L'occasion de se remémorer les exploits du passé: quand l'ASSE, alors vierge de titre pouvait se permettre de terrasser le futur champion...


La feuille de match 
Dimanche 7 janvier 1951 - Championnat de France de D1 - Stade Geoffroy-Guichard
20e journée: ASSE 3-2 Nice
Spectateurs: 15.710 - Arbitre: C. Kohler

Buteurs: K. Michlowski (32e), K. Rijveers (48e) et A. Cuissard (84e) pour l'ASSE. J. Courteaux (30e) et Y. Amalfi (51e) pour Nice

ASSE: M. Jacquin - G. Huguet , A. Cuissard, R. Alpsteg - J. De Cecco, R. Domingo - K. Rijveers, V. Gomez, L. Alpsteg, J. Tamini, K. Michlowski. Entraîneur: Jean Snella
Nice: R. Germain - L. Samuelsson, S. Pedini, M. Firoud - J. Belver, A. Bonifaci - Y. Amalfi, D. Carré, J. Courteaux, P.U. Bengtsson, F. Fassone. Entraîneur: Numa Andoire



Les faits du match
Surprenant leader à mi-championnat, l'ASSE surfe sur une série de 3 victoires consécutives au moment de recevoir l'OGC Nice, modeste 10e.
Nice ouvre la marque par l'intermédiaire de Courteaux mais l'attaquant tchèque Karel Michloswki égalise de la tête dans la foulée. Le Néerlandais Kees Rijveers, nouvelle recrue, permet à son équipe de prendre l'avantage 2-1 d'une frappe canon en début de seconde période mais cette fois, ce sont les Aiglons qui reviennent immédiatement au score grâce à Amalfi.



Kader Firoud dégage le ballon de la tête au nez et à la barbe de René Alpsteg


Le match est serré et les Azuréens, plus athlétiques, prennent le contrôle du match sur la grasse pelouse de Geoffroy-Guichard. Le joueur niçois, Antoine Bonifaci, illumine le jeu et brille au sein de la bataille du milieu de terrain. Pourtant, c'est à l'énergie que les Verts s'imposent sur le fil, le but victorieux étant marqué par la star des Verts, Antoine Cuissard, ce dernier reprenant de la tête une frappe déviée en chandelle.

Plus que jamais leaders, les Stéphanois deviennent un sérieux prétendant à leur premier titre de champion !



Léon Alpsteg, ici à la poursuite de Fassone, ne marquera pas ce jour-là


Le Saviez-vous ?
- Et pourtant, la vérité de janvier n'est pas celle de juin ! Le classement du championnat de France de la saison 1950-51 sera le plus serré de l'histoire: Saint-Étienne finira à la 7e place, à seulement 4 points de... Nice, le champion. Les Niçois devanceront Lille au goal-average, et ne compteront qu'un point d'avance sur Le Havre, Reims et Nîmes !

- C'est la première fois de son histoire que l'ASSE est leader du championnat de France. Les Verts seront délogés de leur trône la semaine suivante après une défaite à Nîmes et connaîtront une 2e partie de saison plus difficile mais atteindront néanmoins les demi-finales de Coupe de France (défaite 3-1 contre Valenciennes), là aussi une première.

- Étant donné les grosses difficultés financières de l'ASSE, un comité de sauvetage avait du faire un appel aux dons pour pouvoir démarrer la saison. Le tout nouveau voisin lyonnais proposant de racheter les contrats de plusieurs joueurs, le conseil municipal de Saint-Étienne, décidera finalement de faire bloc et d'octroyer au club 10 millions de francs sous forme de prêts et de subventions.

- Jean Snella débute cette saison-là sa riche et longue carrière d'entraîneur de l'ASSE: il dirigera en effet les Verts de 1950 à 1959, puis de 1963 à 1967. Snella entraînera également l'équipe de Nice, faisant notamment débuter Daniel Sanchez, futur joueur puis adjoint d'Elie Baup à Saint-Étienne.

- A l'issue de sa carrière stéphanoise, Antoine Cuissard jouera une saison à Cannes puis 2 ans à Nice. Il remportera d'ailleurs la finale de la Coupe de France avec les Aiglons en 1954.

- On retrouve un certain Firoud au sein de l'effectif niçois, franco-algérien et défenseur. Pourtant, il ne s'agit point de Kader Firoud, ancien stéphanois de 1945 à 48 et futur entraîneur de Nîmes, mais de son frère cadet: Ahmed Firoud.

- Si les frères Alpsteg jouent ensemble sous le maillot vert, ils n'auront pas l'occasion de le faire si souvent: en effet, contrairement à son frère René, stéphanois de 1944 à 1953), Léon Alpsteg ne disputera que 55 matches avec l'ASSE, durant trois saisons entre 1948 et 1952.

- L'avant-centre stéphanois Jean Tamini (photo) avait joué la Coupe du Monde au Brésil en 1950 sous le maillot de la Suisse et y avait même inscrit un but contre le Mexique. Plus tard, Tamini deviendra recruteur à l'OL, c'est notamment lui qui remarquera Fleury Di Nallo et le fera signer à Lyon.