23 juin 1987 : Naissance de Mathias Degache   8°/11°
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 19 Avril

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

19 avril 1975 : Naissance de Damien Bridonneau

Les anciens Verts les plus aimés le sont restés grâce à leurs prouesses régulières ou leur courage démontré à maintes reprises. Mais rares sont ceux qui n'évoquent qu'un seul souvenir en particulier.
Et qui sont adulés pour celà...

Damien Bridonneau
Né le 19 avril 1975 à Niort
1,75m - 73 kg

Rien ne prédisposait ce natif de Niort, arrière latéral droit de métier, à devenir pour un soir le prince du Chaudron. Et pourtant !
Avant le 22 mai 2004, Damien Bridonneau n'avait jamais été sous le feu des projecteurs. Habitué à (bien) faire son travail de latéral droit, il était du genre solide et fiable, laissant le devant de la scène à d'autres. On aurait dû se méfier pourtant, car le gaillard a des origines brésiliennes: en football, il y a pire comme filiation !



La carrière de Damien Bridonneau en un clin d'oeil


Niort, son berceau de footballeur
Saison 1994-95: Damien Bridonneau devient un Chamois ! En effet, c'est lors de cette saison qu'il fait ses grands débuts dans les rangs des Chamois Niortais, dans cette Deuxième Division qu'il ne quittera plus. Il ne participe qu'à un seul match cette année-là, mais dès la saison suivante il devient titulaire.

Il enchaîne en tout 6 saisons et 146 matchs sous le maillot de Niort, uniquement en D2. Les Chamois, même s'ils s'en approchent parfois, ne réussissent jamais à prendre place dans le wagon de la montée. Piliers de la D2, ils évitent aussi les embûches de la descente en National même si, là encore, ils sentent quelquefois le vent du boulet.

Bridonneau est avant tout réputé pour sa régularité. Défenseur acharné, il n'hésite pas à prêter main forte à ses attaquants de temps à autres mais reste un buteur rare (4 buts seulement). Il n'en devient pas moins progressivement l'une des valeurs sûres de D2.



Bridonneau défie Lilian Compan lors d'un Le Mans-ASSE 2002


La belle parenthèse mancelle
A l'intersaison 2000, Damien sent que son avenir à Niort est quelque peu bouché. Le club des Deux-Sèvres, s'il enchaîne les saisons en D2, n'arrive pas à passer de palier supplémentaire et ne progresse plus guère.

Bridonneau décide alors d'aller voir ailleurs et prend la direction du Mans. Sous les couleurs du MUC 72, il réussit trois saisons probantes et ajoute 86 matches de plus à sa collection. Comme à Niort, il est apprécié pour sa fiabilité et son implication dans le groupe, d'autant qu'il marque à 3 reprises. Sa troisième saison au Mans est la plus accomplie puisqu'en juin, le MUC accède pour la première fois de son histoire à la première division.

Bridonneau pense qu'enfin il va pouvoir découvrir l'étage supérieur. Mais c'est sans compter sur le "coup de sang" des dirigeants sarthois qui, enivrés par cette montée, préfèrent recruter quelques défenseurs ne présentant pas vraiment de garanties (un Sud-Africain, un Norvégien) plutôt que de faire confiance à ceux qui ont assuré l'accession. Bridonneau est donc prié d'aller voir ailleurs. Son rêve de Ligue 1 s'envole.

Pour la petite histoire, handicapé par une défense-gruyère, Le Mans redescendra en L2 dès la fin de la saison...



Damien Bridonneau (ici face à Caen) rejoint l'ASSE en 2003


Bridonneau fait exploser le Chaudron !
Si un jour Damien Bridonneau écrit son autobiographie, il pourra l'intituler "22 mai 2004", sur le modèle du "8 juillet 1998" de Lilian Thuram qui fait référence à son exploit en Coupe du Monde lors de France-Croatie. Car un match disputé ce jour-là reste incontestablement le moment le plus fort de sa carrière.

Pourtant à l'été 2003, Bridonneau est loin de penser à ce qu'il fera en mai 2004. Pour l'heure, il est au chômage et s'entraîne avec l'équipe de l'UNFP. Avec ses presque 200 matchs en D2, il présente certaines garanties et espère qu'un club évoluant à ce niveau va penser à lui. C'est du côté du Forez qu'il rebondit. Il n'est pas forcément le premier choix de Frédéric Antonetti, l'entraîneur stéphanois, puisque Pascal Chimbonda a fait un essai avant lui au poste de latéral droit. Mais le destin lui sourit: l'affaire ne se conclut pas avec Chimbonda et c'est donc Bridonneau que les Verts engagent. Damien devient la doublure de Patrice Carteron, le capitaine-courage de l'ASSE.

Le début de saison de l'ASSE est assez irrégulier et Carteron éprouve quelques difficultés sur son flanc droit. Peu à peu, Bridonneau monte en puissance et gagne ses galons de titulaire. Il totalise 30 matchs en D2 sous la tunique verte cette saison-là (plus 4 matches de Coupe). Bridonneau aligne les bonnes performances, est régulier et s'affirme comme un élément solide de l'effectif. L'ASSE décroche en toute logique la montée à quelques journées de la fin, face à Niort, son ancien club. C'est la deuxième montée en deux ans pour Damien !



