13 décembre 1972 : Naissance d'Antonio Esposito  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Une expérience ratée

Le staff des Verts a essayé de se rassurer défensivement à Bordeaux à travers une nouvelle approche tactique - malheureusement cette expérience a échoué.

Pour essayer de comprendre quel était le plan de jeu initial des Stéphanois, les conférences de presse de l'entraîneur principal de l'ASSE avant et après le match nous donnent quelques indices : "On est conscient qu’il faut arrêter de prendre des buts, c’est l’affaire de tous. On doit revenir aux bases : être dur à manœuvrer". "Il faut refuser de prendre des buts, ne pas l'accepter, se révolter. Il faut se serrer les coudes, rester unis et refaire les efforts ensemble pour retrouver notre solidité". "Au bout de 4 minutes, le plan de jeu que l'on avait mis en place a volé en éclat.". En effet, on a encaissé un but après 5 minutes de jeu...
 
Pour ne pas encaisser de but - ce qui semble avoir été le plan initial - le staff Stéphanois a pris l'option d'une défense à 5 :
 
 
 
Dabo, écarté du groupe lors du précédent match, a ainsi retrouvé une place de titulaire en tant que latéral droit et Janko s'est retrouvé dans le couloir gauche. Vu que Bordeaux jouait en 4-2-3-1 (donc avec deux joueurs dans chaque couloir), les deux latéraux Verts avaient clairement un match difficile devant eux. Par contre, les Stéphanois avaient un large surnombre derrière, histoire de se rassurer défensivement avant tout.
 
 

Les failles du système initial

 
Si le plan initial était de bien défendre, alors le but encaissé après seulement quelques minutes de jeu constitue un sacré échec. Il faut par contre souligner que ce n'est pas la faute du système tactique : on peut mettre autant de défenseurs et milieux défensifs qu'on veut, s'ils ne gagnent pas leurs duels, ça ne sert à rien. Cet ouverture du score a donc complètement changé la donne : les Verts ne pouvaient plus se contenter de défendre, il fallait faire le jeu, chercher l'égalisation. Et c'est là où les limites d'un 3-5-2 contre une équipe en 4-2-3-1 sont devenues apparentes - comme on peut le voir sur cet exemple à la 23e :
 
 
Une relance Stéphanoise qui part de la défense, avec KTC qui porte un peu le ballon en cherchant une solution. Sur cette image on voit bien le (4-)2-3-1 de Bordeaux, leur triangle pointe haute au milieu étant parfait pour couvrir nos trois milieux axiaux. Dabo et Janko se trouvent dans leurs couloirs, mais avec des ailiers adverses pas très loin : KTC passe à Perrin, qui lui rend le ballon.
 
 
Pajot décroche, fait un une-deux avec KTC et revient vers la ligne médiane. Ça attire un tout petit peu l'ailier gauche adverse et le milieu offensif, ce qui suffit pour ouvrir à KTC un angle de passe :
 
 
Il trouve donc Dabo dans le couloir : l'ailier a été éliminé par la passe, les deux milieux axiaux sont à côté de Pajot et Hernani, Dabo est tout seul. Le temps qu'il contrôle, qu'il se tourne et lève la tête...
 
 
... le défenseur latéral est monté le chercher : l'ASSE avait un joueur dans le couloir, Bordeaux en avait deux. Ce latéral peut monter en toute tranquillité, il n'y a aucun autre Stéphanois dans le couloir. Pajot fait un appel, mais il est suivi par son adversaire direct - et le latéral ferme l'angle de passe de toute façon, il intercepte d'ailleurs la tentative de Dabo. Et cette montée du latéral ne crée pas un déséquilibre dans la défense, Diony se trouve toujours tout seul entre deux défenseurs centraux.
 
Pour faire simple, on a cherché à construire à partir de la défense, on a réussi à trouver un décalage sur un côté, mais ce décalage n'en était pas un, on était en infériorité numérique dans les couloirs. 
 
