19 août 1961 : Naissance de Frédéric Antonetti  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

A égalité

Le nul obtenu à domicile contre l'OM est vu comme un très bon résultat par les Verts, toujours invaincus à domicile en 2018 et maintenant capables de faire jeu égal avec une des meilleures équipes du championnat.

Le sentiment d'avoir fait un bon résultat ne vient pas seulement du point pris contre un gros. Il y a aussi le fait d'être revenu deux fois au score, d'avoir évité la défaite dans les dernières minutes ou de ne pas avoir sombré après un but pris très tôt dans le match. Mais il y a aussi autre chose, la manière. Pendant les 20 premières minutes, Marseille a largement dominé, a eu la possession du ballon (61%). Mais une fois le 2e but marqué, ils ont commencé à lâcher et ce sont les Stéphanois qui ont pris le contrôle du match. Ainsi, entre la 20e (2e but de l'OM) et la 75e (2e but de l'ASSE), la possession a été complètement inversée, 58% pour les Verts, qui se sont procurés plusieurs bonnes occasions.

Mais si les deux équipes ont marqué deux buts chacune et ont eu une période de domination, la ressemblance s'arrête ici. Chaque équipe a eu son style propre d'utiliser le ballon, de préparer des attaques et créer des décalages. En voici quelques exemples.
 
 
 

Possession OM


A la 6e, l'OM a le ballon dans sa propre moitié :


On voit les 4 défenseurs et les 2 milieux axiaux, tous assez bas - un seul autre joueur marseillais se trouve dans cette moitié de terrain, l'ailier gauche. Quant aux Stéphanois, les deux attaquants Hamouma et Bamba font du pressing. Après un jeu à 3 à gauche, le ballon est envoyé vers la droite :


Les 4 défenseurs sont proches les uns des autres et la circulation du ballon est lente, des longues secondes passent avant qu'il arrive au latéral droit. Pourquoi ? Le but n'est pas d'attaquer sur la droite, mais d'aspirer des Stéphanois - dans ce cas, Diousse sort du marquage au centre du terrain pour chercher le latéral :


Le ballon circule maintenant vers la gauche, toujours en passant par chaque défenseur - les deux milieux axiaux offrent des solutions plus verticales, mais ils ne sont pas utilisés. Quant aux Stéphanois, ils ne se jettent pas au pressing, les milieux se trouvent sur la ligne médiane :


De nouveau un jeu à trois avec l'ailier gauche, puis avec le milieu offensif qui s'est excentré sur la gauche...


... mais qui est obligé de jouer en retrait, le bloc des Verts étant bien en place - on voit bien les 4 milieux et les 2 attaquants, ainsi que le latéral Debuchy, serrer bien de ce côté. Alors le jeu est envoyé de nouveau, lentement, vers la droite :


Le bloc stéphanois coulisse vers ce côté... et tout d'un coup les Marseillais accélèrent, avec le latéral droit qui monte enfin avec le ballon et cherche à combiner avec son ailier. Heureusement le ballon est récupéré par les Verts, ce qui n'a pas été le cas 3 minutes plus tard quand exactement la même préparation a déclenché la même attaque et a amené le 2e but adverse.

 
 

Possession ASSE


La préparation des attaques stéphanoises a été similaire, avec du jeu envoyé d'un côté à l'autre, mais avec des latéraux plus hauts, avec passes rapides qui cherchent de suite un décalage, voire même avec des passes verticales dans l'axe, qui cherchent à couper les lignes.

Pour un premier exemple, juste avant la pause :


De son côté gauche, Gabriel Silva joue en retrait avec Perrin et le jeu et envoyé à l'autre latéral, Debuchy. Mais les passes sont rapides et les latéraux stéphanois offensifs. A noter que sur cette action, Hamouma et Diousse avaient inversé, le premier se trouvant dans le couloir gauche et le deuxième en position d'attaquant à côté de Bamba. La ligne de 4 milieux marseillais coulisse vers le côté de Debuchy, alors celui-ci joue avec Pajot, qui...


... change tout de suite de côté, avec une transversale qui trouve Hamouma. Le temps de contrôler le ballon et attendre un appel de Gabriel Silva, le bloc adverse coulisse de nouveau de ce côté :


Sur cette image on voit les deux lignes de 4 de l'OM, ainsi que l'attaque en (2-)2-4-2 pour les Verts : deux pointes dans la surface, deux latéraux très offensifs poussant les deux milieux latéraux plus dans l'axe et deux milieux centraux un peu en retrait, Pajot et Selnaes, pour orchestrer le jeu. C'est le dernier qui reçoit le ballon de Hamouma et qui lui le redonne via une belle passe verticale qui coupe la ligne. Exactement comme lors du premier but stéphanois, sauf que cette fois-ci Hamouma n'arrive pas à centrer.


Par rapport à Marseille, l'ASSE a donc aussi utilisé toute la largeur du terrain, mais avec des changements plus rapides et une possession plus haute, pour toujours chercher du décalage. La possession basse de l'OM avait un but très simple, aspirer les adversaires et créer des espaces dans leur bloc - les Verts ont su en utiliser aussi :

Un peu après la pause, les Stéphanois ont la possession dans la moitié adverse, avec des latéraux très offensifs :


Debuchy joue en retrait avec Pajot, qui continue avec Subotic. Selnaes lui propose une solution, il reçoit le ballon...


... et les deux milieux axiaux continuent à courir vers leur propre but, en faisant des passes en retrait, qui finissent par arriver à Ruffier. Si sur cette image le bloc marseillais est bien en place (on voit les 2 attaquants et 3 des 4 milieux), il se fait complètement aspirer par ce mouvement en retrait des milieux Verts :


Ainsi, Pajot et Selnaes sont pris par deux milieux adverses, ce qui crée un gros trou au centre du terrain, où KMP et Bamba font des appels. Possession basse pour les Stéphanois, mais placement totalement différent des 4 défenseurs que ce qu'on a vu dans le premier exemple côté Marseille - il suffit de regarder comme les deux centraux stéphanois sont écartés. Perrin trouve avec une belle passe verticale Bamba entre les lignes et l'attaque est en place :


Les courses vers le but adverse de Diousse, KMP et Hamouma obligent les 4 Marseillais à défendre en reculant, jamais un bon signe pour une équipe. Le milieu adverse est complètement désintégré, obligeant l'ailier à serrer dans l'axe, laissant Debuchy seul dans son couloir. Finalement c'est Hamouma qui est cherché par la passe en profondeur de Bamba, il reçoit le ballon, mais il tombe dans la surface en contact avec le défenseur, sans obtenir de penalty.

 


Conclusions


Ces exemples montrent comment les deux équipes ont utilisé le ballon pendant leurs phases de possession. Et même s'il y a eu des différences, ce qui ressort que dans les deux cas, c'est qu'il y avait une maîtrise, technique, mais surtout tactique. Chaque équipe a su jouer son jeu, avait un plan tactique clair, l'adversaire a été mis en déséquilibre régulièrement. Et au delà des différences tactiques, la chose à retenir est que l'ASSE et l'OM ont fait match égal, non seulement au score, mais aussi tactiquement et techniquement. On attendait les Marseillais à ce niveau, mais les Verts ont ainsi montré lors de ce match qu'ils peuvent y évoluer aussi. 
 
 
 
 

Licence Creative Commons Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

par Pilou83, le 11/02/2018


A venir

19/08/2018 15:00

Strasbourg - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com