24 avril 2003 : ASSE 1-0 Toulouse  
Oui, je désire m'abonner à
L'éphéméride poteaux-carrés
Je recevrais chaque jour dans ma boite mail l'éphéméride
La newsletter poteaux-carrés
Je recevrais dans ma boite mail les newsletter poteaux-carrés quand elles seront envoyées
Pour vous désabonner, décocher l'élément que vous ne voulez plus recevoir et cliquez sur OK

Tranquille comme Baptiste

Numéro 3 chez les Verts devenu numéro 1 à Nîmes, le gardien Baptiste Valette nous a tranquillement consacré une heure d'entretien à quelques jours de son retour dans le Chaudron.

Tu portes le nom d’un célèbre producteur de foie gras. Je suppose que t’es de la famille, que tu t’es gavé lors du réveillon et que t’as prévu de remettre ça toute cette semaine avec tes coéquipiers ?
Malheureusement, tu te trompes ! (rires) C'est dommage que je ne sois pas de la famille parce que j'aime beaucoup le foie gras, mais je n'ai pas de prix sur ces bons produits. En plus, je me souviens, à l'Etrat, juste en face, d'un vendeur qui proposait du foie gras Valette et pas mal de collègues m'avaient chambré là-dessus. Malheureusement, avec les collègues de Nîmes, on va être sérieux et bien préparer le match qui arrive.

Quelle a été ta réaction quand t’as appris le tirage des 32e de finale de Coupe de France ? T’es content d’avoir tiré Sainté à GG ou déçu de ne pas avoir chopé Fabrègues ?
Écoute, je vais être honnête avec toi, ce soir-là, j'étais allé au cinéma. J'avais oublié mon téléphone, et, du coup, en rentrant chez moi, j'ai vu un nombre de messages fou sur mon portable, et je me suis dit : « Alors, là, ça sent, soit Montpellier, soit Saint-Étienne. » Et ça n'a pas loupé, c'était Saint-Étienne !. En voyant les personnes qui m'avaient envoyé des messages, je m'en étais douté. J'étais sincèrement très content parce qu'il y a le côté affectif avec les gens que je connais là-bas. Sur le plan sportif, prendre Saint-Étienne, une équipe de Ligue 1, à Geoffroy-Guichard, le stade le plus chaud que j'ai connu dans ma vie, c'est vraiment un super tirage. Après, il y a la magie de la Coupe : peu importe les équipes qu'on peut prendre, peu importe les tirages. Quoi qu'il arrive, tu vas avoir des grosses équipes à jouer, mais prendre Saint-Étienne ce tour-là, c'était vraiment une aubaine.

Peux-tu nous rappeler le contexte de ton arrivée à l’ASSE ?
Je suis arrivé en juin 2013. Montpellier ne m'avait pas conservé, j'avais fait une année en pro là-bas et je sais que Fabrice Grange avait contacté certains dirigeants de Montpellier pour se renseigner sur moi. Comme Saint-Étienne avait laissé partir son troisième gardien de l'époque, Abdoulaye Coulibaly, ils cherchaient un peu un profil comme le mien pour pallier cette absence et intégrer le groupe pro directement. Les jeunes derrière manquaient peut-être un peu de maturité. Du coup, j'ai signé en tant que gardien numéro trois à Saint-Étienne. C'est donc surtout par le biais de Fabrice Grange que je ne connaissais pas auparavant.

Quel est le joueur de champ qui t’a le plus impressionné lors de tes vertes années, de 2013 à 2015 ?
Sans hésiter, Loïc Perrin. Je pense qu’il y a peu de joueurs qui m’ont autant impressionné. En plus, il n’y a même pas que le côté terrain, il y a vraiment l’homme. Tout ce qu’il a fait avant même que j’y sois, quand j’y étais et ce qu’il fait encore aujourd’hui. C’est quelqu’un d’impressionnant. Le niveau qu’il a pu garder, alors qu’il a connu des galères, des pépins physiques par rapport à son genou. Il est revenu au top. Il a connu l’équipe de France, la sélection quand moi j’étais au club.

Que retiens-tu de tes deux ans à l’ASSE ?
J'ai beaucoup appris même si, malheureusement, je n'ai pas pu jouer avec l'équipe première, au côté de Fabrice, du coach Galtier, même si on avait très peu de rapports. Le peu que j'ai eu avec lui m'a beaucoup apporté. J'étais avec deux mecs, Jessy et Stéphane, qui étaient très bosseurs. Ça m'a fait prendre un peu de plomb dans la tête, parce qu'à Montpellier je pense que je manquais peut-être de sérieux, de cadre. C'est Saint-Étienne qui m'a vraiment fait progresser. J'ai quand même le regret de ne pas avoir au moins joué un match même si j'ai fait des matchs amicaux avec l'équipe pro. Mais l'équipe tournait très bien, Stéphane, ces deux années-là, a joué tous les matchs.

Interrogés par nos soins à l’époque où tu étais à l’essai chez nous, les deux Bruno du MHSC (Carotti et Lippini) avaient loué tes qualités de gardien, ton excellente mentalité et ton côté travailleur tout en t’incitant à t’affirmer davantage. Tu as réussi à le faire ? C’est possible de s’affirmer à l’ASSE quand on côtoie un mastodonte comme Ruffier et un enfant du club comme Jessy Moulin ?
S'affirmer, oui. je pense que l'ai quand même fait, mais, malgré tout, ça restait pas assez puissant par rapport aux deux caractères qu'il y avait en face de moi. Après, avec des années de recul, ça m'a aidé dans mon parcours. Je suis parti en Belgique, dans un club où c'était un peu compliqué. Je suis parti un peu en mission, j'ai pris le risque de partir là-bas, il fallait que sur tous les points je sois bon. Je me suis affirmé et aujourd'hui, je m'affirme encore. Après, c'est quelque chose que je dois encore travailler aujourd'hui et c'est ma ligne directrice pour progresser encore.

