Vendroux rend hommage au Sphinx

28/04/2020
bookmark bookmark
share share
Image
 

Jacques Vendroux, qui a annoncé hier soir la disparition du Sphinx, lui rend hommage aujourd'hui dans la Pravda. Extraits.

"J'ai beaucoup de peine, c'est une immense partie de ma vie qui s'en va... Depuis la finale de Glasgow en 1976, quand je l'appelais, je lui disais : ''Je suis bien chez la légende ?'' et il me répondait : ''Oui, c'est elle-même''. Il a toujours été un peu à part... Mais c'était un affectif comme vous ne pouvez pas l'imaginer. Je ne supporte pas les gens qui n'ont pas d'émotions, lui en était rempli. Quand tu as de l'affect, tu es un peu excessif et tu peux être un peu taiseux dans certaines circonstances. Ce n'était pas le cas avec son petit cercle d'amis. Robby était quelqu'un de très fidèle.

Je ne suis pas en train de vous dire que c'était Jésus, c'était un gros ''casse-couilles''. De toute façon, quand tu réussis, tu es forcément un peu hors normes. Il devient entraîneur à 33 ans, il succède à son coach Albert Batteux. Et son caractère bien trempé a été déterminant... Vous croyez qu'on réussit en étant faux-cul et mielleux ? Non ! Simplement, quand on n'est pas incolore et inodore, cela ne plaît pas à tout le monde. Il était dur, intransigeant, il ne faisait pas de cadeaux. D'un point de vue professionnel, il me fait penser à Claude Puel, il l'aimait beaucoup, d'ailleurs.

En 1972, Roger Rocher le nomme entraîneur de Saint-Etienne. Je lui dis : ''Robert Herbin, vous voilà entraîneur des Verts, c'est magique !'', il me répond sobrement : ''Oui'' ». Je le relance : ''Non mais c'est extraordinaire, vous avez fait une carrière de joueur, maintenant vous succédez à Batteux, c'est formidable ce qui vous arrive !''. Sa réponse ? ''Oui''. ''Non mais Roby, après tout ce que vous avez vécu dans le football, joueur, international français, c'est votre bâton de maréchal d'être l'entraîneur de cette équipe mythique !' '. Et il se contente encore d'un ''Oui''.

J'ai coupé le micro et je lui ai dit : ''Écoute, tu commences à me casser les couilles, même un sphinx ne m'a jamais fait ça !'' Et là, Robby réplique : ''Quoi, j'ai une tête de sphinx ?'' C'est vrai que ça collait bien avec sa chevelure mais je lui explique : ''Oui, t'es un sphinx, tu ne réagis pas, tu ne dis rien.'' Ensuite, à chaque fois que j'arrivais au centre d'entraînement, je lançais : ''Où est le sphinx ?'' et on me répondait : ''Dans son bureau.'' Voilà, c'est venu comme ça et ce surnom est resté !"

Potins
18/09 19:28
Kolo ne s'enflamme pas
18/09 17:45
Josuha fier de son petit frère
18/09 17:19
Subotic reverdit
18/09 15:39
Il s'est cassé en Diousse
18/09 13:27
Les Dogues veulent s'inspirer des Verts
18/09 11:30
Un secteur qui se COVID à Nantes
18/09 11:25
Un OM endormi et mou
18/09 09:12
Romain, Guy après Johnny !
18/09 07:35
Sénac, et crac !
18/09 07:09
Villas-Boas n'est pas jouasse
Articles
17/09/2020
Battables sans le 12ème OM ?
16/09/2020
Sébastien Perez : "Sainté et l'OM ont beaucoup de similitudes"
16/09/2020
Baup : "Puel fait des choses remarquables"
13/09/2020
Des touches et de la réussite
12/09/2020
Ne pas laisser les cigognes déployer leurs ailes
11/09/2020
Laurey : "Saint-Etienne travaille bien"
10/09/2020
Corgnet : "J'ai vécu à Sainté mes plus grosses émotions"
07/09/2020
Leclerc : "C'est moi qui dois vendanger, pas les Verts !"
01/09/2020
Contre-pressing
31/08/2020
Lemoine : "Il y a vraiment une belle équipe à Sainté"

Partager