séléctionnez une date pour un autre éphéméride

Portrait de celui qui est surnommé "la Pieuvre", l'un des éléments les plus prometteurs de sa génération, passé par les Verts avant d'exploser au plus haut niveau...


Blaise Matuidi voit le jour le 9 avril 1987 à Toulouse. Français d'origine congolaise et angolaise, ce milieu de terrain international passe la majeure partie de son enfance dans la banlieue parisienne, plus précisément dans le Val-de-Marne (94)



Blaise Matuidi, 5 ans, en 1992


Il préfère l'ESTAC à l'OL
Il fait ses premières armes à l'US Fontenay, le club de sa ville, puis au Club Olympique Vincennois, à L’US Créteil et à l’INF Clairefontaine, malgré les appels du pied du PSG, déjà. Alors qu'il n'a que 15 ans, l'OL tente une approche mais le milieu désormais parisien préfère le club plus modeste de Troyes et son entraîneur Jean-Marc Furlan.
Son premier match, saison 2003-04, il le joue à l'âge de 17 ans contre Gueugnon.  A l'issue de cette saison vertueuse pour l'ASSE, l'ESTAC termine 3e du championnat de Ligue 2 et accède donc à la Ligue 1. Or bien que qualifié de "timide" par son coach, l'élite n'impressionne pas ce nouvel international junior. Au contraire, il joue 65 matches avec Troyes en deux saisons, découvrant notamment le Chaudron début 2006 dans la peau de l'adversaire. Pour autant, son club est relégué en Ligue 2 à l'été 2007 et sait qu'il ne pourra pas retenir l'élément le plus prometteur de son effectif, qui plus est international espoir.



Blaise Matuidi fait connaissance avec la charnière centrale de l'ASSE en 2005-06


Période Verte
Blaise Matuidi imite son illustre prédécesseur Damien Perquis et signe alors un contrat avec l'ASSE, qui a flairé le bon coup. Recruté en même temps que Dimitri Payet à Nantes, Blaisou a 21 ans et vaut déjà 5M€. Ses qualités (travail, technique, discrétion) séduisent et il s'attire tout de suite la sympathie du public. Son premier match sous le maillot vert a lieu le 11 août 2007, face à Valencienne (victoire 3-1).



Matuidi se fait rapidement un nom à Saint-Étienne


Doucement mais sûrement, Blaise Matuidi s'impose avec Christophe Landrin dans l'entrejeu stéphanois en tant que titulaire indiscutable. A l'issue de la saison, le club est qualifié pour la Coupe de l'UEFA et lui demande de résister aux appels d'Arsène Wenger, qui veut alors également recruter Mouhammadou Dabo. Matuidi reste fidèle et lors de la saison suivante, il devient capitaine de l'équipe stéphanoise.

Mais cette saison est compliquée et l'ASSE lutte pour son maintien. Le côté positif est un parcours honorable en Coupe d'Europe (élimination en 8e de finale contre le Werder) mais Blaise se blesse en fin de saison et ne dispute pas les derniers matches. Il aura tout de même participé à 39 rencontres et se sera vraiment révélé comme indispensable.



Blaise Matuidi s'interpose devant Jérémy Clément en 2008, les deux se croiseront bientôt


La saison suivante, 2009-10, est toute aussi compliquée, avec autant de maintien à jouer mais sans l'Europe. Inévitablement, l'ambiance n'est pas au top. Lors de la 37e journée, lors d'une défaite à domicile contre Toulouse, le calme Matuidi a même une altercation avec son coéquipier Dimitri Payet. Les deux joueurs en viennent presque aux mains en plein match devant un public médusé, le jeune Réunionnais n'appréciant pas un recadrage de son capitaine. Ouf ! Les deux joueurs se réconcilient, Blaise mettra sur le compte de son immaturité ce coup de boule reçu de Payet...

Il n'empêche que son style particulier, semblable à celui de Rio Mavuba, fait de lui l'un des meilleurs milieux défensifs de France: "Mon profil est de moins en moins atypique. À Barcelone, les milieux sont des petits. Claude Makelele aussi, et pourtant il était l’un des meilleurs milieux défensifs du monde. Le physique ne veut rien dire. Ce qui compte, c’est l’abattage sur le terrain. Moi, ma qualité, c’est le volume de jeu, ma capacité à récupérer le ballon et le relancer proprement"


Superbe but de Blaise Matuidi contre Bordeaux (février 2009)


