L'attaque en Or des Verts fait pleurer des larmes de Sang aux Lensois...


La feuille de match
Mardi 18 janvier 2005 - Coupe de la Ligue - Stade Felix-Bollaert
Quart de finale: Lens 0-3 ASSE 
Spectateurs: 24.611 - Arbitre: B. Layec

Buteurs: F. Piquionne (21e), P. Feindouno (74e sp) et N. Marin (88e)
 
Lens: C. Itandje - E. Cubilier, V. Hilton, N. Gillet, B. Assou-Ekotto - A. Diarra, S. Keita, J. Leroy, E. Carrière (D. Bakari 67e) - D. Cousin (O. Thomert 67e), J. Utaka. Entraîneur: Joël Muller
ASSE: J. Janot - F. Diawara, Z. Camara, V. Hognon, H. Ilunga - J. Sablé, D. Zokora, D. Hellebuyck - P. Feinduno (N. Marin 84e), F. Piquionne (L. Compan 65e), F. Mendy. Entraîneur: Elie Baup



Les faits du match
Après avoir éliminé Créteil puis Le Havre, les Verts affrontent le Racing Club de Lens à Bollaert, une semaine après avoir concédé le nul face à eux dans le Chaudron lors de la 20e journée du championnat (0-0). Autant dire que la tâche s'annonce ardue, trois jours seulement après un déplacement musclé dans le froid strasbourgeois.



John Utaka s'infiltre entre Camara et Diawara, sans succès


Pourtant, les Stéphanois se procurent la première occasion de ce quart de finale par Julien Sablé qui tente sa chance sans succès dès l'entame. Les Sang et Or dominent quand même ce début de match et la défense verte est mise à rude épreuve: une reprise contrée de Keita frôle d'abord le poteau gauche de Janot puis c'est une frappe croisée de Jérôme Leroy que le portier stéphanois doit dévier in-extremis (14e).

Après avoir laissé passer l’orage, les Verts se montrent enfin dangereux par de rapides contre-attaques. Bien lancé par Hellebuyck, Frédéric Piquionne bute une première fois sur Itandje (19e) avant de remporter un second duel deux minutes plus tard: sur une lumineuse ouverture d'Hellebuyck, l'attaquant stéphanois efface Gillet, repique au centre et glisse le ballon hors de portée du gardien lensois (21e).


Un but vite fait bien fait


Stupeur à Bollaert ! Les Verts tentent de faire le break avant la pause et y parviennent presque lorsque Vincent Hognon lobe Itandje de la tête mais Assou-Ekotto écarte le ballon de justesse (30e). Frédéric Mendy met à son tour le feu dans la défense lensoise sans pouvoir concrétiser.

1-0 pour les Verts à la pause. On se doute que les Lensois ne vont pas rester les bras croisés et personne n'est surpris de les voir attaquer tambour battant à la reprise pour tenter d'égaliser. Daniel Cousin s'infiltre dans la défense stéphanoise avant d'être repris par Zoumana Camara puis c'est Janot qui doit à son tour intervenir pour arrêter une tête du dangereux avant-centre lensois (50e). Les Verts plient mais ne rompent pas.



Duel entre Frédéric Piquionne et Nicolas Gillet sous les yeux de Seydou Keita


Mieux, après avoir résisté avec courage, ils réussissent à creuser l'écart: d'une ingénieuse talonnade, Feindouno glisse le ballon à Sablé, lequel est fauché par Gillet dans la surface de réparation. Avec sa décontraction coutumière, Feindouno transforme le penalty et double la mise (73e).

Menant 2-0, les Verts gérent alors habilement la fin du match face à des Lensois désorganisés et désespérés. Ils le terminent même de fort belle manière, Nicolas Marin (photo) s'échappant en contre et trouvant la lucarne du gardien de but lensois sous le regard ébahi de Jérémie Janot.
Pour la seconde fois consécutive, l’ASSE se qualifie pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue. Le Stade de France n'est plus très loin désormais !



Ils ont dit
Julien Sablé: "Personne ne nous attendait à ce niveau. Nous savourons notre bonheur. Nous l’associons aux joueurs qui sont restés à Saint-Étienne. En championnat, dans ce même stade, Lens nous avait infligé une claque. Ce soir, nous nous sommes vengés. Nous avons réussi un formidable coup. Une grosse demi-finale nous attend avant de rêver au Stade de France"

Elie Baup: "Les joueurs ont du cœur. Ils s’arrachent. Ils y croient, et ils en sont récompensés. Quand on est entraîneur, on connaît bien des difficultés. Je sais (au sujet de Joël Muller) que ce métier est difficile"

Gervais Martel (Président de Lens): "On voulait autre chose mais on repart avec un 3-0. Je me doute bien que les supporters ne vont pas chanter l’"Ave Maria"... Personne ne fait exprès de perdre les matches. Qu’il y ait une déception, je le comprends, mais pas de débordements. Je reste vigilant. Il faut assumer mais il est hors de question de partir avec des idées noires pour le reste de la saison"



Jérémie Janot doit faire le ménage aux poings dans sa surface


Le Saviez-vous ?

- Malheureusement, les Verts seront incapable de prendre le dessus sur Strasbourg en demi-finale et s'inclineront 1-0 à la Meinau (but de Farnerud) au terme d'une prestation insipide.

- En s'imposant 3-0 à Bollaert, les Stéphanois prennent leur revanche face aux Sang et Or car c'est sur ce même score qu'ils avaient perdu à Lens lors de la 2e journée de championnat.

- Au cours de cette saison 2004-05, Pascal Feindouno est le tireur attitré sur penalty. Il marquera ainsi contre Nice, Sochaux, Marseille et Bastia. Particulièrement doué pour prendre le gardien adverse à contrepied, il n'en ratera qu'un seul dans toute sa carrière verte sans grande conséquence (face à Neuchatel Xamax en Intertoto, match nul 1-1)

- Toutes compétitions confondues, Nicolas Marin, pourtant prolifique la saison précédente, n'aura marqué que 4 buts lors de la saison 2004-05: deux contre Auxerre, un contre Lyon et ce dernier contre Lens.

- Le lendemain de ce match, Vincent Hognon prolongera son contrat de 2 ans supplémentaires à l'ASSE tandis que que Lamine Sakho débarquera de Marseille pour signer un contrat de 3 ans et demi.

- Dix ans après cette rencontre, le défenseur lensois Benoît Assou-Ekoto, entretemps passé par Tottenham et les Queen Park Rangers, s'engagera avec l'ASSE à l'intersaison 2015

- Le public lensois, souvent cité en exemple, pète les plombs ce soir-là après le 3e but des Verts, plusieurs supporters tentant de pénétrer sur la pelouse pour manifester leur mécontentement 

- L'international malien du RC Lens, Seydou Keita, est issu du centre de formation créé par son oncle, l'ancien Vert Salif Keita.

- Le joueur lensois Alou Diarra (international français) n'a aucun lien de parenté avec l'ancien Lyonnais Mahamadou Diarra (international malien lui aussi formé au Centre Salif Keita). Il disputera la finale de la Coupe du Monde un an plus tard à Munich face à l'Italie.