On s’interroge parfois sur la politique de partenariat de l’ASSE mais elle t’aura au moins aidé à rebondir…
Oui, complètement. En fait, c'est tout simple. Un jour, le coach et le président de Virton (Belgique), qui étaient en très bons termes avec Saint-Étienne, avec qui ils étaient en partenariat, sont venus visiter les installations et, ce jour-là, ils m'ont vu à l'entraînement. Je les ai un peu impressionnés parce que j'avais fait un bon entraînement. Ils avaient loué mes qualités, mais à l'époque, ils ne cherchaient pas de gardien. Ils avaient un gardien qui avait joué à Lyon et qui est ensuite parti dans un club de D1. Mais ça s'est fait tard durant les vacances, ils ont contacté mon agent de l’époque, et grâce au partenariat avec l'ASSE, ça s'est fait. C'est un petit partenariat que celui de Virton avec Saint-Étienne. Je crois même qu'aujourd'hui, ils ne l'ont plus. C'était surtout grâce à l'ancien Président, mais, moi, ça m'a donné un petit coup de pouce, ça m'a servi.

Tu as eu beaucoup de temps de jeu en Belgique avant de te blesser gravement.
La première saison, j'ai joué 30 matchs, j'ai été élu meilleur joueur du club. Je faisais une belle saison, c'était mon objectif, de partir là-bas, et de trouver, dès la première année, un club de première division ou un très bon club de D2. Des contacts avaient été amorcés, mais malheureusement, à trois journées de la fin, j'ai subi une grosse fracture du tibia sur un contact anodin avec un joueur à l’entraînement. Du coup, la deuxième saison a été quasiment blanche, avec huit mois avant de retrouver les terrains. Ça a été un peu compliqué et c'est ce qui a entraîné mon été un peu délicat aussi cette année.

Pour en revenir à ta période stéphanoise, qu'as-tu appris au contact de Fabrice Grange ?
Comme avaient pu le dire les deux Bruno de Montpellier, j'ai pris énormément de caractère au contact de Fabrice parce c'est quelqu'un qui a énormément d'exigence envers ses gardiens. Il m'a mis dans le dur les premiers temps, il fallait que j'apprenne. C'est quelqu'un qui a entraîné les meilleurs gardiens en France. Sur le plan technique, sur le plan du placement j'ai beaucoup appris. Il a côtoyé les meilleurs. Sur le plan humain il m'a considérablement aidé parce que, à Saint-Étienne, à la fin de ma première année de contrat, je me blesse, et il a été là pour moi quand ça n'allait pas. Du coup, il m'a fait voir un côté du football que je ne connaissais pas encore et je lui en serai toujours reconnaissant. Aujourd'hui, on est toujours en contact, on s'entend très bien et ce sera l’une des personnes que j’aurai le plus de plaisir à revoir ce dimanche à Geoffroy-Guichard.
 

Fabrice, n'est pas un simple entraîneur de gardien. Il s'est affirmé au sein du staff de Galette, notamment après le départ de Romain Revelli. Grange, c'est tout sauf un homme de paille ?
Complètement. Son expérience fait qu'il connaît très bien le football et pas que le poste de gardien de but. Aujourd'hui, avec tout ce qu'il a pu vivre dans sa carrière, il est capable de jouer un rôle d'adjoint. C'est quelqu'un qui prend son métier très à cœur, qui est un passionné du foot. Même moi, quand je le voyais à la télé, ou quand j'allais au stade, c'est sûr que je constatais qu'il commençait à étoffer son métier. En plus, avec le coach Galtier, on sait qu'ils avaient une relation d'amitié, et donc, le coach lui laissait de plus en plus de place. Aujourd'hui, j'espère qu'il pourra continuer à avancer à ce niveau-là.

Fabrice est parfois un peu chaud, il lui arrive de s’embrouiller avec le banc adverse. Faut-il faire tout un foin de l’expulsion de Grange au Roudourou ?
Non, parce que je pense que c'est quelqu'un qui est touché par ce qu'il se passe dans le club. C'est une personne de caractère, mais qui n'aime pas l'injustice comme toute personne sensée. Les erreurs peuvent arriver, c'est arrivé à de grands entraîneurs de se faire expulser dans des périodes délicates. On sait qu'aujourd'hui, à Saint-Étienne, la situation n'est pas facile, mais c'est un grand club. Je ne tiens pas rigueur à Fabrice de ce qui s'est passé lors du dernier match à Guingamp. J'ai beaucoup d'estime pour lui.

La commission de discipline a infligé quatre matches de suspension à Ruffier. Comment as-tu réagi en apprenant cette décision ?
Sincèrement, j'ai vu des photos mais je n'ai vu qu'une seule fois les images de l'altercation. Quatre matchs, c'est sévère, ça fait un peu acharnement sur Saint-Étienne. En plus c'était un match où il y avait déjà 3-0. Ce sont des potes du vestiaire nîmois qui sont venus m'en parler et qui m'ont dit que c'était injuste. Moi je n'ai vu que le score final, je n'avais pas eu l'occasion de regarder le match. C'est sûr que quatre matchs de suspension .... Après, les arbitres, aujourd'hui sont vraiment protégés pour qu'il n'y ait pas, justement, ce genre de geste. Stéphane n’a pas été incorrect mais il prend de la place et, du coup, l'arbitre a dû avoir un peu peur et c'est ce qui a peut-être entraîné la saute d'humeur.

