Sonor n'a pas oublié le peuple vert

17/05/2019
bookmark bookmark
share share
Image

Dans un entretien publié aujourd'hui sur le site Actufoot, Luc Sonor évoque brièvement sa expérience stéphanoise et ses relations avec Michel Platini.

"À Créteil, c’est Alain Afflelou qui m’a contacté car il allait reprendre le club et il voulait que je l’accompagne. Je devais prendre la réserve dans un premier temps, mais pour moi c’était trop tôt. En réfléchissant bien, j’ai accepté car c’était une belle opportunité à saisir. Le coach de l’époque était Gernot Rohr, mais au bout d’un mois, Alain Afflelou m’appelle pour m’informer qu’il va le virer et me propose le poste. Je lui dis que je n’étais pas prêt pour prendre une équipe première. Alain me demande de l’aider à lui trouver un entraîneur. J’avais entendu parler qu’à Rouen, Laurent Roussey faisait du bon travail. Je suis parti le voir et je lui ai proposé le poste. Il a accepté à condition de m’avoir comme adjoint. C’est le début de notre relation. Après pour Laurent, ça s’est mal terminé mais moi je suis resté à Créteil. A Saint-Etienne, 3-4 ans après, c’est Laurent qui m’a appelé pour me proposer un poste d’adjoint avec lui. Ce que j’ai accepté et que je ne regrette absolument pas. Ça a été une expérience fantastique, un public bouillant. J’ai vécu des moments sublimes.

J’ai fait partie de l’équipe de France la plus faible. On n’a rien fait, rien gagné. On a été éliminé lamentablement de la Coupe du Monde 1990, où on doit gagner à Chypre mais on fait un match nul. J’ai les boules de ne pas avoir fait le championnat d’Europe en Suède parce que j’étais souvent dans le groupe. Michel Platini a préféré d’autres joueurs. C’est un regret mais on ne peut pas vivre avec des regrets. En 2011, j’ai eu peur de finir tétraplégique après mon accident de la route. J’étais à la place du passager devant et Alexandre Ruiz était derrière, il a failli mourir. Moi, je ne sais pas comment je m’en suis sorti. Je ne remercierai jamais assez tous ceux qui ont eu l’amabilité de nous soutenir. Pour prendre un exemple, lorsque Michel Platini a appris notre accident il a appelé les professeurs Rolland et Saillant pour venir nous opérer. Je n’ai pas de séquelles particulières, heureusement. J’ai eu un bras déchiqueté. L’essentiel est d’être vivant et ce sont les péripéties de la vie. C’était dans le cadre du boulot et Canal + a été seigneur, a été extraordinaire avec nous deux."

Potins
13/11 19:03
Un jour Féroé pour Bajic
13/11 15:11
Puel dégaine de plus en plus vite
13/11 14:35
Sainté en finale en 2023 ? (2)
13/11 14:02
Jean-Guy au Niger
13/11 07:19
Djouahra marque contre Salamanque
13/11 07:03
Cartoche fait ses valoches
13/11 06:48
Xuereb aurait pu être vert (2)
12/11 23:06
La revanche chez les Crocos
12/11 22:21
Boudebouz impressionné par Puel
12/11 20:58
Guillemet s'est ouvert (4)
Articles
11/11/2019
La victoire des nouveaux
05/11/2019
Solution tactique
02/11/2019
Faites souffrir leur portier !
01/11/2019
On a regardé pour vous...
29/10/2019
Il faut positiver
27/10/2019
Refroidissez les Picards !
26/10/2019
Fayolle : "Sainté, c'est incomparable !"
25/10/2019
Pas de réussite en Europe
25/10/2019
Avoir un appétit de Barracuda pour manger Oleksandriya
21/10/2019
Une nouvelle série

Partager