Papy a pris son pied à Sainté

19/06/2020
bookmark bookmark
share share
Image
 

Capitaine des promus Merlus, Fabien Lemoine a replongé avec délectation dans ses vertes années dans la dernière émision de Dessous de Verts, à écouter intégralement ici. Extraits.

"Saint-Etienne, c’est un club de dingues ! Je connaissais car j’allais déjà voir des matches des Verts à Laval quand Sainté était en Ligue 2. C’est le fiancé de ma cousine qui m’a un peu mis dans le bain. Moi ce que je voyais c’est les fans. J’adorais les grosses ambiances. Moi je ne voyais que des étoiles là-bas. Alors quand j’ai su que Sainté me voulait… J’avais des maillots de Sainté quand j’étais au centre de formation à Rennes, je me suis d’ailleurs fait engueuler une ou deux fois parce que je les mettais. Des dirigeants me disaient « si tu veux aller là-bas, va là-bas mais ne mets pas ce maillot au centre de formation. » Mais c’est vrai que j’étais assez branché, pour moi c’était vraiment vivre un truc de fou ! Je me souviens de Bridonneau, de Casagrande, Di Rocco… Déjà, l’époque Alex-Aloisio, j’étais fan. C’est là que ça a commencé vraiment. C’était une équipe offensive et quand je regardais les matches sur Canal, ça me plaisait de voir les fumigènes à gogo. Je me disais « waouh, ça c’est du stade ! » Ces images-là me sont restées. Le 5-1 contre Marseille…

Quand j’ai enfilé le maillot de Sainté, j’ai montré l’écusson, j’étais super content. Je n’avais qu’une hâte, démarrer le boulot, m’entraîner avec le groupe et commence à jouer à Geoffroy-Guichard. Ce que je retiens de mes six années ici ? Je ne dirais pas magique mais pas loin. Fantastique ! J’ai pris un pied énorme. On a gagné un titre. Le lendemain de la Coupe de la Ligue, c’était une dinguerie à Sainté ! Au Stade de France, contre mon ancien club, j’avais peut-être cette motivation supplémentaire par rapport aux autres. Quand on a soulevé le trophée, j’avais l’impression que le stade était encore plein tellement c’était vert. J’ai aussi aimé la ville de Saint-Etienne. J’étais rarement en centre-ville si ce n’est pour fêter les grandes victoires au Club in box. Je n’ai dû aller là-bas que cinq ou six fois. Je ne suis pas un grand danseur, je ne suis pas un grand adepte de la boite. Mais les alentours, les gens… Moi c’est ça aussi qui me plaît. Les gens partagent tes valeurs. Ils sont simples, bonne franquette, bonne ambiance, bons vivants.

Tu joues au foot dans un stade de fous. Y’a pas mieux ! Je me souviens de l’inauguration de la Tribune Nord, c’était contre Sochaux. Le boucan que ça faisait, waouh ! Franchement, c’était magnifique ! On fait un match de fous, la Brise prend un rouge au bout de dix minutes de jeu. On a perdu 1-0 alors qu’on a des occases à gogo et qu’on devait les torpiller. Jouer dans ce stade rénové, c’était quelque chose. J’y ai vécu des émotions de dingue ! Je souhaitais remonter en Ligue 1 pour revenir là-bas. Personnellement, mon objectif était de rejouer à Geoffroy-Guichard au moins une fois avant d’arrêter ma carrière. Revenir là-bas, ça va être top ! Moi j’ai profité de l’ambiance là-bas, je me la rappelle bien. Je me souviens des tifos. Je me souviens du feu d’artifice que les Magic avaient tiré lors d’un match contre Bastia. On avait gagné 1-0, but de Ricky, j’avais fait la passe dé. Tu joues et tu profites en même temps. Le derby qu’on gagne 3-0 chez nous, je ne voulais pas que ça s’arrête tellement l’ambiance était folle. On aurait pu jouer 24 heures, on avait l’impression de voler sur le terrain.

