20 juin 2003 : France 2-1 Japon - Premier tour de Coupe des Confédérations  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ruffier trop fort pour Moulin (2)

19/02/2018

Image

 

Battu mais pas abattu, l'entraîneur angevin Stéphane Moulin souligne aujourd'hui dans Le Courrier de l'Ouest le manque de réussite de son équipe et la force de Stéphane Ruffier. Extraits.

 

"Rien ne nous sourit. C'est un constat. Gagner comme l'a fait Saint-Etienne samedi ou Toulouse en octobre, ça ne nous arrive jamais. La réussite est un facteur important, je ne l'ai jamais autant ressenti que cette saison. Ludovic Butelle est triste comme une pierre, c'est une erreur qu'il ne connaît jamais. On veut toujours tout expliquer, mais personne ne le peut. C'est ce côté irrationnel qui rend le football magnifique. Samedi, c'était pour Saint-Etienne. Pour nous, c'était proportionnellement inverse.

 

Je pense que cette défaite peut être un match référence. J'ai tout aimé, en particulier la réaction à 0-1, qui avait plusieurs sens : on n'accepte pas, on ne veut pas mourir et on veut aider notre pote qui est dans la difficulté. Il y a une phrase de Sénèque que j'aime bien : "La vie, ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie". On doit s'en inspirer à 2000 %. Il faut vivre avec ça, lutter contre et avancer. Quand tu es impliqué, généreux, tu doix être récompensé à un moment.

 

Mais il y a juste une part d'irrationnel. Samedi, je fais aussi le constat de nos 20 tirs sans but face à un gardien, Stéphane Ruffier, qui nous fait le carnaval à chaque fois depuis 2015. Samedi, Saint-Etienne a été très opportuniste, mais l'erreur vient aussi de nous. On doit l'accepter et tout analyser. Samedi, j'étais triste pour les joueurs. C'est une injustice sportive. On aurait pu éviter ça, mais c'est la loi du sport. Le football procure des émotions diamétralement opposées. C'est fascinant mais torturant. Quand le résultat s'explique comme contre Monaco, pas de problème, c'est logique. Mais samedi, le score contredit les chiffres et le match."

   


A venir

29/06/2018 10:00

Reprise de l'entrainement



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com