Antonetti félicite Bridonneau après la montée  acquise à Niort au printemps 2004 (photo l'Équipe)


Mais à la 38e et dernière journée, il reste du suspense: le titre de champion de D2 n'est pas encore acquis car Caen, à un point seulement, est sur les talons des Stéphanois. Pour s'assurer du titre, les Verts doivent battre Châteauroux, vu que Caen est en train de s'imposer largement sur son terrain.

Pour cette dernière journée, Bridonneau est sur le banc. Il entre en jeu à la 60e minute à la place de Carteron (qui a marqué sur penalty) alors que le score est de 1-0. Quelques minutes plus tard, Gueï égalise pour les Berrichons et Caen est donc virtuellement champion. Il reste 25 minutes à jouer.
Bridonneau va alors en quelque sorte être le déclencheur de la révolte stéphanoise. Après la saison qu'ils ont réalisée, les Verts ne peuvent pas terminer seconds ! Ils poussent leurs adversaires à se retrancher devant leur but, aidés par un public chauffé à blanc. Bridonneau est de moins en moins arrière droit et de plus en plus attaquant droit. A la 70e minute, il monte sur un corner et place une tête qui s'écrase sur le poteau. Pas de chance. Mais l'ASSE et son défenseur ne renoncent pas. Les occasions se multiplient, le ballon revient sans cesse devant les buts castelroussins.

On vit alors un moment rare dans le stade: les Verts poussent au point d'en etouffer totalement leurs adversaires, qui ne parviennent plus du tout à jouer au football. Le public est totalement incarné et uni dans cette volonté de marquer ce fameux et ultime but de la saison. Chateauroux joue à 11 contre 12 !

86e minute: le score n'a pas bougé et le temps presse. Touche. Hellebuyck sert Mendy, qui donne un petit ballon piqué au-dessus de la défense, dans la surface côté droit. Damien Bridonneau va alors se souvenir qu'il a des origines brésiliennes ! Il s'envole littéralement pour expédier du pied droit une superbe reprise de volée imparable. 2-1, c'est le plus beau but de la saison. Et c'est le but du titre !


Pour l'éternité


En 228 matchs professionnels, Damien n'avait marqué que 7 fois avant ce chef d'oeuvre. Geoffroy-Guichard explose et Bridonneau n'en finit plus de courir, son maillot à la main. Tard dans la nuit, sur la place de l'Hôtel de Ville, les écrans géants diffusent en boucle cette volée magistrale et comme un bonheur n'arrive jamais seul, Bridonneau s'apprête enfin à goûter à cette Ligue 1 qu'on lui avait refusée au Mans un an plus tôt....



Damien Bridonneau, héros du 22 mai 2014, sur la Place de l'Hôtel de Ville


La Bretagne, la Corse, la Bretagne... et l'hôpital
Mais l'histoire se répète parfois. Damien Bridonneau s'en serait bien passé. A peine dix jours après sa géniale inspiration, le défenseur des Verts voit son horizon s'obscurcir. L'ASSE se dote d'un nouveau président et d'un nouvel entraîneur, Elie Baup, qui ne compte pas sur lui. Dès les tous premiers matchs de la préparation estivale, c'est Carteron qui joue latéral droit et une recrue espagnole, Javier Garrido, débarque dans le Forez pour occuper le poste. Damien comprend que cette fois encore la Ligue 1 se refuse à lui. Amer, il refait donc ses valises et met le cap à l'été 2004 sur la Bretagne.


Guingamp, Bastia, Vannes: la L2 est le terrain de jeu de Bridonneau


Titulaire indéboulonnable, Bridonneau est l'un des rares à surnager dans une formation bretonne peu convaincante. Guingamp lutte même en 2006 pour éviter la relégation en National. Après 75 matches et un nouveau but, Damien Bridonneau souhaite quitter le club breton qui tente de le retenir. Il refuse une offre de Grenoble et signe finalement à Bastia (L2). Il jouera deux saisons pleines en Corse (72 matches), puis retournera en Bretagne, à Vannes. Mais à l'été 2009, il se blesse gravement au genou (rupture du tendon rotulien). Avec seulement 6 matches après son retour sur les terrain, Damien Bridonneau décide d'arrêter sa carrière sur cet épisode vannetais.



Brido en 2010 sous le maillot de Chauray (DH)


Il avait créé une société immobilière en 2006 à Chauray, dans les Deux Sèvres. Il s'y consacrera un temps après sa blessure mais finira par rejouer en DH, pour le club de cette même bourgade de Chauray. Il marque même en Coupe de France contre Angoulème en octobre 2012 (5e tour) pour son club qui évolue alors en CFA2 et poussera le modeste club poitevin jusqu'en 32e de finales.

Encore un club qui l'adulera sans nul doute...



Bridonneau donnant le coup d'envoi lors du 8e de finale de Coupe de France ASSE-Vannes (2010)


Bonus: l'interview exclusive donnée par Damien Bridonneau à Poteaux-Carrés en 2009

par Timick, le 19/04/2017

Ephéméride du 19 Avril


A venir

26/06/2017 10:00

Reprise du groupe pro



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com