20 août 1999 : ASSE 2-1 Nancy   8°/11°
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Les regrets de Corgnet

13/08/2017

Image

 

Avant de retrouver Malcuit le Hot Dogue cet après-midi à la Meinau, le néo-Strasbourgeois Benjamin Corgnet est revenu longuement sur ses vertes années sur le site de So Foot. Extraits.

 

"À Dijon, j’ai connu des choses fortes comme mes débuts en professionnel ou la montée en Ligue 1, à Lorient j’ai également connu une belle saison, maisC’est vraiment à Saint-Étienne que j’ai vécu mes plus belles années. J’ai eu la possibilité de découvrir la coupe d’Europe, de jouer des derbies, des gros matchs. Au final, je ne retiens que le positif.

 

La première saison s’est super bien passée, mais dés la deuxième ça a été plus compliqué de par les choix du coach. C’est vrai qu’il m’a moins fait jouer et je n’ai pas senti beaucoup d’attention et d’envie de me mettre en confiance de sa part. Je n’ai pas eu le sentiment de faire partie d’un long projet. D’ailleurs, je n’ai jamais eu de statut de titulaire à Saint-Étienne, même si la première année s’est très bien passée.

 

Au final, ma situation des deux dernières années ne m’a pas tellement surpris au vu de ce qu’il s’est passé dés le début, surtout après une saison plutôt réussie. On avait fini quatrième, j’avais marqué huit buts, tout le monde m’avait dit que j’avais fait une bonne saison, donc je n’ai pas vraiment compris pourquoi on ne m’a pas accordé plus de confiance par la suite. Voilà les interrogations que j’ai encore aujourd’hui.

 

L’an dernier j’ai eu une sollicitation des États-Unis mais ça a été la seule. Saint-Étienne voulait que je parte, mais en même temps ils demandaient une somme important pour un mec qui n’avait presque pas joué de la saison. Combien ? Je ne sais plus exactement, mais quelque chose comme 1,5 millions, ce qui paraît énorme sachant que j’étais libre, et donc gratuit, six mois plus tard.

 

Quand j’ai repris avec Sainté, mon but était de faire changer d’avis le coach. Essayer de montrer au staff et aux supporters que j’étais toujours investi et à 100% concentré sur les objectifs du club, même si, évidemment, je savais que ça allait être difficile. Et ce fut le cas, puisque j’ai joué le premier match et puis plus rien derrière… Mais je n’ai pas lâché, même quand j’étais avec la réserve, j’ai toujours fait mes matchs et je suis même parvenu à revenir dans le groupe en fin de saison. Je ne voulais pas finir mon expérience stéphanoise sans jouer, ça aurait été une grosse déception.

 

Mentalement, c'était une période compliquée. Mais bon, après, je ne suis pas le seul à vivre ça non plus. D’ailleurs, j’ai eu la chance d’être avec Jérémy Clément à ce moment-là, on a un peu vécu cette même situation tous les deux, donc c’est toujours plus facile quand tu as un pote avec toi. Mais, clairement, ce n’est pas évident de voir le groupe pro, d’aller s’entrainer avec la réserve… C’est comme ça, c’était une étape à franchir et, au final, ça m’a encore plus donné envie de jouer au foot et je pense que ça me servira par la suite.

 

Honnêtement, je pense que l’année dernière ça ne servait plus à rien de discuter avec Christophe Galtier. Il ne me donnait pas d’explication sur ses choix, si ce n’est qu’il y avait un groupe en place et qu’il fallait que je continue à bosser. Je n'avais pas une mauvaise relation avec lui, c’est ça qui est d’ailleurs un peu bizarre. Il me disait que j’étais un joueur qu’il appréciait, qu’il n’avait jamais eu de souci avec moi. Mais bon, c’est comme ça. Après, peut-être que j’aurais du plus aller lui demander pourquoi je ne jouais pas dès le début.

 

Je ne suis pas vraiment quelqu’un de rancunier. Mais bon, ça reste des choix que je n’ai pas compris. Même en fin de saison dernière, quand je suis revenu dans le groupe du jour au lendemain, je n’ai pas compris. Même mes potes de l’équipe, personne ne comprenait… Je n’étais pas dans le groupe et je réapparais d’un coup... Au final, je n’en veux à personne mais j’ai quand même quelques regrets. Je me dis que si ça avait été quelqu’un d’autre, peut-être que j’aurais plus eu ma chance…

 

Personnellement, au cours de mes quatre années à Saint-Étienne, même quand ça se passait moins bien, je n’ai jamais craché sur le club, ni sur personne, car c’était vraiment un club que j’apprécie et où je me sentais bien. Donc si la possibilité que je reste s’était posée, évidemment que j’aurais réfléchi ! Mais encore une fois, personne n’est venu me voir. Donc à partir de là, il fallait que j’avance. Ils m’ont fait un bel hommage en fin de saison, m’ont souhaité bonne chance pour la suite, mais personne ne m’a demandé quoi que ce soit…"

   


A venir

25/08/2017 20:45

PSG - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com