Jean-Louis a reverdi

11/01/2020
bookmark bookmark
share share
Image
 

Dans la Pravda à paraître demain, Jean-Louis Gasset (66 ans) évoque son envie de relever un dernier challenge. Extraits.

"Je ne suis pas retraité. Je n'ai jamais dit que je l'étais. Juste qu'après avoir tout donné pendant 20 mois à Saint-Étienne j'étais vidé, fatigué, et que je voulais rentrer chez moi. Entraîner est un métier qui use. Et quand tu prends de l'âge, il te faut plus de temps pour récupérer. Aujourd'hui, j'ai reverdi. Le football me manque. 

Je pensais que ma route d'entraîneur était finie. C'est pour cela que je suis revenu à Montpellier, dans la ville où j'ai tout connu, auprès de ma mère, de mes deux enfants et de mes trois petits-enfants. Mais je ressens aujourd'hui un feeling autre. Si un truc nouveau, extraordinaire, qui me fasse vibrer, tripper, se présente, je suis prêt.

J'ai envie et j'ai l'oeil alerte, de nouveau. Et j'ai deux, trois idées. Quand je me lève à 5 heures, je file dans ma cuisine, où il y a trois piles de papier sur autant de sélections africaines. J'ai compilé tout ce que j'ai trouvé sur chacune d'elles. J'aimerais devenir sélectionneur. Une CAN, ce serait un truc terrible à vivre. Une autre idée serait d'ouvrir une académie pour transmettre tout ce que j'ai appris aux jeunes.

Avec Laurent Nicollin, tout était clair : on avait très envie de travailler ensemble car cela rappelait quand nos pères ont créé la Paillade, il y a quarante ans. Toutes les conditions entre nous deux étaient réunies. Le contrat était prêt. Je n'avais plus qu'à le signer. Mais j'ai reculé au dernier moment. Je n'ai pas senti que c'était le bon moment.

Un jour, Bernard Caïazzo m'a téléphoné pour me demander si je voulais revenir donner un coup de main. J'étais à Séville. Il était en panique. Il a ajouté : "Je te rappelle dans une heure." On était le 26 septembre, juste après la défaite des Verts contre Metz. J'attends toujours. 

Si Ghislain m'avait téléphoné pour me demander de revenir l'aider, je lui aurais dit oui. Bien sûr. C'est la logique de ma vie. Pourquoi il a échoué ? Pour 1 000 raisons, une préparation tronquée, des joueurs qui se sont blessés, d'autres qui se sont relâchés...

Pour moi, le problème était avant tout physique. On fait comme les grands clubs, on part aux "States". Sauf que ces joueurs-là n'ont pas l'habitude d'aller faire une tournée aux États-Unis. Ils ont joué des matches et pas mis beaucoup d'essence dans la voiture."

Potins
30/03 22:06
Brandao devant Alex et Ilan
30/03 21:36
Ruffier au top
30/03 21:10
Quand Uderzo inspirait un tifo
30/03 20:49
Les GA les soutiennent ! (2)
30/03 20:30
U11 : les Verts, c'est les meilleurs ! (2)
30/03 16:17
Une perte de 40 millions d'euros ?
30/03 15:46
Emu, Jean-Mimi !
30/03 10:15
Le 30 juin n'est pas un frein ? (17)
30/03 07:31
Nanard est en guerre
30/03 07:03
L'ASSE, monument en péril ?
Articles
30/03/2020
Le nerf de la guerre (2)
17/03/2020
Avant le tunnel, la lumière
10/03/2020
Avec des milieux relayeurs
07/03/2020
Et Chavériat chavira
02/03/2020
Un derby ?
01/03/2020
Bayal : "Un derby, ça se gagne !"
01/03/2020
Une-deux avec Roby avant le derby
01/03/2020
Une pluie de centres
24/02/2020
Une fin cruelle
10/02/2020
Frustrés, mais pas abattus

Partager