séléctionnez une date pour un autre éphéméride

Une victoire enchanteresse au coeur d'une saison cauchemardesque...


La feuille de match
Samedi 4 novembre 2000 - Championnat de France de D1 - Stade Geoffroy-Guichard
14e journée: ASSE 4-1 Troyes
Spectateurs: 24.011 - Arbitre: M. Colombo

Buteurs : Alex (5e, 58e et 70e) et L. Huard (55e) pour l'ASSE. Boutal (57e) pour Troyes

ASSE: Levytsky - Carteron, Kvarme, Wallemme, Mettomo, Potillon - Luiz Alberto, Huard, Pédron (Sablé 53e) - Sanchez (Chavériat 82e), Alex (Fellahi 78e). Entraîneur: John Toshack
Troyes: Heurtebis - Meniri, Adam, Jezierski - Hamed (Saisi 64e), Tourenne, Celestini, Djukic, Zambernardi - Boutal (Goussé 69e), Jbari (Ghazi 64e). Entraîneur: Alain Perrin


Les faits du match
A cette époque, Troyes est une équipe sérieuse mais qui réussit souvent aux Verts. Et cela n'est pas du luxe à un moment où les Verts commencent à être mal en point en championnat.
Dès la 5e minute, Alex Dias commence son festival et lance sa soirée en ouvrant la marque avec l'aide involontaire du portier aubois Heurtebis. Une frappe de volée de ce même Alex est ensuite repoussée par Jezierski au prix... d'une superbe claquette sur sa ligne. Problème: Jezierski n'est pas gardien de but mais défenseur central !
Les Verts protestent mais M. Colombo est formel: il siffle corner...
Ce fait de jeu éteint quelque peu la partie et rééquilibre les débats même si les Stéphanois multiplient les tentatives devant les cages de Heurtebis, s'exposant à quelques contres troyens.



Alex, bourreau des Aubois en seconde période


Pourtant, si la première était relativement équilibrée, que dire de la seconde période des Verts qui se déchaînent au cours de 5 minutes totalement folles ? La recrue Laurent Huard profite d'un nouveau ballon relâché par le porter champenois pour doubler la mise. Troyes réduit le score dans la foulée par Boutal d'un tir des 20 mètres mais deux nouveaux contres d'Alex, dont un de plus de soixante mètres, permettent aux Stéphanois de faire le break et de conforter leur succès.

Vous avez dit exploit sans lendemain ?



Ils ont dit
Alain Bompard : "En ayant engrangé sept points sur neuf, ce qui est relativement remarquable, nous n'avons gagné qu'une place. C'est bon pour le capital confiance mais il y a encore beaucoup de travail à réaliser. On remarquera que même avec un système défensif renforcé, on peut marquer quatre buts, ce n'est pas interdit"

John Toshack : "L'ampleur du score ne reflète pas la physionomie du match. Le score est trop lourd pour les Troyens qui nous ont offert une bonne résistance. Alex n'a pas fait un match exceptionnel. Il a juste fait ce qu'on lui demande de faire. Son travail, c'est de marquer des buts"

Patrice Carteron : "On a connu quelques moments difficiles mais le passage à vide de la première mi-temps est consécutif à une grosse injustice d'arbitrage et un joueur de Troyes qui sauve un ballon avec la main sur sa ligne de but"



Luiz Alberto, le récupérateur brésilien, échappe à Celestini


Le Saviez-vous ?
- Malgré ce coup d'éclat, l'ASSE terminera cette saison 2000-01 à la 17e place du classement après s'être vue retirer 7 points lors de la trop fameuse et nébuleuse affaire dite des "faux passeports". Les Stéphanois payeront à cette occasion un lourd tribut à un système organisé dans l'Europe entière et dont ils seront finalement les seuls à subir les conséquences.

- Avec 13 réalisations, Alex marquera lors de cette saison le tiers des buts de l'ASSE. C'est en revanche son unique triplé en Vert.

- Ce match n'est pas franchement représentatif de la saison des deux clubs: alors que les Verts vivront un cauchemar, le club de Troyes réussira au contraire le meilleur exercice de son histoire, terminant à la 7e place et se qualifiant pour la Coupe Intertoto (qu'il remportera face à Newcastle la saison suivante)

- Lors de cette saison de toutes les malédictions, Jean-Guy Wallemme et Rudy Garcia seront promus co-entraîneurs après la "fuite" du Gallois John Toshack durant la trêve.

- Quant à Alain Perrin, révélé à Troyes lors de cette belle période champenoise, il s'assiéra sur le banc stéphanois durant 51 matches de 2008 à 2009. Son bilan sera globalement mauvais avec une présence quasi-systématique dans la zone rouge, un maintien in-extremis et de nombreuses déconvenues (16V, 12N, 23D). Son seul succès sera un beau parcours européen malheureusement saboté en 8e de finale face au Werder Brême.