séléctionnez une date pour un autre éphéméride

Les Verts et la Coupe de la Ligue, une histoire d'amour où Lille a souvent joué le rôle du cocu...


La fiche de match
Mercredi 17 décembre 2003 - Coupe de la Ligue - Stade Grimonprez-Jooris
8e de finale: Lille 2-3 ASSE
Spectateurs: 7.260 - Arbitre: B. Ruffray

Buteurs: 
Hellebuyck (24e), Marin (62e), Compan (73e) pour l'ASSE. Makoun (57e), Brunel (89e) pour Lille

Lille: Malicki, Delpierre, Baciu (Brunel 46e), Abidal, Pichot, Bodmer (Manchev 66e) Makoun, Tafforeau, Sterjovski, Tapia, Boutoille. Entraîneur: Claude Puel
ASSE: Janot, Bridonneau, Hognon, Morestin, Ilunga, Sablé, Hellebuyck (Quaye 88e), Jau, Mendy, Marin (Carteron 89e), Compan (Gomis 85e). Entraîneur: Frédéric Antonetti



Les faits du match
3-1 ! Difficile à croire, mais ça fait 3-1. Pour nous ! Selon la bonne vieille méthode théorique (c’est-à-dire théoriquement jamais appliquée), il faut se pincer pour s’assurer de ne pas rêver. Ne pas rêver une fois encore ce rêve inlassablement répété depuis plusieurs nuits déjà.
En cette fin d’après-midi plutôt ensoleillée, votre serviteur est assis en tribune Honneur d’un stade Grimonprez-Jooris vieux, chancelant et quasi-moribond (7.260 spectateurs selon la police, pour un 8e de finale de Coupe de la Ligue, côté lillois, on frôle la faute de goût). D’accord, le LOSC reçoit une équipe de L2. Mais c’est Saint-Etienne, que diable ! D’ailleurs, seuls les supporters verts semblent s’être bien mobilisés. La couleur de l’espoir parsème les tribunes.



Hellebuyck montre la voie aux siens: 1-0


3-1. J’exulte en serrant les dents. Quelques rangs plus haut, un moustachu classieux aperçu plusieurs fois par le passé pour les confrontations Lille-Sainté, écharpe verte au cou, fait montre d’une joie plus ostentatoire. Il est bien entouré, alors que je suis cerné de dogues lillois aux abois, hésitants entre déconvenue et fatalisme.
Je retrouve les Verts de mon enfance. Conquérants en culotte courte, abandonnés un temps aux errements administratifs et sportifs. Il n’y a pas Canal+ à la maison à cette époque. Et Téléfoot se fait à peine l’écho de ce qui se trame à l’étage inférieur. Bref, il n’y a qu’Internet pour relier Chti'land au club de mon cœur. Mon cœur, on s’en balance. En cette 73e minute de jeu, Lilian Compan parachève presque une œuvre cousue main. Les Verts bastonnent tranquillement le LOSC. Je découvre une équipe, une solidarité, une générosité dans l’effort et dans l’abnégation, un collectif qui ose, qui a du culot, une équipe en devenir. Je découvre en vrai des noms entendus à la radio: Marin, à la chevelure oxydée d’argent, Hellebuyck le rentre-dedans, Janot le bondissant...



Marin redonne l'avantage aux Verts: 2-1


Avant le coup d’envoi, les Verts n’en mènent pourtant pas large. Le LOSC est favori. Mais ô surprise, dès l’entame du match, ce sont les Stéphanois qui se mettent en action et bousculent des Lillois surpris et approximatifs dans tous les secteurs de jeu. C’est donc presque sans surprise que Hellebuyck ouvre la marque à la 24e. 0-1 à la mi-temps. Ca paraît trop beau. D’ailleurs, à la 57e minute, Makoun remet les équipes à égalité avec une tête à bout portant qui fait se lever le maigre public. Le match va devenir tout fou, à l’image des Verts d’Antonetti. Les accélérations de Marin percent la défense lilloise. Abidal et Tafforeau essayent de sauver les meubles à plusieurs reprises avant que Marin ne marque un second but amplement mérité d’une reprise foudroyante. Quelques minutes plus tard, Lilian Compan assomme les Dogues. 3-1. Je rêve éveillé.


Compan enfonce le clou: 3-1


La fin de l’histoire est onirique. Les Lillois se jettent à corps perdus dans la surface stéphanoise, obtiennent corners sur corners mais c’est encore Marin qui a la balle de 4-1 au bout du pied. Pourtant, sur un dernier centre au deuxième poteau, Brunel, entré au jeu à la mi-temps, remet la pression. 2-3. Glups. Faut tenir. Un Lillois rate même l’égalisation dans le temps additionnel. L’ASSE passe. Les Nordistes ont découvert les nouveaux Verts. Moi aussi. L’aventure débute...



Le Saviez-vous ?
- Le parcours de l'ASSE dans cette Coupe de la Ligue sera mémorable: après avoir éliminé Rouen et Beauvais puis donc Lille, les Verts battront facilement Nice en quarts de finale avant de s'incliner aux portes du Stade de France lors d'un match épique à domicile contre Sochaux (2-3), futur vainqueur.

- Près de 9 ans plus tard, en janvier 2013, Stéphanois et Lillois se retrouveront en Coupe de la Ligue pour un duel au couteau en demi-finale, au terme duquel les Verts s'imposeront aux tirs au but. Ils remporteront même l'épreuve en finale face à Rennes.

- Dans l'effectif lillois, on retrouve trois futurs vilains lyonnais en la personne d'Eric Abidal, Jean II Makoun et Mathieu Bodmer. Ce dernier disputera quand même une demi-saison sous le maillot vert en 2013 (16 matches, 2 buts)

- Il entre en jeu à 5 minutes de la fin, 4 jours après avoir débuté en pro contre Le Puy (Coupe de France): le jeune Bafetimbi Gomis ne le sait pas encore mais il sera la coqueluche de Geoffroy-Guichard quelques années plus tard.

- C'est la dernière victoire stéphanoise à Lille où les Verts ne se sont plus imposés depuis, que ce soit en coupe ou en championnat...