J’ai en tête un autre derby où Tolisso m’a découpé. Je rentre, Ghezal il prend rouge, il me touche, il me pousse un peu. Après moi je joue le jeu, toutes les ruses sont bonnes à prendre. C’est sûr que les Lyonnais vont dire que je suis « une salope ». C’est le jeu. Je tombe, il se fait expulser. Derrière je me fais fracasser en deux. Après, j’étais dans une période très difficile mentalement par rapport à ce qu’il se passait au club. Je savais que c’était ma dernière année, que c’était la fin. Je n’étais vraiment pas heureux du tout. J’ai quitté le terrain avant la fin de ce derby, c’était un ras le bol général. J’étais dans un état psychologique un peu atteint. Les relations étaient tendues avec le coach et avec quelques dirigeants. Je n’étais pas en période de déprime mais quand ma femme m’en reparle elle me dit « franchement, Fab, t’en étais pas loin. » J’ai pris ma douche, je n’ai même pas savouré ce derby gagné, j’ai pris mon sac et je suis rentré chez moi. Ce n’est pas le comportement que j’aimerais qu’un coéquipier adopte mais j’avais du mal à faire la part des choses. J’ai été très choqué que Tolisso n’ait pris que deux matches ferme de suspension plus un avec sursis. Si c’est moi qui avais fait la même faute sur un Lyonnais, je pense que je serais encore suspendu…

Cela va être un moment très particulier pour moi de revenir à Geoffroy, je le prends comme un privilège. Je vis des moments extras aussi ici à Lorient, on vient de monter, il y a un projet qui s’est mis en route. Mais après, le Chaudron, tu ne le remplaceras pas en fait ! C’est ça qui fait la diff’. Dans ce club-là, c’est ce qui fait vraiment la différence. Ce stade-là est extraordinaire. C’est un truc de fou ! T’as beau faire d’autres stades – Marseille, forcément, c’est aussi énorme – pour moi avoir vécu à Sainté et avoir connu ces émotions-là dans le Chaudron... A Lorient le projet est top, il y a une dynamique, mais à un moment donné tu ne peux pas comparer. A Sainté t’as un stade qui est 15, 20, 50 fois plus bruyant ou plus passionné. Pour autant, je me régale à jouer au Moustoir tous les quinze jours. Mais la passion est différente. Ce n’est pas une insulte aux supporters lorientais. Je pense qu’ils ont conscience que ce n’est pas la même chose. En tout cas on est content de leur offrir des déplacements sympas."

Potins
13/08 10:36
Blanc content pour Gasset
13/08 10:15
Les Rennais satisfaits mais mesurés
13/08 10:05
Constructif et pas définitif
13/08 09:16
Quand Hognon cite Bonnevay
13/08 08:57
Il est là, Saidou !
13/08 08:38
La Bretagne, ça nous perd (2)
12/08 21:56
La Bretagne ça nous perd
12/08 21:33
Les Vertes privées de montée ? (25)
12/08 14:44
Strasbourg le samedi soir à Geoffroy-Guichard
12/08 14:34
Déconne pas Manufrance !
Articles
12/08/2020
Baup : "Bibiche respirait la joie de vivre"
10/08/2020
Baup : "Loïc peut faire évoluer le club"
07/08/2020
Clément : "Loïc était rassurant"
06/08/2020
Marchal : "On charriait Loïc en lui disant qu'il ne quitterait jamais l'ASSE"
05/08/2020
Alcocer : "Lucas Gourna est un leader"
04/08/2020
Lemoine : "Loïc incarne le pays stéphanois"
02/08/2020
Feghali : "Neyou fait la fierté de Brunoy"
31/07/2020
Fouss : "Loïc était tellement bon..."
31/07/2020
Batlles : "Respect, Loïc !"
30/07/2020
Varrault : "Loïc, je l'aime !"

Partager