Puel fier de son travail à Leicester

08/12/2019
bookmark bookmark
share share
Image
 

Viré de Leicester le 24 février dernier, Claude Puel se réjouit dans le Daily Mail de l'excellente première partie de saison de son ancienne équipe, deuxième de Premier League après avoir remporté 11 matches sur 15 (dont les 7 derniers).

"Avec le recul, est-ce que je changerais quelque chose des 16 mois que j'ai passés à Leicester ? Non, je ne changerais rien. Mon seul regret, c'est de ne pas avoir eu plus de vocabulaire, plus de phrases pour partager mes sentiments avec certains de mes joueurs. C'est difficile de le faire quand tu ne maîtrises pas tous les mots d'une langue.

Après mon départ, Jamie Vardy a dit que je les préparais à un marathon à l'entraînement puis à courir un 100 mètres le jour du match ? Je n'ai pas eu de problème avec lui. C'est un bon gars, mais parfois il est comme un enfant : il a besoin de soutien, d'attention. N'étant pas anglais, c'était difficile de faire passer tous mes messages avec lui.

Ce n'est pas une surprise de voir Leicester à cette deuxième place de Premier League cette année. C'est la même équipe que celle que j'ai entraînée, à l'exception d'Ayoze Perez. C'est la même stratégie, ça fait plaisir de voir ça. Quand on regarde cette équipe et qu'on se souvient de celle qui a remporté le titre, tout le style de jeu a changé. C'était mon travail au début de mettre en place une équipe ayant la capacité de progresser.

Quand j'ai eu ma première rencontre avec le directoire de Leicester, j'ai dit d'emblée que ce club avait remporté le titre grâce à un style de jeu direct qu'il fallait changer car les saisons suivantes, les adversaires auraient mis en place un bloc profond et solide sans espace derrière. J'ai dit aux dirigeants que seulement cinq joueurs avaient les qualités pour le style de jeu que je voulais, basé sur la maîtrise et la capacité à faire des attaques placées.

J'ai dit aux dirigeants : "Je viens ici pour changer le style de jeu. Si ça ne vous convient pas, je ne viens pas". Quand j'ai quitté la salle de réunion, j'ai pensé qu'ils ne me nommeraient pas car j'avais dit que seulement cinq joueurs étaient assez bons pour le projet que j'avais en tête. Mais une heure plus tard on m'a appelé pour me demander de prendre l'équipe.

Si j'avais voulu venir à Leicester pour être populaire, je ne serais pas venu. Quand on a eu des mauvais résultats, je n'ai pas eu tout le soutien nécessaire. J'ai toujours été en tête des paris sur le premier entraîneur à se faire virer. Parfois, après une défaite, on lisait le même papier dans trois quotidiens pour dire qu'il y avait une mauvaise ambiance dans le vestiaire. Il y avait toujours une mauvaise ambiance autour de moi. Parfois ça venait d'agents mécontents que des joueurs n'aient pas signé un nouveau contrat.

C'est dommage de ne pas avoir été davantage soutenu quand on a eu des périodes difficiles mais je ne peux pas changer ça. Mon travail, c'était de préparer l'équipe pour l'avenir. Lorsque vous lancez de jeunes joueurs, vous perdez des points mais vous devez leur donner du temps de jeu. Si j'avais voulu travailler pour sauver mon poste, j'aurais juste mis d'autres joueurs plus aguerris pour sécuriser ma place. Mais pour moi c'était la bonne stratégie d'accepter de perdre quelques points pour que ces jeunes joueurs puissent progresser.

J'ai été limogé après une défaite contre Crystal Palace. Juste avant, on avait perdu 3-1 contre Tottenham mais on avait proposé un contenu très intéressant, prometteur. Après la rencontre, le directeur sportif des Spurs m'avait dit que nous avions une très bonne équipe pour l'avenir. Sa déclaration m'avait fait plaisir car j'étais convaincu de la qualité de mon équipe. J'ai eu ce sentiment deux fois dans ma carrière. La première, c'était avec Monaco, au début de ma carrière d'entraîneur. On avait remporté le championnat de France avec l'équipe la plus jeune de l'histoire.

J'ai eu le même sentiment après Tottenham. J'étais fier de notre travail. Ce fut une petite déception de ne pas avoir eu la chance de poursuivre mon travail à la tête de cette équipe de Leicester mais c'était mon projet au début et il n'était pas possible de performer à ce niveau à mon arrivée. Après mes passage à Lille, Lyon, Nice et Leicester, tous les managers qui m'ont succédé ne peuvent pas regretter les choses que j'ai mises en place."

Potins
29/03 11:00
Bouanga tacle Zemmour
29/03 10:24
Le beau geste de Boudebouz
29/03 10:06
Avec Guillou, c'était la fête du slip !
29/03 09:54
Saint-Etienne - Kiev sur La Chaîne Parlementaire (2)
29/03 09:24
Canal -
29/03 09:03
Le 30 juin n'est pas un frein ? (16)
28/03 21:41
Trauco avait des touches en Liga et en Bundesliga
28/03 18:52
La relique Despeyroux de Hervé Mathoux
28/03 17:51
José saudade Aloisio
28/03 16:36
Kastendeuch pour une baisse des salaires
Articles
17/03/2020
Avant le tunnel, la lumière
10/03/2020
Avec des milieux relayeurs
07/03/2020
Et Chavériat chavira
02/03/2020
Un derby ?
01/03/2020
Bayal : "Un derby, ça se gagne !"
01/03/2020
Une-deux avec Roby avant le derby
01/03/2020
Une pluie de centres
24/02/2020
Une fin cruelle
10/02/2020
Frustrés, mais pas abattus
06/02/2020
On regarde en bas

Partager