Le vilain Marçal a échappé à toute sanction alors qu’il avait giflé deux semaines plus tôt un arbitre assistant. Et ne parlons même pas du tacle assassin de Tolisso sur Lemoine, qui n’avait valu que deux matches de suspension à son auteur. On a le sentiment qu’il y a deux poids, deux mesures. N'y a-t-il pas des questions à se poser sur cette commission de discipline ?
De toute façon, il y aura toujours à redire sur ce genre de décision. On a parfois du mal à voir des jugements cohérents. A chaque fois, on a l'impression qu'il y a des clubs ou des joueurs qui sont sanctionnés un peu plus, par rapport à leur image. Stéphane, c'est peut-être quelqu'un qui dégage l'image d'un joueur un peu froid avec tout le monde et, du coup on se demande s'il ne paie pas un peu cette image-là, alors que la personne en elle-même, elle n'est pas comme ça. Oui, peut-être y a-t-il deux poids deux mesures pour les jugements et les sanctions. L'ASSE a fait appel, on va voir ce que ça va donner...

Toi qui l'as côtoyé pendant deux ans, estimes-tu que Stéphane Ruffier est une personne qui gagne à être connue et que sa personnalité réelle n'est pas celle qui transparaît dans les médias ? Beaucoup le réduisent à un mec ombrageux, pas commode, solitaire.
Je pense qu'à la base c'est quelqu'un qui a un fort caractère mais qu'il est décuplé par les médias, parce que, peut-être Stéphane ne rentre pas trop dans leur jeu. Je sais qu'il n'aime pas trop les interviews, qu'il n'y a pas trop de reportages sur lui. Il a pris des choix forts dans sa carrière, que peu de gens auraient faits. A certains moments, c'est un peu exagéré. Moi, je l'ai côtoyé, c'est quelqu'un qui m'a beaucoup aidé. A presque tous les entraînements, il essayait de me corriger, sans passer au-dessus du rôle de Fabrice. Il me glissait deux ou trois mots, moi, ça m'a aidé. C'est un gardien qui a été international. J'aurais été bien bête de ne pas l'écouter ! Je ne peux pas dire que c’est une mauvaise personne, au contraire ! Il a été là pour moi. Il faut mieux le connaître avant d'en dire autant sur lui.

Le peuple vert s'interroge sur l'après Ruffier. Comment vois-tu sa succession ? S’il nous quitte l’été prochain, Jessy Moulin peut-il devenir numéro un après avoir fait toute sa carrière en tant que doublure ?
Jessy, sur tous les matchs qu'il a faits ces derniers temps, s'est montré compétitif. Ce qui a été très dur pour lui, c'est qu'il n'y a pas eu d'enchaînement : il a été compétitif sur des moments où on l'a sollicité un peu à la dernière minute. Moi, il m'a toujours impressionné même, si les deux années où j'y étais, il a peu joué de matchs. C'est un gardien qui n'a jamais lâché le morceau, toujours très sérieux aux entraînements. Depuis que je suis parti, il a plus joué et, oui, il m'a impressionné. Après, est-ce que ce sera l'avenir de Saint-Étienne, je ne sais pas parce que Jessy a 31 ans, il commence à avoir un âge avancé. Si Saint-Étienne commence à s'installer dans un projet, ils vont peut-être chercher un profil de gardien plus jeune, mais je ne sais pas.

Anthony Maisonnial que l'on annonce prometteur est peut-être un peu tendre pour prétendre à la succession. Tu l’as côtoyé à Sainté ?
Oui, je le connais. Il s'entraînait avec nous, c'est un gardien qui a énormément de potentiel. Après, la Ligue 1, c'est un niveau compliqué. Jouer dans un club comme Saint-Etienne, il faut « les avoir bien accrochées », je pense. Il est jeune encore, mais on peut voir, dans le foot, des gardiens comme Alban Lafont qui ont commencé hyper tôt et qui ont très vite pris leurs marques. Il a les qualités pour jouer à un bon niveau. Après, est-ce qu'il tiendra son rang à Saint-Étienne ? Si un jour, il a sa chance, il faudra qu'il le montre.

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, l’entraîneur des jeunes gardiens guingampais Mickaël Dumas a préconisé un prêt pour qu’il puisse s’aguerrir.
Je pense que c'est hyper important, à notre poste, de jouer. Je rejoins un peu Mickaël Dumas. On peut voir beaucoup de gardiens prêtés en Ligue 2 pour commencer à faire leur trou. La Ligue 2 est déjà un championnat assez compliqué et où il y a de très bons joueurs. A cet âge-là, arriver à faire six mois, un an, dans une équipe de Ligue 2 et faire de bonnes performances, c'est bien. Derrière il reviendra au club avec un poids différent que s'il a fait sa saison en CFA. Ce n'est pas pour dénigrer le niveau, mais il y a quand même deux mondes d'écart. C'est important de se jauger.

