22 janvier 1984 : Naissance de Pathé Bangoura  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Evence, violence

14/01/2018

Image

 

Dans la Pravda du jour, le préfet de la Loire Evence Richard fustige à nouveau le comportement des supporters stéphanois.

 

"Ce n’est quand même pas de ma faute si ce sont les responsables de ces groupes qui ont enfreint les consignes de la Ligue. Les interdictions adminsitratives de stade ne sont jamais prises au hasard. Elles font l’objet d’une procédure contradictoire, avec généralement un entretien avec les intéressés. Les personnes convoquées ont toujours été formellement identifiées. Force est de constater que, ni du côté lyonnais ni du côté stéphanois, les engagements pris pour le dernier derby n’ont été respectés. Et je constate que depuis un peu plus de deux mois, les matches à Saint-Étienne génèrent une violence insupportable. Si on continue comme ça, la seule image qu’on aura de Saint-Étienne, ce ne sera plus la gloire des années 1970. Ce sera la violence."

 

Avocat des Magic Fans, Pierre Barthélémy déplore l'attitude du préfet.

 

"En avril dernier, après l'action des ultras lors du match à huis clos contre Rennes, le préfet a aussitôt tenu une communication très agressive, confondant sanctions et police administrative. Il était furax d’avoir fait déplacer des forces de l’ordre au stade le dimanche du premier tour de l'élection présidentielle. Pour rien. Car il n’y a eu ni infraction ni trouble grave à l’ordre public ni effraction. Il a prononcé des interdictions administratives de stade  contre dix leaders MF et dix leaders GA. Trois cents supporters étaient présents. Soit tout le monde a troublé l’ordre public, soit personne. Les personnes interdites de stade ont clairement été ciblées. Notamment en tant que signataires des PV d’assemblées générales des deux groupes. Alors que toutes n’étaient pas présentes ce jour-là. Plus personne ne veut être leader et assumer la responsabilité du dialogue par crainte de devenir une cible du préfet. Lors des débordements constatés à la fin du dernier derby, on a vu qu’il n’y avait plus personne pour canaliser des jeunes supporters plus impulsifs. Les décisions préfectorales ont déstructuré les tribunes."

   


A venir

24/01/2018 18:30

[CdF] Troyes - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com