L'un des héros de la Coupe du Monde 1958 a joué chez les Verts... deux ans trop tôt !


Né à Calonne-Ricouart (Pas-de-Calais), Maryan Wisniewski (ou Wisnieski en orthographe francisée) est formé à l'US Auchel, comme Jean Vincent, autre grand international de l'époque. Alors que le second entame sa carrière professionnelle au LOSC, le premier opte pour le rival lensois. C'est le choix du coeur pour Maryan: enfant, il se rendait à vélo au stade Bollaert pour encourager les Sang et Or. Ailier droit talentueux, il dispute son premier match de première division à l'âge de 16 ans et demi sous les couleurs du Racing !



Caricature de Wisniewski en 1958


L'ascension du jeune prodige est fulgurante, Wisniewski impose rapidement ses qualités de débordement et son sens du but. Un mois après avoir marqué pour Lens à Geoffroy-Guichard, le Ch'ti honore sa première sélection en Bleu lors d'un match contre la Suède. A 18 ans et deux mois, il est le deuxième plus jeune international français de l'histoire (le premier étant le Montpelliérain René Gérard, sélectionné à l'âge de 17 ans et 11 mois en 1932). Grâce à lui, le RC Lens obtient de très bons résultats: troisièmes en 1955, les Sang et Or finissent à la seconde place du classement en 1956 (derrière Nice) et en 1957 (derrière Saint-Étienne).



Dieu mais que Maryan était joli !


C'est donc sans surprise que Wisniewski dispute la Coupe du Monde de 1958, en Suède: dès le début de la compétition, il est titularisé sur l'aile droite aux côtés de Raymond Kopa (d'origine polonaise comme lui), Just Fontaine, Jean Vincent ou encore Roger Piantoni. Wisniewski marque contre le Paraguay et inscrit ensuite un but d'importance contre l'Irlande du Nord, en se jouant de quatre adversaires. Il adresse surtout de nombreuses passes décisives à Just Fontaine, qui finira le Mondial suédois avec le record, à ce jour inégalé, de treize buts. Comme ses partenaires, il ne doit s'incliner qu'en demi-finales face au Brésil du jeune Pelé et termine le Mondial sur la 3e marche.



Wisniewski ouvre la marque en quart de finale contre les Nord-Irlandais


Deux ans plus tard, Wisniewski s'illustre lors de la Coupe d'Europe des Nations en inscrivant un but en demi-finale contre la Yougoslavie. Mais l'équipe de Vladimir Durkovic renverse la situation en fin de match et les Bleus doivent s'incliner 5-4. En 1963, Wisniewski réussit son meilleur match international: il est l'auteur d'un doublé et de trois passes décisives contre les Anglais lors d'un match éliminatoire de la Coupe d'Europe des Nations (victoire de la France 5-2). Deux mois plus tard, Maryan joue son 33e et dernier match en équipe de France contre le Brésil. Sur une belle passe de son futur coéquipier stéphanois Robert Herbin, il inscrit le but égalisateur (1-1) mais le roi Pelé réalise un magnifique triplé et les Bleus doivent s'incliner 3-2.



Escapade gênoise pour Wisniewski en 1963


Après dix ans passés à Lens, Wisniewski estime avoir fait le tour de la question dans l'Artois, malgré son palmarès resté quasi vierge (une Gambardella en 1958 et une Coupe Drago en 1960). Le club lensois ayant besoin de liquidités, il ne se gêne alors pas pour aller jouer à la Sampdoria une année, avant d'être sollicité par Roger Rocher. Maryan porte le maillot vert durant deux saisons, de 1964 à 1966.

Lors de sa première année stéphanoise, il peine à trouver ses marques: alors que les attaquants André Guy, Rachid Mekloufi et François Heutte se mettent en évidence, Wisnieski marque pour la première fois en championnat à la 31e journée, contre son ancienne équipe.


Maryan Wisniewski (à gauche) aux côtés de François Heutte en 1964 (photo L'Équipe)


Mais sa saison 1965-66 est beaucoup plus convaincante: il trouve le chemin des filets à dix reprises et son association avec Mekloufi et le jeune Hervé Revelli fait des merveilles. Wisniewski se montre très inspiré face aux Ch'tis: auteur d'un doublé face à Valenciennes, il est l'auteur d'un superbe triplé contre le LOSC (victoire des Verts 7-4). L'ASSE finit le championnat à la 5e position, un an avant de commencer son hégémonie sur le football français.

Pour autant, Maryan n'en verra pas la couleur. Tandis que Fefeu et Triantafilos rejoignent les Verts, Wisniewski quitte Sainté pour Sochaux. Il joue trois saisons dans le club doubiste et atteint même la finale de la Coupe de France en 1967, avant de terminer sa carrière de joueur en deuxième division, à Grenoble (saison 1969-70).



Maryan sous le maillot sochalien en 1966


L'ancien attaquant stéphanois exerce ensuite les fonctions d'entraîneur dans plusieurs clubs: Grenoble, Thiers et surtout Carpentras qu'il emmène en 16e de finale de Coupe de France en 1972. Il est également représentant sur la France pour le Coq Sportif pendant une douzaine d'années puis s'occupe depuis le début des années 2000 de l'équipe 1 du Pontet (CFA) dans le Vaucluse, club dont il est directeur sportif.



Maryan Wisniewski en 2005


Bien qu'il n'ait jamais remporté de titre majeur dans sa carrière et manqué les deux belles époques de l'ASSE, Maryan Wisnieski a toujours été un buteur prolifique et un joueur de haut de tableau. Avec ses 93 buts en Sang et Or, il est toujours à ce jour le co-recordman du plus grand nombre de buts marqués sous le maillot lensois (avec Ahmed Oudjani).