Pour en revenir à Jessy, apprécies-tu sa personnalité ? Après la débâcle contre Monaco, il a été le seul à ne pas fuir les médias. Qu'en penses-tu ?
Jessy, c'est quelqu'un avec qui je me suis très bien entendu. On a pu partager des moments, comme avec Stéphane, sur le terrain et en dehors. C'est une personne qui a un bon état d'esprit et c'est pour ça qu'il s'entend très bien avec les personnes du vestiaire. Il a un fort caractère et c'est pour ça qu'il a assumé sa responsabilité devant les médias. J'ai vraiment apprécié travailler à ses côtés parce que c'est quelqu'un d'agréable qui a quelques similitudes avec moi au niveau du caractère, en ce qui concerne et un petit peu la vie en dehors du foot. On se retrouve sur pas mal de points.

Tu as signé il y a quatre mois à Nîmes en tant que gardien numéro 3. Comment as-tu réussi à devenir le numéro un, un « crocodile roc » comme dirait Elton (John, pas Dos Reis) ?
A Nîmes, j’ai fait un essai, j’ai fait un entraînement, ça s’est très bien passé. Le club cherchait un profil, au départ, de jeune gardien, certaines personnes n’ont pas fait l’affaire et j’étais libre de tout contrat, le coach a voulu voir. Ça s’est très bien passé, derrière j’ai signé un contrat d’un an. J’ai fait des semaines d’entraînement qui se sont très bien passées, l’adaptation dans le groupe, tout ça, nickel, beaucoup de jeunes joueurs avec qui on a une bonne entente. Peu de temps après le gardien numéro un Yann Marillat se blesse contre Auxerre et se fait les ligaments croisés. Du coup moi je me retrouve dans le groupe pour le match d’après. On joue en semaine contre Tours, on va gagner à Tours 4-0 et ensuite on fait un match à la maison et malheureusement on perd 5-1 contre Niort. Du coup le match suivant le coach a voulu me tester contre le Paris FC. Même si on a perdu, j’ai quand même fait une belle performance, donc j’ai pris le poste et ça continue.

Penses-tu être titulaire dimanche à Geoffroy Guichard ? Tu étais sur le banc les deux tours précédents...
Je ne sais pas, je n’ai pas l’info. On n’en a pas discuté. On a repris depuis le 28 décembre l’entraînement avec l’équipe, et pour l’instant c’était surtout une grosse phase de préparation avec pas mal d’entraînement physique, tout ça, le coach nous a fait le bilan de notre première partie de saison. Et on n’a pas encore évoqué le match. Je pense qu’à la fin de notre stage en Espagne, le coach aura fait son équipe et se sera décidé.

Baptiste, rêves-tu de faire ton baptême dans le Chaudron ?
Sincèrement, ça me ferait très plaisir de jouer à Geoffroy-Guichard, ce serait un beau clin d’œil par rapport à tout ce qui s’est passé là-bas. Mais on a un très gros mois de janvier en championnat, on a la réception de Lens le vendredi qui suit. Même si la coupe de France c’est magnifique, ça peut amener des émotions propres à cette coupe, je pense quand même que notre priorité à nous ça reste le championnat. Même si je ne joue pas, il ne faut pas que je me mette en tête une quelconque déception. Bon déjà je serai sur le banc, et sur le banc il peut se passer beaucoup de choses, on ne sait pas ce qu’il peut se passer, donc je serai concentré malgré tout. Et après il y a un gros match vendredi contre Lens aux Costières. Quoiqu’il arrive je serai prêt à jouer le match.

Tu t’entends bien avec ton concurrent Martin Sourzac ?
Ça s’est bien passé, les coaches ont bien géré la situation, et on a une bonne entente. Je pense qu’il vaut mieux que ce soit comme ça. Comme on travaille ensemble, il vaut mieux que l’ambiance soit bonne et que la concurrence soit saine. Le coach Blaquart a toujours fonctionné comme ça, il n’a jamais voulu de statut ou quoi que ce soit, ça a toujours été au mérite. Aujourd’hui je profite de la situation. Je continue de bien travailler pour garder ma place. Avec Martin on est au courant tous les deux de ça et on se la donne tous les deux à chaque entraînement. Ça se passe très bien.

Quels sont vos points communs et vos différences ?
En point commun, on a le même âge déjà. 25 ans. Après, c’est difficile de dire les qualités et les défauts. Je pense que tous les deux on a des caractères à développer. Nous avons une bonne lecture de jeu, on sent bien le jeu. On a petit peu d’expérience même si on n’a pas beaucoup joué. Je néai pas joué en ligue 2, enfin si j’ai joué en D2 belge à Virton. J’ai quand même évolué dans des groupes, que ce soit Montpellier ou Saint-Etienne, qui tournaient pas mal, donc j’ai acquis un petit peu d’expérience. Enfin ça c’est nos points forts. Je pense que notre jeu sur notre ligne fait aussi partie de nos qualités.

Quand il jouait à Monaco, Martin Sourzac avait été le bourreau des Verts lors de la finale de la Coupe Gambardella 2011. Il avait en effet arrêté le tir au but d’Idriss Saadi. Tu lui interdis de remettre ça dimanche, OK ?
Je lui glisserai un mot, promis ! (rires)

Ce 32e de finale de Coupe de France suscite un gros engouement chez les supporters nîmois, décidés à braver l’arrêté préfectoral limitant leur présence à 500. Que penses-tu de leur détermination ?
Ça me fait plaisir, franchement, on a un bon public. J’ai cette chance de jouer dans un club où il y a un très bon public en Ligue 2. Et je trouve que c’est un peu dommage de leur imposer des restrictions. Les stades, on les aime vivants. Comme nos supporters je trouve que cet arrêté préfectoral est dommageable, surtout que je ne pense pas qu’il y ait une grosse animosité entre les supporters stéphanois et nîmois.

