Un glorieux passé, c'est aussi des matches face à des adversaires qui n'existent plus...


La feuille de match
Dimanche 17 janvier 1960 - Championnat de France de D1 - Stade Geoffroy-Guichard
25e journée: ASSE 1-1 Stade Français
Spectateurs: 3.369 - Arbitre: M. Kitabdjian

Buteurs: R. Domingo (65e) pour l'ASSE. A. Wade (80e) pour le Stade Français
 
ASSE: R. Philippe - J. Cassado, R. Tylinski, F. Wicart - R. Domingo, R. Herbin - G. Peyroche, L. Glovacki, G. Liron, R. Ferrier, J. Oleksiak. Entraîneur: René  Vernier
Stade Français: L. Duplenne - F. Stasiak, A. Lerond, J. Baconnier - R. Bellot, J. Davanne - A. Wade, R. Novarro, M. Perchey, E. Stako, P. Van Rhijn. Entraîneur: Joseph Mercier



Les faits du match
Sous un froid polaire et sur une pelouse tout juste déneigée, les Stéphanois, bien calés en milieu de tableau, reçoivent un Stade Français pas mieux loti au classement.
Mais les Parisiens, moins efficaces balle au pied, se montrent néanmoins plus malins que les Stéphanois et se couvrent les jambes avec des collants en nylon, les rendant plus résistants à la température glaciale de Geoffroy-Guichard. Pari gagné: au bout de 7 minutes de jeu, Jean Oleksiak se blesse et doit laisser ses partenaires à 10 pendant plus de 80 minutes. Le médecin du club constatera que sa contracture a été provoquée par le froid.

Cela n'empêche pas le capitaine, René Domingo, d'ouvrir le score grâce un lob astucieux sur coup franc.
Les Verts dominent la partie de la tête et des épaules mais butent sur un portier adverse en état de grâce. Et ce qui devait arriver arrive à la 80e minute: sur un dégagement complètement raté de Richard Tylinski (photo), Wade récupère la balle, dribble Philippe et permet au Stade Français d'égaliser contre le cours du jeu.

Joseph Mercier, le coach parisien, déclarera à l'issue du match: "Notre gardien Duplenne a probablement joué le meilleur match de sa carrière ce soir". Un grand classique...



Le Saviez-vous?
- A l'issue de cette saison 1959-60, l'ASSE terminera à la 12e place du classement, à 24 points du champion, le Stade de Reims. Néanmoins, le club stéphanois réussira un très beau parcours en Coupe de France, n'échouant qu'en finale face à Monaco (4-2). Le Stade Français, promu, finira à la 14e place.

- Ancien joueur du Stade Français (1952 à 1953) et de l'ASSE (de 1953 à 1957), René Vernier prend place sur le banc des Verts suite au départ surprise de Jean Snella en début de saison. Il entraînera les Verts jusqu'à fin 1960 où un conflit ouvert avec Kees Rijvers provoquera son départ. Plus tard, il entraînera le FC Metz et le Stade de Reims

- Le milieu de terrain Jean Oleksiak jouera à l'ASSE de 1955 à 1963. Son fils Thierry, défenseur, portera également le maillot vert (de 1979 à 1986), et son petit-fils Boris (le fils de Thierry) jouera dans l'équipe réserve de Nice (CFA) avant de rejoindre Aurillac (CFA) puis St-Jean Beaulieu (DHR). Thierry Oleksiak réintègrera même l'ASSE en 2012 en tant que recruteur, entraîneur de l'équipe réserve puis entraîneur-adjoint.

- International français (11 sélections) finaliste de la Coupe d'Europe des clubs champions avec le Stade de Reims en 1956, Léon Glovacki ne disputera que cette unique saison à Saint-Étienne, pour un bilan très décevant au regard de son standing (26 matches, 4 buts)

- Le défenseur du Stade Français André Lerond est une pointure du football français: sélectionné à 31 reprises en équipe de France, il avait notamment disputé la Coupe du Monde 1958 en Suède deux ans plus tôt

- Club omnisport, ce Stade Français est bien le même qui truste les premières places du Top 14 en rugby. Sa section football (à ne pas confondre avec celle du Racing Club de France) vivra encore quelques années dans l'élite, participant même à la Coupe des Villes de Foire (ex-Coupe de l'UEFA) en 1964 et en 1965 avant de sombrer corps et bien. Elle évolue aujourd'hui en district départemental, le plus bas niveau existant en France.