Roussey n'oublie pas Roby

24/05/2020
bookmark bookmark
share share
Image
 

Laurent Roussey a rendu hommage à Robert Herbin dans un entretien paru sur Légendes du Sport. Extraits.

"Moi j’ai eu la chance de signer un contrat de non sollicitation avec l’ASSE donc deux ans avant d’arriver je venais pendant les périodes de vacances m’entraîner avec les pros. J’ai des souvenirs où on était face à face en train de faire du jeu long, Roby et moi, que nous deux. Peut-être avait-il envie de savoir ce que j’étais capable de faire. Je pense que je serai l’un des seuls à avoir eu ce privilège-là, Robert Herbin face à face. On se faisait des passes de 15 mètres, de 20 mètres, de 30 mètres. J’avais 13 ans et demi. C’était sur l’ancien terrain d’entraînement, à côté de Geoffroy-Guichard.

La communication n’était pas trop dans sa nature mais jeune joueur, j’ai eu l’opportunité trois ou quatre fois de monter au bureau. Ce n’était pas quelque chose de courant. Dans l’ancien bâtiment, on montait du vestiaire à son bureau en prenant l’escalier à colimaçon. C’était les rares fois où il exprimait le ressenti par rapport à la performance, à ce que l’on devait améliorer. Il exposait sa vision du football dans sa totalité, à savoir le terrain et le hors terrain. Il trouvait que Laurent Paganelli et moi vu notre jeune âge pouvions apporter quelque chose à l’équipe.

Il m’a fait jouer mon premier match professionnel contre Metz. Il avait l’habitude d’annoncer l’équipe la veille mais il m’a dit une heure avant le match que j’allais jouer. Je pense que c’était pour me protéger. C’était un ancien joueur qui avait débuté jeune, il avait de l’expérience et savait l’aspect psychologique à ce moment-là, de ne pas faire le match avant. Ça aussi, c’est quelque chose qui me restera de son fonctionnement, de son management. C’est un être qui te marque. C’est lui qui m’a lancé, qui m’a ouvert la porte du football professionnel.

Je n’ai pas connu beaucoup d’entraîneurs pendant ma carrière de joueur. Il a été un de ceux qui m’a donné envie d’être entraîneur. D’abord parce que c’est le premier, parce qu’en avançant dans la carrière tu t’aperçois quel est ce milieu, avec ses bons et ses mauvais côtés. Dans la gestion d’un collectif et d’un relationnel, je peux penser encore à lui et me dire qu’il avait le bon comportement. C’est une légende du club. Le palmarès de l’ASSE, c’est lui. Quand je regarde mon palmarès, ce titre de champion de France en 1981, c’est le dernier titre remporté par Roby.

Robert Herbin, c’est le monsieur football de l’AS Saint-Etienne. En France, il a amené le renouveau du football français. Hidalgo, Herbin… ça commence par un H, c’est fou comme le lien peut se faire. J’ai été aussi international avec Michel Hidalgo, c’est lui qui m’a ouvert la porte de l’équipe de France. J’ai perdu en quelques semaines deux personnes qui auront compté dans ma vie. Espérons que l’ASSE fasse le nécessaire pour que Roby vive éternellement. Roland Romeyer a décidé de donner le nom de Robert Herbin au centre d’entraînement. Cela me semble le minimum."

Le minimum aurait aussi été de ne pas interdire l'accès dudit centre au Sphinx il y a douze ans...

Potins
03/08 08:46
Batlles commente la descente de la réserve
03/08 08:17
Sainté a eu du Ney (2)
03/08 08:00
Wesley parti pour rester
03/08 07:46
Nanard cherche des dollars (10)
02/08 16:17
Ne passons pas à côté des choses simples
02/08 09:32
Bibi rend hommage à Bibiche
02/08 08:06
Puel adoube Adil
02/08 07:29
Hier on a gagné grâce à Monnet-Paquet
02/08 00:03
Aubame titré
01/08 23:51
Bizutage à l'Etrat
Articles
02/08/2020
Feghali : "Neyou fait la fierté de Brunoy"
31/07/2020
Fouss : "Loïc était tellement bon..."
31/07/2020
Batlles : "Respect, Loïc !"
30/07/2020
Varrault : "Loïc, je l'aime !"
29/07/2020
Clément Lucas : "Yvan est épatant !"
28/07/2020
Fiers
27/07/2020
Marlot : "Neyou est au-dessus techniquement"
25/07/2020
Brison : "On a fait un super match"
23/07/2020
On reprendrait bien une coupe (épisode 10) !
22/07/2020
Bathenay : "J'aimerais bien que Sainté remporte la Coupe"

Partager