Tu as raison de le rappeler, il n’y a strictement aucune animosité, c’est d’ailleurs ce qui a surpris dans cet arrêté.
J’ai été approché par des supporters qui m’ont dit de les soutenir, et sincèrement je les soutiens parce qu’en ligue 2, ils font des déplacements assez lointains, ils sont toujours déterminés pour venir nous voir jouer. Cette affiche de dimanche, elle est vraiment belle, je trouve ça dommage qu’on ne les autorise pas tous à venir supporter leur équipe, dans ce beau stade de Geoffroy-Guichard, dans cette mythique enceinte. Nous ce qu’on veut c’est qu’il y ait de l’ambiance, qu’il y ait un maximum de supporters qui nous encouragent. Moi aussi, je me régalerai d’entendre les supporters stéphanois chanter, les supporters nîmois chanter. C’est comme ça qu’on veut voir les stades.

Malgré ton passé montpelliérain, as-tu été bien accueilli par les supporters ?
Sur le terrain, ça s’est toujours très bien passé. Après, sincèrement je ne regarde pas trop les réseaux sociaux, je n’ai pas trop regardé ce qui s’est dit sur moi. J’étais un petit peu chambré sur mon passé, parce que voilà en plus moi je suis né à Sète. J’ai joué à Sète, j’ai joué à Montpellier, on est dans le Languedoc-Roussillon, c’est des ennemis. Mais bon aujourd’hui je porte le maillot de Nîmes, je le porte fièrement, même si je n’oublie pas mes années à Montpellier et à Sète. Le club qui me fait confiance aujourd’hui et qui me fait jouer au plus haut niveau où je puisse jouer pour le moment, c’est Nîmes. Je me battrai pour le club et les supporters.

Est-ce que l’animosité entre Montpellier et Nîmes elle est comparable à celle entre Sainté et Lyon ?
(Rires) Je pense que c’est incomparable Sainté et Lyon, ils ne s’aiment pas du tout. Le derby Lyon-Saint-Etienne ou Saint-Etienne-Lyon, c’est incomparable. Je l’ai vécu plusieurs fois et bon c’est vrai que les gens… Quand ça reste de bonne guerre, ça va. Mais généralement il y a toujours un peu des débordements quand même entre Stéphanois et Lyonnais.

Sens-tu une certaine excitation chez tes coéquipiers à l’idée de jouer dans le Chaudron ?
Oui. La plupart de l’effectif étant quand même relativement jeune, déjà n’a pas évolué à Geoffroy-Guichard, donc ce sera une première. De plus, jouer une affiche comme celle-là, peut-être que ça ne se reproduira pas, même si je ne nous le souhaite pas, j’espère qu’on pourra la rejouer dès que possible. Mais oui, mes coéquipiers sont très contents d’affronter une équipe comme Saint-Etienne pour pouvoir aussi se jauger. Il y a un réel engouement de venir dans le Chaudron.

Certains de tes coéquipiers t’ont questionné à l’annonce de ce match ?
Oui, oui, il y a certains joueurs qui m’ont posé des questions, sur d’autres joueurs de Saint-Etienne. Même si l’effectif a quand même pas mal changé depuis que j’y étais, j’ai des potes. J’ai eu aussi des questions sur l’ambiance à Geoffroy-Guichard, le terrain. Après, ça reste des joueurs de foot, ils verront bien sur le moment. On verra en temps voulu.

Baptiste, vu la première partie de saison des deux clubs, est-ce que le Nîmes Olympique sera favori ce dimanche à Geoffroy Guichard ?
Favori, non, mais je pense qu’on sera un bon challenger.

La première partie de saison des Verts t’attriste, Baptiste ?
Oui, je continue de suivre les Verts depuis que j’ai quitté le club. En fait je suis tout le championnat de France, Ligue 1, Ligue 2 et même les divisions inférieures, je suis un passionné ! C’est sûr que ça me fait mal au cœur parce que j’ai des potes à Sainté et j’ai tous ceux que j’ai côtoyés quand j’y étais, mon ami Bryan Dabo aussi qui joue chez vous aussi, j’ai Rémy Cabella que j’ai côtoyé. Aujourd’hui je ne suis pas vraiment supporter d’équipe en Ligue 1, je suis plus supporter des potes que j’ai côtoyés. Comme à Saint-Etienne il y en a beaucoup, souvent je suis pour les Verts et ça fait mal au cœur de les voir aussi bas au classement. L’ASSE est un si beau club qu’elle mériterait d’être tout le temps dans le haut du tableau, de jouer la coupe d’Europe. Moi les deux années où j’y étais, quand on jouait en Coupe d’Europe, les supporters se déplaçaient même à l’extérieur. Ah, les ambiances qu’il y a pu y avoir quand il y avait l’Inter ou d’autres équipes... J’espère que c’est juste une mauvaise passe, que le cycle va vite basculer du côté positif et que le club va redorer son blason et va retrouver la place qu’il mérite vraiment.

Comment analyses-tu cette chute ?
C’est un enchaînement de choses qui ont fait que c’est une situation délicate à gérer. Le départ du coach Galtier qui était quand même une personne ultra importante dans le club, je peux comparer ça un peu à Ferguson qui arrête à Manchester. En gros c’est un peu ce qui se passe. Tu as un Galtier et un après-Galtier. Même si je pense que les personnes qui ont été mises en place par la suite ont essayé de faire le maximum pour avoir les meilleurs résultats possibles. Mais psychologiquement c’est toujours difficile à gérer. Mais bon, il va falloir se reconstruire et il y a quand même des bases solides dans ce club pour pouvoir se reconstruire. Maintenant c’est le temps qui parlera. Et je sais que c’est toujours un peu difficile pour les supporters. Il faut être patient.