 

Changement à la pause

 
On ne pouvait pas construire proprement dans ce système, alors il a été changé à la pause. Il est difficile de dire pourquoi il a fallu attendre jusqu'à la mi-temps pour le faire, surtout que le changement intervient sans faire appel à des remplaçants. Le passage en 4-3-3 (avec Bamba qui prend le couloir gauche et Dabo qui monte en ailier droit) a équilibré les duels dans les couloirs - à titre d'exemple, une relance de la défense à la 49e :
 
 
On voit toujours le (4-2-)3-1 de Bordeaux, avec le milieux offensif collé à notre sentinelle et les ailiers qui couvrent les couloirs de KTC et Janko. Pogba joue avec Perrin, qui prend le risque de chercher Diousse, qui remet à Pogba : le pressing de l'avant-centre adverse a été déjoué. 
 
 
Pogba passe à Janko, qui cherche plus loin Bamba, dans le même couloir. Pas de décalage créé, la défense de Bordeaux est en place (un 4-2-3-1 devient un 4-4-1-1 quand les ailiers reculent). Bamba essaie donc d'éliminer par un dribble son adversaire direct, mais il n'arrive pas et le ballon sort en touche.
 
 
C'est Bamba lui-même qui se dépêche de jouer la touche vite, avec Hernani. Le contrôle du dernier est un peu raté, mais il se rattrape. Comme un milieu axial est sorti de sa ligne pour le chercher, Bamba plonge dans cet espace et il est trouvé par son coéquipier.
 
 
Le milieu axial restant se trouve entre deux Stéphanois : Bamba passe à Pajot entre les lignes...
 
 
... qui lance Janko en profondeur dans le couloir gauche. Comme les milieux axiaux avaient été éliminés par le jeu de passe de Hernani-Bamba-Pajot, c'est un défenseur central qui cherche Pajot. Diony fait un appel dans cet espace, ce qui aspire les autres défenseurs vers le premier poteau et laisse notre ailier droit tout seul au deuxième. Janko lève la tête et lui adresse un très bon centre du gauche (!), mais la frappe de Dabo atterrit sur le toit du stade. Une triste conclusion pour un très beau mouvement collectif : deux joueurs dans le couloir, un ailier qui entre dans l'axe et un latéral qui prend la profondeur, du jeu de passe avec les milieux relayeurs, on avait presque oublié que c'est possible...
 
 
Les Verts sont clairement mieux dans ce système, même s'ils encaissent un 3e but Bordelais sur une perte de ballon de Bamba dans son propre camp. Si l'entrée de RPG pour Pogba, blessé (!), n'avait pas pour but de changer le système, l'entrée de Söderlund, pur avant-centre, à la place de Dabo, milieu axial placé en latéral et puis ailier (!), aurait pu modifier le jeu Stéphanois. Mais le fantasme des nombreux potonautes de voir Söderlund et Diony associés en pointe n'a pas été réalisé lors de ce match, le dernier prenant une place à l'aile, l'ASSE restant dans ce 4-3-3 / 4-1-4-1 :
 
 
 
 
 

Conclusions

 
Pour ce match, les Verts ont essayé d'innover tactiquement et de se rassurer défensivement - deux échecs. L'innovation tactique n'a rien apporté quand on n'avait pas le ballon - le nombre de défenseurs est moins important que leur envie - et elle a même été contre-productive quand on avait la possession. Le staff Stéphanois a mis beaucoup de temps avant de changer : le jeu proposé après la pause a été d'un niveau clairement supérieur, mais le mal était déjà fait. Pire encore, ce système inédit, le 3e en 3 matchs pour Sablé (!), a enlevé des repères à des joueurs en crise de confiance et avec un moral au plus bas. Une décision encore plus inexplicable parce qu'il ne s'agissait pas d'une question d'effectif disponible - le changement tactique à la pause a été fait avec les mêmes joueurs. 
 
 
 
 

Licence Creative Commons Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

 

 

 

par Pilou83, le 01/12/2017


A venir

15/12/2017 20:45

ASSE - Monaco



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com