20 septembre 1968 : Naissance de Patrick Revelles  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Ephéméride du 20 Aôut

Sélectionnez la date de l'éphéméride à consulter:

20 août 1999 : ASSE 2-1 Nancy

Ou l'arrivée d'un extra-terrestre à GG...

La feuille de match
Vendredi 20 août 1999 - Championnat de France de D1 - Stade Geoffroy-Guichard
4e journée: ASSE 2-1 Nancy
Spectateurs: 28.924 - Arbitre: M. Bruno Derrien

Buteurs: Alex (64e) et J. Aloisio (79e) pour l'ASSE. S. Chiba (24e) pour Nancy

ASSE: J. Alonzo - J. Sablé, G. Leclerc, L. Mettomo, L. Potillon (R. Billong 71e) - P. Sarr, A. Ferhaoui (F. Boudarène 46e), T. Guel, S. Pédron - P. Revelles (Alex 55e), J. Aloisio. Entraîneur: Robert Nouzaret
Nancy: B. Laquait - D. Ferreira, C. Lécluse, O. Rambo, M. Meniri - L. Moracchini, S. Chiba, F. Biancalani, E. Oliseh (P. Correa 82e) - T. Cascarino, S. Wiart (J. Bottelin 86e). Entraîneur: Lazlo Bölöni




Les faits du match
La saison précédente, les supporters stéphanois avaient été gâtés. Les Verts ont en effet obtenu le titre de Champion de D2, proposant un jeu de qualité tout au long de la saison, la bande au Nouz' ayant même réussi l’exploit de réunir près de 50.000 spectateurs au Stade de France pour un match de D2 (victoire 2-1 face au Red Star).
Pourtant, le début de cette saison 1999-00 est assez atypique, deux excellents matches nuls à l’extérieur (2-2 à Monaco et 3-3 à Marseille) encadrant une injuste défaite à domicile (0-2 face à Nantes). Le résultat du match face à Nancy apparaît alors déterminant pour enfin lancer la saison des Stéphanois sur de bonnes bases.



Les Green Angels donnent le ton dès le coup d'envoi


Pourtant, on comprend rapidement que la tâche ne va pas être aisée. L’entraîneur de Nancy, l'austère Roumain Bölöni, a en effet mis en place sa tactique préférée: "Tout le monde derrière et s’il y a moyen de mettre un pointu pourri à la 93e, on ne se gêne pas". Le scénario catastrophe n'attend même pas cette échéance pour se mettre en place puisqu'à la 24e minute, sur une action anodine, Chiba trompe Alonzo d’un astucieux coup de patte. Dès lors, et bien que ni le public ni les joueurs ne se découragent, les Verts se heurtent au mur lorrain, Laquait accumule les parades et on a un peu le sentiment que seul un miracle peut permettre aux Verts de se sortir de ce mauvais pas.



José Aloisio aux prises avec le Nancéien Mehdi Méniri


Il n'y aura pas de miracle. Juste l'entrée salvatrice d'un homme en particulier...

Lorsqu’à la 55e minute, Robert Nouzaret décide de remplacer Patrick Revelles par la recrue Alex Dias, nul ne se doute encore que ce sont les premiers pas à GG d’un joueur hors normes, d’un monstre, d’un génie du but. Alex ne joue pas, il danse, il virevolte. Il enchaîne les coups du sombrero comme d’autres les mauvais contrôles.
Après une première mise en bouche sur son premier ballon (une reprise de volée près de la lucarne), il ne lui faut pas 10 minutes pour faire sauter le coffre-fort lorrain: relance de Gilles Leclerc, déviation de la tête de notre taureau adoré et Alex s’infiltre dans la surface de réparation côté gauche, il prend toute la défense nancéienne de vitesse et termine l’action d’un intérieur du pied droit qui trompe Bertrand Laquait.

Quelques minutes plus tard, Alex sollicite un double une-deux avec Stéphane Pédron côté gauche, enchaîne avec un coup du sombrero sur le dernier défenseur et une reprise de volée du gauche qui s’écrase sur le poteau.