T’es triste Baptiste ou tu verses des larmes de crocodile, espérant secrètement profiter de la crise stéphanoise pour nous jouer un vilain tour ce dimanche.
Oui on veut en profite un petit peu (rires). Mais bon, la panthère blessée il faut toujours s’en méfier ! Même si on est des crocodiles je pense que ça reste une équipe de Ligue 1. Nous il faut rester à notre place, on est des challengers. Les larmes ne sont pas de crocodile parce que Saint-Etienne c’est un club qui te marque quand tu y passes. Même si moi je n’ai pas marqué le club de mon empreinte, eh bien j’ai été marqué, j’ai vécu des bons moments. Ce n’est pas du tout des larmes de crocodile, sincèrement.

Tu as certainement noté que l’ASSE se "montpelliérise". Tu avais initié le mouvement en 2013 mais cette tendance s’est accentuée ces derniers temps. Ton ami Bryan Dabo est venu nous rejoindre, Rémy Cabella l’a rejoint, et le club s’en remet maintenant au duo Gasset-Printant. Qui sera le prochain sur la liste ? Le directeur sportif Bruno Carotti, le préparateur physique Stéphane Paganelli, ou le président Laurent Nicollin ?
(Rires) Ah je ne sais pas ! Aujourd’hui c’est vrai que ça se montpelliérise, après je pense que Laurent Nicollin est bien ancré dans son siège au club de Montpellier, ça s’est indéniable, je pense qu’il ne lâchera pas le bateau. Après pour le reste, je ne saurais pas te dire. Peut-être faut-il regarder du côté des joueurs. Va savoir, Vitorino Hilton pourrait venir à Saint-Etienne. A 40 ans, c’est encore une machine de guerre. Et Souleymane Camara pourquoi pas ? Que des jeunes ! (rires)

Quand Bryan Dabo avait signé à l’ASSE, tu nous l’avais décrit comme un nouveau Josuha Guilavogui. On demande encore à voir. Que penses-tu de ses performances sous le maillot vert ?
Bryan, je le suis, vraiment. Je pense qu’il peut encore montrer de bonnes choses. Je pense qu’il n’a pas encore montré tout son talent. C’est un joueur qui mentalement parfois, a peut-être, comment dire… je ne veux pas non plus dire une bêtise ! Il m’a déjà bien taquiné au téléphone quand je l’ai eu par rapport au match. Après il va croire que je le descends pour le déstabiliser (rires). Il m’a dit « si je te marque un but, je fais quoi, j’essaie d’être normal, je ne fais rien, je viens te voir et je te tape sur l’épaule ? ». Je lui ai dit « t’as pas intérêt de venir me voir ». De toute façon je suis serein, il ne marquera pas.

J’espère qu’il te fera mentir mais revenons aux lacunes mentales de Bryan…
(Rires) Je pense que Bryan a besoin d’un cadre. Bryan c’est quelqu’un avec un mental, un fort caractère, un mental à rude épreuve. Je pense qu’il a subi un petit peu cette situation, et peut-être par excès de confiance parfois il n’a pas montré ce qu’il devait montrer. Mais en tout cas je sais que c’est un joueur qui a d’énormes qualités que ce soit physiques, techniques. Après il doit progresser encore un petit peu sur le plan tactique, tout ça, mais je pense qu’il peut montrer encore de très très bonnes choses pour Saint-Etienne.

Joueur le plus averti de l’élite cette saison, il a fait polémique cette saison lors du penaltygate à la sauce verte. Ne gagnerait-il pas à canaliser davantage son jeu et son ego ? Le sens-tu mobilisé à 100% dans l’objectif maintien désormais fixé par le club ?
Oui je pense sincèrement parce que quand il a signé à Saint-Etienne c’était vraiment pour lui une très bonne chose, je pense qu’aujourd’hui il est impliqué dans le club. Après, voilà, Bryan c’est ça, comme je t’ai dit c’est son mental, le reste il l’a, il doit se canaliser, trouver le juste milieu entre le caractère et ne pas dépasser les bornes. Pour l’histoire du penalty, je sais qu’il tire quand même très bien les penalties, mais il faut aussi qu’il respecte les joueurs qui l’entourent, c’est un tout. Quand tout ça sera réglé ça pourra devenir un très, très bon joueur de Saint-Etienne.

Quand Rémy Cabella a signé à Sainté, tu nous a dit : « il va tout casser ». Signe de l’influence que tu exerces sur lui, il avait utilisé ton expression le lendemain même en conférence de presse. Mais t’aurais quand même pu lui dire de ne pas casser son propre orteil contre Montpellier !
Je ne pensais pas qu’il allait aller jusque-là quand même. C’est vrai, c’est dommage. Et bon, pour en avoir discuté un petit peu aussi avec Fabrice Grange, je sais qu’il a tout de suite séduit. Il a fait des débuts fracassants dans le Chaudron en marquant dès la première minute de son premier match. C’est devenu un joueur hyper important et c’est vrai que cette blessure n’a pas forcément aidé l’équipe. Parce que je pense que c’est quand même devenu rapidement le leader technique. Rémy en pleine possession de ses moyens, ça peut être quelqu’un qui amène vraiment de bonnes choses, de la percussion. C’est un joueur qui peut amener dans son sillage tout un groupe, parce qu’il a connu quand même des grands clubs et du coup il peut motiver pas mal de joueurs. Aujourd’hui, il revient de blessure, je pense qu’il a les dents longues, il a envie de bien faire. Son retour est une bonne chose pour l’ASSE.

