home

Bamba, ça ne s'arrange pas

19/10/2017
bookmark bookmark
share share
Image

 

La Pravda du jour revient sur le cas Bamba, écarté pour ne pas avoir prolongé son contrat aux conditions souhaitées par l'ASSE. Extraits.

 

"Si le clan Bamba refuse de parler du volet financier et que le joueur ne sait même pas combien il gagne aujourd'hui (18 000 € brut mensuels avec les primes), c'est sur ce point que les négociations coincent. Après une première offre à 35 000 €, l'ASSE serait prête à monter à 55 000 € brut mensuels. La Bamba Family campe sur ses positions : un contrat progressif sur trois ans (130 000 € la première année, 140 000 € la seconde et 150 000 € pour finir), plus 650 000 € de prime fixe annuelle et d'autres primes de classement (de 135 000 à 300 000 €).

 

"On a vécu six mois exceptionnels avec lui" déclare Olivier Pickeu, directeur sportif du SCO. "Comme tout garçon possédant du talent et qui se retrouve sollicité, il ne va pas accepter n'importe quoi, même de son club formateur". Alors recruteur de l'ASSE en Ile-de-France, Ludovic Paradinas a déniché le joueur à l'Union de la Jeunesse Arménienne d'Alfortville. "Il possédait un profil de vitesse et de percussion. De plus, c'est une crème, un garçon sérieux et à l'écoute." Abdel Bouhazama : "Jo marche à l'affect, il adore le football et ne pense qu'à ça. Dans la plus pure tradition africaine, il veut réussir pour aider sa famille et se montre très respectueux de ses grands frères."

 

Troisième d'une famille d'origine ivoirienne de quatre garçons, il a ainsi confié la gestion de sa carrière à son frère aîné, Aboubacar Traoré dit Bouba, épaulé par Michaël N'Cho, un cousin de la famille, et Samir Khiat, un agent calé sur le juridique. Ce trio, associé dans la société IBS Agency basée à Alfortville, se révèle très solidaire et désormais implanté dans le milieu. Il gère les intérêts de Nicolas Pépé (Lille), Jonathan Kodjia (Aston Villa), Jimmy Cabot (Lorient) ou encore Saïf-Eddine Khaoui (Troyes) et s'occupe également d'autres pousses stéphanoises (Nadé, Karamoko).

 

L'impasse actuelle prend sa source à l'été 2016, quand l'ASSE a prêté Jonathan Bamba une deuxième fois à Saint-Trond, en Belgique, après une pige de six mois au Paris FC (L2), en janvier 2016. "Ce n'était pas un prêt d'un "j'en veux plus" mais dans l'intérêt du joueur et du club" assure Galtier. Mais le club a commis l'erreur de ne pas le prolonger à deux ans de la fin de son contrat. Ni de le reprendre cet hiver, préférant gaspiller un million d'euros pour l'énigmatique Jorginho (prêté cette saison à Chaves au Portugal)."

 

Potins
19/10 07:48
Tando aime tant Jo
19/10 07:30
Un Ange passe
19/10 07:17
Le message de Roby à Titi
19/10 01:14
97 millions d'euros
18/10 23:01
VTC en route vers Bordeaux ?
18/10 21:22
Cabaton rompu
18/10 16:26
Nordin content d'être ici
18/10 07:31
Feu vert pour Khazri et Debuchy ! (2)
18/10 07:24
Salibur travaille dur
17/10 19:20
Jeunechamp craint nos jeunes
Articles
08/10/2018
Un adversaire en grande forme
06/10/2018
Pignol : "Un peu de sang vert dans la famille"
05/10/2018
Lille au trésor
29/09/2018
Une semaine complète
27/09/2018
Comme un ouragan
26/09/2018
Pierre-Gabriel : "Je ne pourrai jamais oublier l'ASSE"
26/09/2018
Tactique et réussite
25/09/2018
Ici, si tu cognes, tu gagnes
24/09/2018
Yahia : "Arnaud a fait l'amour à Mbengue"
23/09/2018
Une saison enfin lancée ?

Partager