Le ballon ! Où est le ballon ?


Partie remise: à la 79e minute. Stéphane Pédron effectue rapidement une touche côté gauche pour Alex. Ferreira est pris de vitesse, coup du sombrero (encore) et Lécluse fait 3 tours dans son slip sans toucher l’élastique. Alex s’enfonce dans la surface de réparation, centre en retrait aux 6 mètres pour José Aloisio qui donne l’avantage aux Verts.

25 minutes. Il n'aura suffi que de 25 minutes pour que tout le monde comprenne qu’un extra-terrestre venait d'apparaître dans le Forez...




Ils ont dit
- Lazlo Bölöni, en conférence de presse: "Le public a rendu les Verts plus euphoriques. Pour eux, c'est comme une culture. Leur public gagne des points"

- Jérôme Alonzo, à l'issue du match: "Je n'ai qu'un seul rêve, un seul but: disputer la Coupe d'Europe avec les Verts"

- Robert Nouzaret, quelques années plus tard: "Ce soir là, on décide de mettre Alex dans les 16 pour jouer contre Nancy qui était une équipe avec un style défensif. On le fait rentrer à la mi-temps parce qu’on est mené 1 à 0 et que l’on pensait qu’il pouvait peut être débloquer quelque chose. Et là il a tout montré en 45 minutes… D’ailleurs j’ai failli le frapper (rires). Ce n’est pas possible qu’un mec soit aussi con ! Je veux dire, montrer cela maintenant alors qu’on était à deux doigts de le faire repartir. Il a fallu le mettre au pied du mur pour se rendre compte que c’était un compétiteur. Ce n’était rien d’autre, ce n’est pas parce qu’il avait du caractère"



Un kop sud en ébullition avant la rencontre


Le Saviez-vous ?

- Lors de cette saison 1999-00, l’ASSE terminera 6e du championnat, pas mal pour un promu ! Toutefois, Alain Bompard refusera de jouer l’Intertoto, permettant ainsi à Auxerre d'être européen. L'AS Nancy-Lorraine, de son côté, terminera 16e et premier relégué.

- Alors qu'il avait été recruté en cadeau Bonux à Goias pour faciliter l'intégration de son compère Aloisio, Alex Dias inscrira en tout 37 buts en 91 apparitions sous le maillot vert. Sur cette seule saison, il en marquera 17 (dont 15 en championnat)

- Peu convaincu par l’attitude d’Alex à l’entraînement, Robert Nouzaret n’avait pas l’intention de retenir le Brésilien dans le groupe: "Alex était fainéant à l’entraînement, aux matchs amicaux il ne montrait rien du tout. La seule chose que je n’ai pas su, c’est que c’était plus un compétiteur qu’un travailleur". C’est grâce à l'intervention d'Alain Bompard et surtout de Gérard Soler que le Nouz' acceptera de lui laisser sa chance.

- La tension est palpable au bord du terrain pendant une bonne partie du match entre les deux entraîneurs Robert Nouzaret et Lazlo Bölöni. Sur le second but stéphanois, Nouzaret vient agiter un mouchoir au nez de l'entraîneur de Nancy, avant de se justifier après le match: "Je l'ai simplement motivé pour le match retour". Son homologue, goûtant peu le chambrage du Nouz' déclarera à son sujet: "Ce mec, je dis bien ce mec et pas cet entraîneur, a eu de la chance d'atterrir dans un grand club". Au match retour, Nancy s'imposera 1-0 à Marcel-Picot (but de Rambo)

- Le Nancéien Cédric Lécluse, au supplice ce soir-là, déclarera après le match: "La pression du public nous a poussé à la faute". Six ans plus tard, le 21 septembre 2005, lui qui aura joué pratiquement toute sa carrière en Lorraine (432 matches), marquera le but qui mettra fin au record d'invincibilité à domicile de Janot (1534 minutes) lors d'un autre ASSE-Nancy, cette fois perdu 2-0.

par oswaldo, le 20/08/2017

Ephéméride du 20 Aôut


A venir

23/09/2017 13:00

[U19] Monaco - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com