Au bord des larmes après avoir été remplacé contre Monaco, capitaine à Guingamp, Rémy Cabella semble très investi dans la survie du club alors qu’il n’est que de passage, étant prêté sans option d’achat par l’OM.
Cela ne me surprend absolument pas. Je vous l’avais dit aussi dans mon interview en début de saison : si Rémy est venu à Sainté, ce n’est pas pour se tourner les pouces. Il a vraiment à cœur de bien faire. Même en tant que joueur prêté, il donnera le maximum parce que de toute façon ça ne sera que bénéfique pour lui. Il sera impliqué dans l’objectif maintien parce que ça sera bon pour tout le monde, lui le premier. S’l fait des bonnes performances, l’équipe tournera mieux, je pense qu’il amènera cet allant, cette envie et cette détermination pour gagner. Et c’est toute l’équipe qui va en bénéficier. Je pense que ça va bien se passer, d’autant plus qu’il travaille désormais sous les ordres de deux entraîneurs qu’il connaît bien.

Quelques mots sur le nouvel entraîneur adjoint des Verts Ghislain Printant. As-tu joué sous ses ordres lors de tes années montpelliéraines ?
Je me suis énormément entrainé avec lui. J’ai dû faire quelques bancs en réserve quand il était entraineur. C’est un coach qui a un fort caractère, qui pousse la gueulante quand il faut. Il sait très bien réveiller les troupes. C’est quelqu’un qui va avoir beaucoup de détermination pour relever le défi au club épaulé par Monsieur Gasset que je connais bien moins, même si il tournait pas mal à Montpellier à l’époque où j’y étais. Je pense que c’est un bon choix que de prendre le coach Printant. Je pense qu’il va pousser quelques soufflantes pendant les préparations. Ça peut aider d’avoir un entraineur de caractère et qui va redynamiser tout un groupe. J’ai le souvenir de quelques belles soufflantes. Quand il te prend à partie, tu as envie de glisser sous le banc dans le vestiaire. Je sais qu’il avait mis des soufflantes à des joueurs qui à l’époque jouaient en CFA, mais bon voilà c’est toujours dans un but… On va dire que c’est un style d’entraineur. Aujourd’hui, c’est ce qui peut correspondre au renouveau de Saint-Etienne. Voilà, quelqu’un de poids qui va arriver dans le vestiaire, pas en danseuse, ça c’est sûr ! Je pense qu’il va redonner un allant avec du caractère.

Est-ce que Printant passera l’hiver ? On a vécu tellement de bouleversements cette saison qu’on n’est peut-être pas au bout de nos surprises !
Je pense que Sainté s’est stabilisé, sinon je ne sais pas trop à quoi ça rime de changer autant de fois de personnes qui gèrent l’équipe. Même pour les joueurs, tout ça ! A un moment donné, il faut repartir sur de nouvelles bases et que le club avance comme ça. C’est mon point de vue. Je ne sais pas comment la direction va réfléchir, mais je pense qu’aujourd’hui, il faut garder le coach Printant et Monsieur Gasset et partir sur leur dynamique. Après on verra bien ce que les résultats donneront.

Ce tandem, qui avait permis à Montpellier de sauver sa place dans l’élite la saison dernière, va réussir la même mission à Sainté ?
J’attends de voir. Je ne peux pas te dire aujourd’hui. On verra, je pense sur les premières rencontres, si ça va redonner un petit coup de fouet au groupe. Je suis optimiste parce que c’est des gens que j’ai côtoyés, que j’ai pu voir coacher. Je pense que si le message passe bien, je ne vois pas pourquoi, ils n’y arriveraient pas. Avec les supporters qui continuent à chanter, avec tout l’engouement qu’il y a derrière ce club, je ne vois pas Saint-Etienne en L2, ça c’est sûr !

Le retour de blessure de Romain Hamouma peut aussi être un vrai plus toujours dans cette optique d’aller chercher le maintien.
Oui, Romain c’est un super joueur ! C’est vrai que malheureusement il n’a pas été épargné par les pépins physiques, peut-être qu’il doit encore mieux se gérer, mais parfois on y peut rien, c’est comme ça. C’est un attaquant qui est bon, qui est très bon Romain. Les deux années où j’étais à Sainté, j’ai trouvé qu’il il a apporté beaucoup offensivement par ses courses, sa vivacité. Il a quand même marqué des jolis buts. Voilà, je lui souhaite d’en remettre, par contre nous si possible (rires), mais pour le reste de la saison. Son retour ne peut être que bénéfique pour cette équipe stéphanoise.

Au-delà du duo Gasset-Printant, le club mise sur le mercato pour redresser la barre. Si tu faisais partie de la cellule de recrutement de l'ASSE, quel joueur tenterais-tu de débaucher dans l'effectif nîmois ?
Notre attaquant Umut Bozok, déjà. C'est la pépite de notre équipe, la révélation. Il a montré qu'il savait très bien s'adapter, même un niveau au-dessus, très rapidement. C'est un petit attaquant, technique, qui tient vraiment bien sur ses jambes. Il ne vendange pas, il a très peu d'occasions, il les met au fond Il a enchaîné trois triplés à domicile. Ça peut montrer l'étendue de son talent, sa détermination pour marquer. Il sera suspendu à Saint-Etienne car notre dernier match de l'année en Corse a été reporté. Après, il y a aussi un autre joueur qui m'impressionne dans notre effectif, c'est Anthony Briançon, notre défenseur central. C'est costaud, robuste, propre techniquement. Sincèrement, c'est un très bon joueur de foot et je le vois évoluer en Ligue 1, facile !

