s’est approché, m’a embrassé sur les deux joues et m’a lancé : ‘‘Hey toi, il paraît que tu touches bien le ballon ! Tu es né chez nous ? T’as le passeport français maintenant ? Tu vas peut-être jouer avec l’équipe de France !’’ Moi j’osais à peine répondre, j’étais en train de parler à Dieu ! Il m’a ensuite encouragé pour la suite de ma carrière. Il m’a dit : ‘‘Hey tu continues de jouer avec le cœur hein ! Comme nous, les Argentins !’’

Omar Da Fonseca :

"Diego représente beaucoup pour moi : on est de la même génération, j’ai joué contre lui, j’ai eu la chance d’être dans l’équipe d’Argentine juniors avec lui… Il ne représentait pas que le football, il a dépassé le football. Il est devenu une icône, un élu, parce qu’il était, quelque part, le représentant de l’Argentine. Avant d’être un mythe, c’était un génie. On dit que le génie, c’est celui qui fait des choses qu’on ne pouvait pas imaginer et encore moins réaliser. C’était la vérité avec Maradona. C’était un joueur, qui, en plus de cette folie technique, aimait l’agressivité et était caractériel. Il avait ce côté de la rue, un peu rusé, malicieux, débrouillard, en plus de la virtuosité. Tout ça, ça captive. En Argentine, on en est arrivés à être addict. Nous, les adorateurs, on en a fait une icône. Il a dépassé le cadre du génie et est devenu un dieu.

Il est parti du plus bas possible et ensuite il s’est mélangé avec les étoiles, il est parti dans des galaxies que l’univers ne connaît même pas. Tout ça, c’est grandiose. Cela explique aussi ses dérives et c’est ce qui l’a trahi. Avec son génie, il a tout osé, il s’est tout permis. Il a démontré toute la complexité de l’humain. Est-ce le meilleure joueur de l'histoire ? “Le plus grand”, moi ça me va. D’autres disent que "le plus fort" c’est Pelé. Mais il n’a pas joué dans les mêmes conditions, il n’a joué qu’au Brésil… La vie de Maradona est un roman et sa manière d’être, pas que de jouer, y contribue. Ce que je l’ai vu faire, devant tant d’hostilité, d’agressivité et sur des terrains difficiles, ça me fait dire qu’il est vraiment au-dessus des autres."

L'appel du pied de Lulu à Roro

27/11 07:29
Image
 

Dans une interview à écouter sur Dessous de Verts, Lucien Mettomo replonge dans ses Verts souvenirs avant de faire un appel du pied à Roland Romeyer. Extraits.

"1998-1999, c’était une saison magnifique. Exceptionnelle ! Le peuple vert était debout. Il y avait les résultats, une ambiance dans la ville, dans l’équipe, une solidarité. Mon but au Stade de France ? c’était formidable, devant un public extraordinaire dans un stade magnifique. C’est le meilleur des buts que j’ai marqué dans ma modeste carrière.

Le 5-1 contre Marseille la saison suivante en première division ? Exceptionnel ! Exceptionnel ! Exceptionnel ! Jusqu’aujourd’hui, ça reste quelque chose d’important, d’essentiel dans la mémoire des Stéphanois. Alex avait été…hou la la, exceptionnel ! Sur tous les plans on avait dominé ce match-là. Quand vous êtes dans cet état-là à Geoffroy-Guichard, aucun club ne vous résiste.

Je vis au Cameroun mais quand je vais en France, je viens à Saint-Etienne, je me tiens au courant de la vie du club. Moi j’aimerais bien aider le club. Moi je vis en Afrique, Saint-Etienne pourrait me proposer de travailler pour eux en Afrique. Je pourrais remonter des informations sur des jeunes joueurs qui pourraient les intéresser. Après, c’est à Saint-Etienne de voir ! En tout cas je suis l’actualité de l’ASSE au jour le jour. Saint-Etienne, il faut l’avoir vécu pour comprendre ce que ça représente. Je parle à des gens qui ont joué dans d’autres clubs, je leur dis : « Saint-Etienne, c’est particulier. » Ce n’est pas de la flagornerie, c’est la vérité ! C’est une affaire de cœur, c’est plus fort que tout.

J’ai beaucoup de respect pour les supporters stéphanois. Ce sont des supporters exceptionnels, sans flagornerie. Ils savent porter leurs joueurs, ils savent porter leur club. Que vous ayez touché leur cœur, ce n’est pas toujours évident. Que cette sympathie-là me soit revenue aujourd’hui, je leur dis qu’on est Vert un jour, qu’on est Vert à vie. Je suis avec eux, je suis un supporter de Saint-Etienne dans l’âme et je resterai vert. Je veux aider Saint-Étienne, je peux aider Saint-Etienne. Mon ami Roland Romeyer, qui sait comment je suis passé professionnel à Saint-Etienne, sait ce que je peux faire car je suis un garçon de défi."

Bodmer a connu ça

27/11 07:20
Image
 

Dans la dernière édition du Progrès, l'ancien Vert Mathieu Bodmer se rappelle de la période où l'OGCN de Claude Puel avait concédé 7 défaites consécutives.

"On avait eu une succession de blessures au genou parmi les cadres (Ospina, Bauthéac, Digard, moi). On payait toutes nos erreurs cash. On s’était réfugié dans le travail. Puel est un bosseur. Il n’avait pas changé de ligne de conduite. Quand les cadres sont revenus, on a recommencé à gagner. C’est à eux de prendre le groupe en mains. Mais c’est aussi aux jeunes d’en faire plus. Ils ne sont pas conscients de ce qu’il faut faire pour se maintenir. Les jeunes ont beaucoup d’insouciance aujourd’hui, ce qui leur permet d’éviter la pression mais ça peut être à double tranchant."

Partager