home

Les salaires des Verts

16/12/2016
bookmark bookmark
share share

Image

 

La Pravda du jour dévoile le top 10 des plus gros salaires des Verts :

1. Ruffier, Perrin, Saivet : 90 000 €

4. Théophile-Catherine, Roux : 85 000 €

6. Clément, Hamouma, M'Bengue : 80 000 €

9. Veretout : 75 000 €

10. Lemoine, Monnet-Paquet : 70 000 €

 

Selon le quotidien sportif, l'ASSE a le 8e salaire moyen brut de l'élite (52 000 €). Le système de rémunération des joueurs  se  décompose en deux segments : un salaire fixe plafonné à 90 000 € brut mensuels et 60% du revenu, auxquels s’ajoutent 40% de variable sous forme de diverses primes versées en fonction des résultats.

 

Un joueur peut évoluer dans la grille  des  salaires  en fonction de son  statut. Léo Lacroix, par exemple, passera de 40 000 à 50 000€ brut mensuels s’il est titularisé vingt fois en L1. À l’inverse, le salaire de Jérémy Clément chutera  de 80 000 à 40 000 € la saison  prochaine, s’il honore sa dernière année de contrat.

Chaque joueur peut toucher trois sortes de variable :


1. Une prime  collective au match. Exemple : la victoire rapporte 2 000 €. Mais il existe aussi une prime de challenge. Il consiste à fixer un nombre de points à prendre sur une série donnée de cinq matches. Ce sont les  joueurs qui décident de l’actionner, ou pas, trois à quatre fois dans la saison.


2. Une prime individuelle de performance. Elle est négociée au cas par cas au moment de la signature du contrat, Loïc Perrin et Stéphane Ruffier bénéficiant d'une prime annuelle garantie.


3. Une prime collective de performance. Sachant que le différentiel versé par la Ligue entre la huitième et la quatrième place, objectif  déclaré des Verts, s’élève à 4,8 M€, il s’agit de la plus importante. Sans oublier les primes en Ligue Europa.


Au final, un joueur peut voir ses revenus augmenter de 50 à 60 %. Grâce au truchement  des primes  individuelles (à la signature et annuelle), Selnaes et Alexander Söderlund sont assurés de percevoir respectivement 900 000 et 1 M€ par  saison. 

 

Si le salaire de Cheikh M’Bengue s’élève  à 80 000  € brut (40 000  € la  troisième  année),  une  prime  annuelle  de  250 000 € lui garantit de gagner au moins autant  qu’à Rennes  Cela  n’a  pas  été le cas d’Oussama  Tannane  le 12  janvier.  Entre  le montant de l’indemnité de  transfert et les primes garanties à Heracles Almelo  (HOL),  l’ASSE a payé 4M€ pour l’international marocain. D’où son salaire (55 000 € brut) bien moindre, pour l’instant, de celui de nombre de ses équipiers.


"Certains dépassent  1,6 M€ par an" assure Nanard. Si on additionne son salaire et toutes ses primes, Stéphane Ruffier, qui a  prolongé de  trois ans le 21 novembre, est assuré de gagner 2,9 M€ par an, jusqu’au 30  juin 2021. Christophe Galtier peut empocher 2 M€, toujours avec les primes. 

 

Loïc Perrin a fait glisser une clause dans  son  contrat  qui  stipule que son  salaire  fixe  doit être  aligné sur le plus  élevé du club. "Cela  me paraît  normal que la  fidélité soit récompensée. Loïc Perrin est né  à Saint- Étienne,  de parents  stéphanois  et il va sans doute y finir sa carrière.  De par son  talent et ses valeurs, il appartient déjà à l’équipe type de l’histoire de l’ASSE. Avoir cette noblesse et cette fidélité font de lui un cas anachronique, d’un autre siècle" commente Nanard.

 

Avec  un  fixe de 1,44 M€ brut  annuel (1,08  M€ de  salaires plus  360 000 € de  primes  individuelles),  Dieu gagne  toutefois moins que  Théophile-Catherine  et bien sûr, que Ruffier  (2,9 M€). Mais il possède une clause  de  re conver sion  dans  le staff  professionnel  dès la  fin de sa carrière  de  joueur. Elle a été enregistrée  à la LFP. "Ceci  explique  sans doute  pourquoi,  l'été dernier, alors que l’ OGC Nice lui proposait un  salaire  annuel de 2,4  M€, plus  des primes  en  fonction  du  nombre de matches disputés, le capitaine des Verts, sous  contrat  jusqu’au 30 juin 2018, est resté" explique la Pravda.

Potins
22/10 14:37
Amaury l'arbitre !
22/10 14:07
Vagner récompensé !
22/10 11:11
Enfin entrer au Top 50
22/10 07:49
Aude rose est verte (1/3)
22/10 07:26
Ruffier nous a sauvés
22/10 07:18
Pour Bravo, y'a du boulot !
21/10 21:59
La bible sacre Saliba et Bouanga
21/10 20:57
Pablo, de quoi Costil ?
21/10 19:12
Le massacre du Printant (6)
21/10 14:43
Un Norvégien novice
Articles
21/10/2019
Une nouvelle série
19/10/2019
Ne pas boire le calice à Bordeaux
10/10/2019
Dernis : "J'ai tiré Puel !"
08/10/2019
Beau comme un but à la 90e (2)
07/10/2019
Bauthéac : "Puel est un super coach !"
06/10/2019
Pignol : "Puel, un grand professionnel"
05/10/2019
Vendroux : "Laissez travailler Puel !"
04/10/2019
En confiance !
01/10/2019
Guillou : "C'est un match ouvert et tout vert"
30/09/2019
Clean sheet !

Partager