Sélections en équipe de France
Si l'ASSE termine à une peu glorieuse 17e place, Blaise lui n'est pas passé inaperçu. Il est nommé meilleur joueur de l'ASSE sur la saison et est sélectionné en équipe de France par Laurent Blanc. Son 1er match officiel et néanmoins amical aurait pu avoir lieu le 11 août 2010, face à la Norvège, mais il n'entrera pas en jeu (défaite 2-1). Il devra attendre le 7 septembre pour honorer sa première sélection à la 78e minute de jeu d'un match face à la Bosnie-Herzégovine (éliminatoires Euro 2012) qui se solde par une victoire 2-0.
A partir de ce moment-là, Blaise devient un cadre du groupe France, bien que blessé pendant presque tout l'Euro 2012. Il fait notamment partie des joueurs qui brilleront face à l'Espagne et à l'Ukraine en éliminatoire de la Coupe du Monde 2014 (1-1 et 3-0). Les "plus beaux matches de ma carrière", de son propre aveu.


Matuidi est de la victoire historique contre l'Ukraine (3-0) en novembre 2013


Parti à Paris...
En juillet 2011, Blaise Matuidi pense sérieusement à franchir un cap. Le PSG est désormais un nouveau riche et acquiert Javier Pastore (un joueur proposé à l'ASSE dans le passé) pour 42M€. Le club de la capitale a besoin de rajeunir son équipe et Blaise Matuidi est donc troqué contre 10M€ + Jérémy Clément, après 132 matches et 3 buts sous le maillot vert.

Il commence son séjour parisien en se blessant rapidement mais se remet vite en train et joue bien, voire très bien au PSG. Blabla. On s'en fiche un peu, puisqu'il n'est plus chez nous. Mais le 2 avril 2013, il marque tout de même le deuxième but pour le PSG dans les arrêts de jeu face au Barça. Ce but permet aux Parisiens d'égaliser et d'espérer sur un malentendu se qualifier pour le tour suivant de la Ligue des Champions... Il sera auréolé de son premier titre de champion en fin de saison et du trophée UNFP du 2e meilleur joueur de Ligue 1 derrière son coéquipier Zlatan Ibrahimovic !



Parti au PSG dès le début de l'ère qatarie, Matuidi est le seul français à s'y imposer durablement


Si son statut de "seul français indiscutablement titulaire" au sein du QSG se confirme les saisons suivantes, Blaise se signalera quand même à ses anciens coéquipiers en arrachant le match nul 2-2 face à l'ASSE le 27 octobre 2013 à la dernière seconde des arrêts de jeu ! Sa troisième saison parisienne est un peu en deça au regard du nombre de matches hallucinant qu'il dispute (près de 60 sur la saison) mais il recommence à cartonner dès l'année suivante, en disputant la Coupe du Monde au Brésil et en se révélant au monde entier dans l'entrejeu parisien.


Matuidi brille lors des grands rendez-vous parisiens, comme ici face à l'OM en 2015


Après 6 saisons, près de 300 matches et 33 buts sous le maillot parisien, il est temps pour Blaise de passer à la vitesse supérieure. C'est la Juventus de Turin, pas les plus nuls quand il s'agit de recruter un joueur français (même si on oubliera volontiers Vincent Péricard), qui saute sur l'occasion et recrute le milieu défensif à l'été 2017. titulaire indiscutable, il y décroche un nouveau titre de champion lors de sa première saison en Italie.
Champion de France et d'Italie, titulaire dans l'un des plus puissants effectifs d'Europe et en équipe de France, l'avenir n'est plus pour lui, le présent l'est...


A peine Bianconeri, déjà indispensable !


Le Saviez-vous ?

- Blaise Matuidi est surnommé "La Pieuvre" (sans blague, vous le saviez pas ?)

- Il a envisagé à un moment de jouer pour l'Angola, un de ses pays d'origine, bien qu'il se sente plus congolais de culture (il parle le lingala et non le portugais)

- Lorsqu'il a refusé le PSG à l'âge de 14 ans, ce dernier a recruté à sa place Clément Chantôme. Les deux joueurs seront plus tard coéquipiers dans la capitale.

- Il compte parmi les 10 sportifs français les mieux payés

- Il est chrétien évangéliste et a été baptisé par l'ancien joueur du PSG, Marcos Céara (!)

- Jean Marc Furlan, son ancien coach à Troyes, a dit de lui: "Il ne présente pas les critères habituels pour un milieu de terrain, au niveau athlétique. Mais il est doué, possède un grand sens et une bonne lecture du jeu. Il sait anticiper et possède un gros volume de récupération de ballon. C'est un formidable pourvoyeur pour les créateurs. Il sait jouer en profondeur, a une grande qualité de passe. Mais ce n'est pas un finisseur, et le jeu aérien n'est pas sa spécialité"