Cédric Horjak nous l'a également cité et même comparé à Loïc Perrin ! Il nous a également glissé le nom d'un joueur formé comme toi à Montpellier...
Téji Savanier ! J'allais le dire, en plus. C'est le troisième que j'aurais cité pour sa qualité technique, sa facilité à créer du jeu. C'est également un tueur sur les coups de pied arrêtés. On connaît l'importance, aujourd'hui, des coups de pied arrêtés et Téji nous a débloqué des situations importantes grâce à ses corners et ses coups-francs.

Au-delà de ces trois joueurs, toi qui a un œil très avisé sur la Ligue 2, est-ce qu'il y a des joueurs qui t'ont tapé dans l’œil dans les clubs adverses depuis le début de la saison ?
Un joueur de Sochaux, Florian Martin, il me semble. C'est celui qui n'a mis que des buts de folie depuis le début de la saison en Ligue 2. J'ai trouvé que techniquement, c'était un très bon joueur. On sent qu'il a du ballon, c'est pas un combat avec ses pieds, il a une belle frappe de balle, il apporte beaucoup grâce à ses coups de pied arrêtés. J'ai bien aimé l'attaquant clermontois Ludovic Ajorque, qui m'a mis un piqué. C'est un 1994, c'est un joueur relativement jeune. Ce sont les deux noms que je ressortirais qui m'ont relativement impressionné.

Tu as parlé des individualités mais pour toi, qu'est-ce qui fait la force du Nîmes Olympique, bien parti pour retrouver l'élite ?
J'ai envie de dire que c'est qu'on vise tous le même objectif mais sans se mettre de pression. On est un effectif relativement jeune donc on n'a pas trop de moyens de comparaison, du coup on vit vraiment match après match. On a la chance d'avoir un super attaquant qui est en réussite et j'espère que ça va continuer jusqu'à la fin de l'année pour lui, il nous apporte beaucoup. On a une grosse solidité défensive, on concède très peu d'occasions, même si le coach porte son jeu sur l'offensive. Je pense qu'en Ligue 2, il faut avoir un fort esprit d'équipe et un fort esprit de guerrier. C'est un peu la mentalité de ce club, à Nîmes, et aujourd'hui, c'est ce qui nous apporte les résultats et c'est qui nous aide énormément. On est comme une famille et on va au combat chaque week-end.

Tu peux nous dire quelques mot sur votre entraîneur, Bernard Blaquart, qui est encore méconnu alors qu'il réussit de très belles choses ? Comment tu le décrirais et est-ce que tu peux le comparer avec ce que tuas vécu à Sainté ?
Non, je ne peux pas comparer avec d'autres entraîneurs. C'est quelqu'un de très discret, qui ne dira pas un mot plus haut que l'autre. C'est un entraîneur qui fait jouer les meilleurs, il n'a pas de scrupules à mettre quelqu'un sur le banc et je pense qu'aujourd'hui, c'est ce qu'il faut mettre en avant dans le foot. Il a la bonne mentalité et nous insuffle la bonne détermination pour jouer. Il nous permet aussi de ne pas nous enflammer. Parce que même avec nos très bons résultats, de belles séries, il nous a toujours mis en garde. Le problème avec un effectif jeune, c'est parfois un peu l'excès de confiance et il a toujours remis les pendules à l'heure quand il le fallait. Je pense que c'est ce qui fait sa force et ce qui lui permet de très bien nous gérer. Il fait l'unanimité auprès de tout le groupe.

Un autre Valette, Robert de son prénom, a joué (et perdu, Dieu merci !) deux finales de Coupe de France avec les vilains dans les années 70. Tu es de sa famille ?
Mon nom n'a rien à voir avec le foie gras et encore moins avec ce Lyonnais ! (rires)

Est-ce que tu ambitionnes de remporter la Coupe de France ?
Je ne me mets pas de limites aujourd'hui. Ma vie footballistique m'a amené tellement de complications dans le passé, aujourd'hui je vis des moments tellement intenses grâce à Nîmes. Que ce soit en championnat ou en Coupe, on ne se met pas de limites et aujourd'hui, ambitionner de gagner la Coupe, j'ai envie de dire, on verra. On va la jouer à fond, on va la jouer comme il se doit et on verra bien ce qui se passera à la fin.

Qu'est-ce qu'on peut te souhaiter en 2018 ? Si je te dis que Nîmes retrouvera la Ligue 1 et que Sainté remportera sa septième Coupe de France, est-ce que tu signes ?
Ah, je signe, sincèrement, je signe car tout le monde sera content. Une montée, comme on a pu en discuter avec le coach, c'est quelque chose d'exceptionnel. Maintenant, le chemin est encore long mais ce serait vraiment beau de pouvoir monter en Ligue 1.

Merci à Baptiste pour sa disponibilité et aux potonautes Stéphanois, Thomi et ForeverGreen pour la retranscription

 

 

 

par aloisio, le 02/01/2018


A venir

27/04/2018 20:45

Montpellier - ASSE



Pas de panitrombi

cette semaine

forum boutique services palmares médias jelenivo archives version mobile
Pour nous contacter : contact@poteaux-carres.com
Pour contacter la rédaction : redaction@poteaux-carres.com